mardi 17 octobre 2017

Omar Hasnaoui Chaoui Ph.D, président de la Fondation Hélios pour le dialogue et le développement.

Omar hasnaoui chaoui

«Lorsque, en 1974, Abdelkader Ben Slimane, Ministre des Finances du 1er gouvernement de Ahmed Osman, me contacta à Bruxelles, où j’exerçais en qualité de chercheur scientifique au sein de l’Institut de Sociologie et d’Economie appliquée Solvay,

il me dit ce dont je me souviendrais toujours: «Le Maroc a besoin de ses enfants ! Rentre, tu travailleras à mes côtés», raconte Omar Hasnaoui Chaoui, président de la Fondation Hélios pour le dialogue et le développement. J’occupai sans délai le poste de chef de cabinet, considérant que les grandes choses ne se réalisent pas dans les insignes du rang, mais dans la fidélité des actes». Et d’ajouter: «J’étais persuadé de me rendre utile à mon pays, bien que j’occupais une fonction de choix au sein de l’institut, avec une belle promesse de carrière. Dès mon retour dans mon pays, haut fonctionnaire au Ministère des Finances, je me suis retrouvé au milieu d’un dispositif stratégique en rapport avec la préparation dans son aspect logistique, de “la Marche verte”, lancée par Feu SM le Roi Hassan II. Comment décrire, cette ferveur, cette mobilisation, ce moment historique? La question fondamentale qui se pose à tous nouvel arrivant, qui a passé des années à l’extérieur de son pays, est dans sa capacité à s’adapter à l’environnement, politique, économique et social qui prévaut à un moment donné de son histoire. Il fallait travailler sur moi-même et opérer une véritable mutation intellectuelle». «Ai–je réussi pour autant ? J’avoue qu’il m’a fallu des années d’apprentissage, d’interprétation des réalités et des données de mon époque et ce, en raison de mon inexpérience, voire de ma naïveté. Oui, j’ai connu des hommes du sérail et des serviteurs du Trône et, aussi rencontré quelques-uns qui l’ont desservi et des repentis», souligne Omar Hasnaoui Chaoui. «J’ai connu des situations de non-droit et de non-assistance, j’ai été, en raison d’ostracisme et considérations partisanes, la cible d’opérations de déstabilisation, par des fossoyeurs et des provocateurs qui se trompaient d’adversaires. Jusqu’au jour d’aujourd’hui, et dans le cadre de la société civile, je continue de mener un combat pour la défense des intérêts supérieurs de mon pays, où je n’obéis qu’au principe fondamental du sens du devoir et du militantisme», relève-t-il. «Mes voyages, découvertes et rencontres aux quatre coins de la planète, ne sont pas étrangers à mon choix d’avoir opté pour une carrière diplomatique, avec ses privilèges et ses servitudes, et par-dessus tout, avoir eu la chance et la fierté de représenter et de servir mon pays, le Maroc. C’est ainsi que je me suis forgé des amitiés solides, au plus haut niveau, aux Etats Unis d’Amérique, où je continue d’œuvrer», confie-t-il. «Notre pays manque de centres d’analyses et d’anticipation, comparativement aux pays du Nord. Cette conception a conduit nombre d’organisations outre-Atlantique et en Europe, qui sont extérieures aux pouvoir publics et indépendantes de l’exécutif, à formuler des avis sur les politiques à mener. La Constitution a donné de larges prérogatives dévolues à la société civile, sur le plan juridique, politique, dans la perspective de l’édification d’un modèle de démocratie participative au Maroc», indique Omar Hasnaoui Chaoui. «C’est dans ce contexte historique que la Fondation Hélios pour le Dialogue et le Développement a été constituée. Créée à l’initiative de chercheurs universitaires, de praticiens et de décideurs, elle représente une fécondation croisée entre plusieurs acteurs de champs scientifiques divers, appartenant à différents pays et écoles de pensée, organisés autour d’équipes pluridisciplinaires, dynamiques et pleinement engagées», informe-t-il. Selon lui, la Fondation Hélios se veut un centre de réflexion et d’analyse sur les mutations contemporaines du Monde. A ce titre, de sa modeste place, la Fondation s’emploie à mobiliser des capacités d’analyse, autour de personnalités du monde entier. Ensuite, l’action de la Fondation Hélios est inséparable da sa position dans l’espace marocain. Elle participe, par choix moral et intellectuel, au souci d’accompagner le renouveau du Maroc, tel qu’il s’affirme, particulièrement, depuis la volonté de Sa Majesté Mohammed VI, d’introduire un ensemble de réformes, qui propulse le Maroc dans le concert des nations et, sans doute, contribue à lui permettre de jouer un rôle de tout premier plan dans l’espace euro-méditerranéen et, pourquoi pas, un «pont» entre le continent européen et l’Afrique noire. «La Fondation Hélios, a initié au cours de l’année 2013, un programme de recherche action autour de conception d’un modèle d’écosystème urbain. Lors de plusieurs rencontres, notamment à l’Institut Royal des Eudes Stratégiques, auxquelles ont pris part des acteurs publics, scientifiques et professionnels de la ville durable et de l’ingénierie des systèmes complexes, marocains et français, l’accent a été mis sur l’examen de l’état de l’art et des bonnes pratiques en matière de conception des écosystèmes urbains durables et des défis soulevés en la matière, notamment pour ce qui est de l’intégration des sous-systèmes: eau, énergie, transports urbains, transports interurbains, habitat, santé…», ajoute Omar Hasnaoui Chaoui. Selon lui, il y a des opportunités de stratégies de rattrapage dans les années à venir, la concurrence internationale va se faire plus forte sur ces enjeux. «La Fondation Hélios a ainsi, grâce à une action soutenue, initié un programme dans le cadre de la coopération France- Maroc, avec la mise en place d’un pôle de compétence, d’un observatoire de la ville et d’un moteur numérique et ce, entre le pôle de compétitivité Advancity de Marne la vallée et le Ministère de l’habitat», conclut-il.

Badia Dref

Voir aussi

Retnani Abdelkader

Retnani Abdelkader, éditeur, Editions La Croisée des Chemins

Abdelkader Retnani est titulaire d’une maîtrise de gestion et éditeur depuis 31 ans. En 1980, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.