Nouvel an | Une atmosphère imprégnée d’incertitude et d’espoir

Nouvel An 2022,Pandémie,Casablanca

Des rues désertes, des restaurants et commerces fermés.. un calme inhabituel caractérise la ville de Casablanca en cette nuit de fin d’année. C’est ainsi que la métropole, connu pour ses nuits agitées et festives, tourne la page de l’an 2021 pour accueillir 2022 avec l’espoir de voir disparaitre la pandémie et commencer une nouvelle ère pleine d’espoir.

Les Bidaouis qui se sont habitués à fêter l’arrivée du nouvel an dans les restaurants huppées de Ain Diab et sur les artères du centre ville ne pouvaient que se soumettre, comme tous les Marocains d’ailleurs, aux mesures dictées par le gouvernement portant notamment sur l’interdiction de toutes les célébrations du nouvel an, la fermeture des restaurants et des cafés à 23h30 et le couvre-feu nocturne dans cette nuit de 00h00 à 06h00.

Toutefois, ces mesures n’ont pas empêché les Bidaouis de fêter le nouvel an même de manière discrète et restreinte, souhaitant que le nouvel an apportera son lot d’espoir.

Malgré ces conditions inhabituelles et cette atmosphère d’incertitude, les Casablancais se sont rendus dans les plus grandes pâtisseries de la capitale économique pour acheter des gâteaux et fêter l’arrivée du nouvel an en famille ou entre amis.

Pour Hamid, les festivités du nouvel an constituent un moment de partage et de bonheur pour essayer d’échapper à la pensée négative fixée sur la pandémie. C’est une occasion pour lui de se retrouver en famille autour d’un bon gâteau.

Lire aussi
Coronavirus | Le point sur la pandémie

Ce quadragénaire, père de deux fillettes, a indiqué dans une déclaration à la MAP qu’il avait l’habitude d’acheter des gâteaux pour faire plaisir à ses enfants, ajoutant qu’il a toujours préféré passer ses soirées en famille même avant la ré-instauration du couvre feu nocturne.

Pour sa part, Yassine qui avait l’habitude de fêter le nouvel an entre amis a indiqué dans une déclaration similaire, que les festivités durant les deux dernières années n’avaient aucun gout, surtout que lui et ses amis avaient l’habitude de les programmer bien à l’avance.

La nuit du nouvel an s’est caractérisée par la présence remarquée des services de police particulièrement dans les zones vitales fréquentées par les Bidaouis en pareille circonstances, pour garantir la sécurité et la stabilité, et veiller sur le respect des mesures dictées par les autorités compétentes pour préserver la santé des citoyens.

C’est ainsi que la métropole tourne la page de l’an 2021 et accueille 2022 tiraillée entre un sentiment de doute semé par la propagation du Covid 19, qui a emporté la vie de millions de personnes dans le monde et l’espoir d’un avenir meilleur.

LR/MAP

Voir aussi

professionnels,taxis,casablanca,Conseil Communal

Appel à la constitution d’un comité de suivi pour la promotion des professionnels de taxis

Le Conseil Communal de Casablanca a appelé à la mise en place d’un comité de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...