France : Fillon peut-il tenir?

France : Fillon peut-il tenir?

Il pense avoir trouvé la parade. Fragilisé par les soupçons d’emplois fictifs pesant sur sa famille, qui minent sa campagne, François Fillon ne cherche plus à créer un engouement autour de sa seule personne. Lucide, il sait que les révélations ont sérieusement écorné son image de «candidat honnête» qu’il s’était patiemment forgée.

Alors, pour pousser ses électeurs à lui rester fidèles dans la tourmente, le candidat du parti Les Républicains (LR) a choisi de décliner un nouvel argument: même s’il n’est pas «un saint», lui seul serait en mesure d’assurer une alternance de droite. Et ainsi empêcher l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen ou d’Emmanuel Macron qu’il a présentés comme un saut dans l’inconnu.

«On veut nous chasser de la présidentielle au profit d’un duel dont rêve le système: d’un côté, la caricature de l’extrême droite, de l’autre, le macronisme light et branché. Il est hors de question de laisser l’avenir de notre pays tomber dans les mains de ces gens-là», a-t-il déclaré à Poitiers. Avant d’insister: «Il est hors de question que la droite et le centre se laissent intimider par des scénarios qui excluent les Français qui veulent un changement puissant et crédible!». Alors que les sondages le donnent désormais éliminé dès le premier tour, en pronostiquant une finale Macron-Le Pen, M. Fillon s’en est pris à la présidente du FN, présentée comme la «jumelle» de Jean-Luc Mélenchon avec «son programme économique de faillite». Mais il a réservé ses flèches les plus acérées à l’ex-ministre de l’économie, l’accusant d’incarner une «nouvelle forme de populisme mondain, qui a inventé la campagne présidentielle sans programme».

Macron au Maroc : Les raisons d’une visite

Patrice Zehr

Voir aussi

Nations Unies,Droits de l’Enfant

SAR la Princesse Lalla Meryem reçoit la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies, chargée de la question de la violence à l’égard des enfants

Son Altesse Royale la Princesse Lalla Meryem a reçu, lundi à Rabat, Mme Najat Maalla …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...