L’Association des procureurs généraux arabes tient sa troisième réunion annuelle à Marrakech

L’Association des procureurs généraux arabes a tenu, mercredi à Marrakech, sa troisième réunion annuelle, en présence d’éminents procureurs généraux et de magistrats des ministères publics des États membres.

Présidée par le Procureur Général du Roi près la Cour de Cassation, président du Ministère Public, M. El Hassan Daki, cette réunion initiée sur le thème “Pour un dialogue judiciaire arabe durable”, a été marquée par la participation des procureurs généraux et des magistrats des ministères publics des États membres de l’Association, à savoir le Maroc, l’Égypte, l’Arabie saoudite, le Bahreïn, la Palestine, la Jordanie, le Koweït, le Sultanat d’Oman, le Soudan, la Libye, la Mauritanie, l’Irak et le Yémen.

Les participants ont ainsi discuté d’une panoplie de sujets se rapportant au renforcement de la coopération, à l’échange d’expériences et aux meilleures pratiques. Ces débats ont été sanctionnés par des recommandations à même de consolider les efforts communs en matière de lutte contre le blanchiment d’argent, le trafic des migrants et la traite des êtres humains.

Dans une allocution à cette occasion, M. Daki a souligné que cette réunion, érigée en un rendez-vous annuel pour réaffirmer la coopération entre les présidents des ministères publics et des parquets des pays arabes frères, constitue un espace de dialogue judiciaire afin de discuter des défis et des questions liés à la sécurité et à la quiétude des sociétés arabes, et se veut un mécanisme institutionnel pour le renforcement et l’élargissement des domaines de la coopération commune en vue de faire face à la criminalité dans ses diverses formes.

Cette réunion intervient dans un contexte marqué par des défis auxquels des solutions appropriées peuvent être apportées grâce à la volonté commune, a-t-il soutenu, relevant que les points inscrits à l’ordre du jour se rapportent à des sujets d’une extrême importance et consacrent le leadership de l’Association en tant que qu’espace arabe de dialogue, d’échange d’expériences, d’expertises, des meilleures pratiques et du travail commun pour consolider l’action du parquet et du ministère public et renforcer les capacités de ses membres de manière à leur permettre de réussir pleinement leurs missions.

Séisme au Maroc | La solidarité internationale se mobilise

M. Daki a, d’autre part, indiqué que le séminaire international tenu en marge de cette réunion sur le thème “Efforts des parquets dans les pays arabes pour lutter contre les crimes de corruption : blanchiment d’argent, trafic de migrants et traite des êtres humains – Défis et contraintes”, a abordé des sujets importants et d’actualité à même de mettre en relief les efforts des ministères publics dans les pays arabes dans le domaine de la lutte contre le blanchiment d’argent, le trafic des migrants et la traite des êtres humains.

Cette rencontre a été également l’occasion d’aborder les défis et contraintes auxquels sont confrontés les institutions chargées de l’application de la loi et les solutions proposées pour faire face à ce type de criminalité qui menace la sécurité économique et sociale des pays, et a servi d’espace d’échange des expériences et expertises arabes et internationales ainsi que de partage des meilleures pratiques dans ce domaine, a-t-il expliqué.

Pour sa part, le président de l’Association des Procureurs généraux arabes, Mohamed Chawki Ayyad, a indiqué que cette réunion vise à tirer profit des avantages des mécanismes de coopération judiciaire internationale afin de mener des poursuites efficaces contre la criminalité sous toutes ses formes, et à encourager le dialogue national et la compréhension entre les ministères publics en vue de renforcer la justice.

Emploi : L’ANAPEC préside l’AMSEP

La réunion s’inscrit aussi dans le cadre de la réalisation des objectifs et missions de l’Association, a noté le procureur général d’Egypte, insistant sur la nécessité d’asseoir un dialogue arabe durable à même de raffermir les relations solides entre les procureurs généraux et les membres de l’Association, de manière à faciliter l’échange d’informations, d’expertises et d’expériences, ainsi que l’utilisation des technologies de l’information pour tirer profit des meilleures pratiques afin d’achever les enquêtes pénales avec efficacité et célérité, notamment celles relatives aux crimes transfrontaliers.

De son côté, le procureur général du Royaume de Bahreïn et secrétaire général de l’Association des procureurs généraux arabes, Ali Bin Fadhul Al Buainain, a mis l’accent sur l’importance de la formation continue des membres des ministère publics eu égard aux types des crimes émergents, aux méthodes novatrices dans la façon dont ils sont commis, et à la rapidité de leur activité matérielle basée sur la technologie, ainsi que sur la nécessité de mobiliser les sources et moyens de connaissance et d’enquête afin de leur permettre de mieux mener des enquêtes approfondies tout en respectant les exigences de la légalité procédurale.

A noter que cette réunion a été marquée par l’élection de l’Arabie saoudite à la présidence de l’Assemblée générale de l’Association des procureurs généraux arabes, et le Maroc à son secrétariat général.

LR/MAP

,

Voir aussi

Bouznika,congrès national,PAM

Bouznika | Ouverture du 5ème congrès national du PAM

Les travaux du 5ème Congrès national du Parti Authenticité et Modernité (PAM) se sont ouverts, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...