dimanche 8 décembre 2019

Libertés individuelles : Au regard des doctrines musulmanes

La perception des libertés individuelles dans le monde arabo-musulman, diffère selon les doctrines suivies dans chaque pays.

Si certaines écoles juridiques musulmanes (rites), préconisent l’adaptation aux changements et aux évolutions des sociétés, d’autres se caractérisent par leur rigidité et leur résistance au changement.

Le rite Malékite

Adoptée très tôt par le Maroc et répandue principalement au Maghreb, en Afrique subsaharienne, aux Emirats, au Koweït, à Bahreïn et au Soudan, la doctrine Malékite accorde une place centrale aux coutumes, s’ils ne contredisent pas la loi divine, ainsi qu’à l’établissement des normes juridiques à partir de l’intérêt général de la société. Cette école est réputée, avec l’école hanafite, la plus ouverte et la plus souple, d’où le fait que les pays qui adoptent le rite Malékite s’adaptent mieux aux différentes réalités locales et temporelles et à l’évolution du monde. Elle est donc mieux en mesure d’appréhender les adaptations nécessaires d’une façon souple et efficace. En matière de libertés, l’école Malékite est favorable à l’évolution des sociétés et à l’émancipation des individus.

L’école Hanafite

Apparue d’abord en Irak, l’école Hanafite se caractérise par l’utilisation de la raison et de l’opinion, notamment dans le domaine des libertés individuelles. Elle est particulièrement répandue en Turquie, mais aussi en Jordanie, en Syrie, en Irak et en Égypte.

Le Chafiisme

Cette doctrine musulmane se positionne entre l’école hanafite et l’école malékite. Pour les adeptes du Chafiisme, la sunna est valorisée comme source de droit et une grande importance est donnée au consensus de toute la communauté, autour d’un sujet donné. Cette école est répandue notamment au Yémen.

Le Hanbalisme

L’école Hanbalite fait prévaloir la parole du prophète (hadîth). Elle adopte l’interprétation apparente du Coran et de la sunna et rejette le raisonnement par analogie. Le Hanbalisme se méfie de l’opinion personne qu’il considère comme une hérésie, voir même une source d’innovations pécheresses et de division de la communauté musulmane.

La doctrine Wahhabite

Ce mouvement, se réclamant de l’islam sunnite hanbalite, est particulièrement prédominant en Arabie Saoudite. Le Wahhabisme prône un retour aux pratiques en vigueur dans la communauté musulmane du prophète et ses premiers successeurs ou califes.  La doctrine wahhabite estime qu’il n’existe qu’une seule interprétation des textes religieux. Au nom du Wahhabisme, la démocratie est considérée comme péché, tandis que les défenseurs des libertés individuelles sont taxés d’encourager la dépravation.

ML

Voir aussi

CESE : Le Maroc face aux nouvelles formes de protestation

CESE : Le Maroc face aux nouvelles formes de protestation

Le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE), a organisé mardi 29 octobre 2019 à Rabat, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.