Deux ans de prison ferme en appel pour deux policiers qui avaient frappé un adolescent

policiers

Deux policiers marseillais qui avaient roué de coups un adolescent de 16 ans ont été condamnés mardi en appel à trois ans de prison dont deux ferme, peine assortie d’une interdiction définitive d’exercer leur métier, a-t-on appris auprès de leur avocat et de celui de la victime.

La cour d’appel d’Aix-en-Provence a allégé quelque peu la peine prononcée en première instance, et qui était de quatre ans de prison dont deux ferme. “Elle a cependant alourdi la peine complémentaire en leur interdisant d’exercer définitivement, ce qui est incohérent”, a dénoncé auprès de l’AFP leur conseil Me Gérald Pandelon.

Lors de son réquisitoire en septembre, l’avocat général Denis Vanbremeersch avait assuré qu’il n’aurait “pas demandé” l’interdiction d’exercer “s’ils avaient reconnu les faits”.

Le brigadier-chef Lionel Pourtalet et le gardien de la paix Thomas Bagnus, qui ne nient pas avoir patrouillé dans cette ruelle ce soir-là, ont toujours rejeté les accusations de violence et assurent même ne pas avoir rencontré la victime, Ishaq.

Le 20 février 2018, ce jeune homme alors âgé de 16 ans rendait visite à son frère à Marseille lorsqu’il s’était fait frapper à coups de pieds et de poings après avoir fait des courses dans une épicerie de nuit.

Il a expliqué que deux passagers d’une voiture de police s’étaient mis à le frapper sans raison après l’avoir éloigné au fond d’une impasse pour ne pas être vus. Son témoignage a été corroboré par l’épicier qui l’a vu juste après l’agression, et avait aussi remarqué l’équipage de police.

Ses agresseurs ont été identifiés par la description du véhicule et des fonctionnaires. Surtout, l’ADN de l’un des policiers avait été retrouvé sur un stylo siglé “Alliance” (un syndicat de police) que ce dernier avait laissé tomber sur place, et celui de l’autre policier sur une manche du survêtement de la victime.

Le jeune homme souffre maintenant de problèmes de vue à cause de la fracture du plancher orbital dont il a été victime et est suivi par un psychiatre pour son traumatisme, selon son avocate Me Linda Sennaoui.

Me Pandelon, l’avocat des deux policiers, “envisage le pourvoi en cassation”, a-t-il indiqué à l’AFP.

( Avec AFP )

Voir aussi

francisque vigouroux

La France doit être “plus claire” et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara (UME)

La France doit être “plus claire” et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.