jeudi 22 août 2019

Marché aux œufs «Al-Biyada» de Casablanca : Pourquoi les grossistes tirent la sonnette d’alarme…

Les œufs sont des produits de grande consommation pendant le Ramadan. Cette dernière passe, durant ce mois sacré, du simple au double. Qu’en est-il de l’offre pendant ce Ramadan 2019 ?

Selon des grossistes, il n’y a rien à craindre du côté de l’approvisionnement des marchés. Puisque, selon eux, l’offre est très importante.

Au marché de gros d’«Al-Biyada», à Casablanca, par exemple, comme pour le Ramadan de 2018, l’offre en œufs couvre largement, cette année, les besoins des consommateurs durant ce mois sacré, affirme Hassan Abidar, président de l’Association des commerçants grossistes de ce marché.

A en croire les dires de ce grossiste, les quantités sont tellement abondantes que les prix ont connu une baisse importante à «Al Bayada». «Il y a 15 jours, les prix variaient entre 0,78 et 0,80 DH l’unité. Et le jeudi 4 avril, soit cinq jours avant le Ramadan, les prix ont même chuté jusqu’à 0,68 DH la pièce, affirme Hassan Abidar. Et celui-ci de rappeler que le prix dépend de l’offre et de la demande. «Plus l’offre est importante, plus les prix baissent», précise-t-il.

Concernant la profession, Hassan Abidar tire la sonnette d’alarme car, selon lui, les grossistes de ce marché ne se retrouvent plus à cause de cette baisse, laquelle réduit leur marge bénéficiare. «Certains commerçant du marché d’Al-Biyada ont fait faillite», soutient-il non sans regret. «Cela fait plus de deux ans que nous faisons face à des difficultés financières et à une crise réelle. Aujourd’hui, les choses deviennent plus difficiles», confie le président de l’Association des commerçants grossistes au marché de gros d’«Al-Biyada».

Par ailleurs, pour le président de l’Association, la consommation serait aussi au centre des préoccupations des grossistes. Généralement, explique-t-il, «à quinze jours du mois sacré, la consommation commence déjà à croître». Mais, selon lui, elle a beaucoup baissé dernièrement.

Notre interlocuteur déplore un autre problème. «Il y a un vrai problème, que les autorités doivent absolument prendre au sérieux. Il s’agit de la question de l’organisation du marché des œufs à Casablanca. Car, disons-le, ce marché ne répond pas aux normes», souligne Abidar. Il déplore également le fait que n’importe quel individu peut se convertir en vendeur d’œufs, sans même avoir l’autorisation des autorités. C’est dire, pour ce grossiste, le laisser-aller qu’il y a au niveau de la profession.

S’agissant des prix durant ce mois sacré, pratiqués ce mardi 7 mai (1er Ramadan) au niveau des détaillants, ils variaient entre 0,85 et 0,90 dirham l’unité. Selon des consommateurs casablancais, le prix de ce produit de grande consommation reste, malgré tout, accessible et raisonnable en ce début de Ramadan. Mais, dans les jours qui viennent, les prix pourront atteindre des niveaux élevés. «Le ministère de l’Intérieur a, certes, annoncé des mesures fermes pour contrer les dépassements par certains commerçants. Mais cela n’empêchera pas les spéculateurs de faire monter les prix. D’ailleurs, chaque année, durant le mois de Ramadan, on assiste à une flambée spectaculaire des prix des produits de première nécessité», commente un consumériste.

Naîma Cherii

Voir aussi

CESE : Quelle stratégie pour promouvoir la lecture

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE), qui a tenu récemment sa 99ème session ordinaire, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.