mercredi 19 septembre 2018

Du nouveau sur l’état de santé de l’adolescente “Khadija”

L’histoire de Khadija Okkarou, l’adolescente de 17 ans qui a dit avoir subi un viol collectif et des tortures, perpétrées par des hommes de son village, dans le centre du Maroc, continue de faire couler beaucoup d’encre. Après la campagne lancée sur les réseaux sociaux pour lui venir en aide, ainsi que la mobilisation des marocains, un médecin l’ayant auscultée vient de donner des nouvelles sur son état de santé. 

“Elle doit bénéficier d’un accompagnement psychiatrique car elle est solide mais perturbée”, a déclaré le Dr Abdenbi Halmaoui dans un entretien avec la presse.

Me Brahim Hachane, l’avocat de l’adolescente, compte demander “une expertise médicale pour définir ses séquelles psychiques et physiques” quand le juge d’instruction chargé de l’affaire au parquet de Beni Mellal (centre) organisera la première audition, le 6 septembre prochain. L’avocat affirme avoir lui-même “constaté des brûlures et des tatouages sur son corps”.

A noter que suite à cette histoire ayant enflammé la toile, plusieurs personnalités comme Leila Slimani, Tahar Ben Jelloun ou Mahi Binbine ont signé le texte intitulé “Viol de la fille aux tatouages : qui va sauver les femmes marocaines ?” et publié dans différents médias en France et au Maroc.

Zineb Alaoui

Voir aussi

Le CHU de Fès et Leilah Foundation : créent un Centre de chirurgie cardio-vasculaire pédiatrique

Le Centre hospitalo-universitaire Hassan II de Fès et l’association ‘’Leilah Foundation’’ ont décidé d’unir leurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.