vendredi 20 octobre 2017

Afghanistan : L’attentat révélateur

La déflagration a fait trembler toute la ville. L’explosion d’un camion piégé a fait au moins 90 morts et plus de 400 blessés, le 31 mai à Kaboul, capitale de l’Afghanistan, dans un quartier où se trouvent notamment les ambassades française, allemande ou encore indienne. Une attaque particulièrement violente, mais qui n’est pas un cas isolé dans le pays, où 2.100 civils ont été tués depuis le début de l’année. Un terrible bilan, qui illustre l’instabilité qui règne dans le pays. Cette fragilité est le résultat de plusieurs facteurs, à commencer par la situation politique. Après les attentats du 11 septembre 2001, attribués à Oussama Ben Laden, les Américains ont renversé le pouvoir afghan, alors détenu par les talibans, pour nommer Hamid Karzaï, un Afghan naturalisé américain. Mais quinze ans et trois présidentielles plus tard, ce gouvernement peine encore à asseoir sa légitimité et ne contrôle que 60% du territoire. Une situation qui a engendré une crise politique, accentuée par l’élection de 2014, censée désigner le successeur de Karzaï. Faute de se mettre d’accord sur un vainqueur, les deux finalistes, Abdullah Abdullah et Ashraf Ghani, ont alors dû créer une coalition.

Seules, les autorités afghanes seraient d’ailleurs bien incapables de s’imposer dans le pays et l’aide militaire de l’Otan reste précieuse pour le gouvernement. Mais les talibans, qui n’ont pas abandonné l’idée de libérer l’Afghanistan de l’occupation internationale pour reprendre le pouvoir, enchaînent les actes de violence. A cette situation déjà complexe, est venu s’ajouter un nouvel élément: en janvier 2015, Daech, qui se contentait jusqu’alors d’opérer en Syrie et en Irak, a fait son entrée en Afghanistan. Si le groupe terroriste et les talibans ont un intérêt commun, à savoir chasser le pouvoir instauré par l’Occident, leurs divergences, notamment religieuses, n’ont pas tardé à aboutir à une déclaration de guerre entre eux.

Patrice Zehr

Voir aussi

Terrorisme islamiste et auberge catalane

C’est une erreur d’analyse aux graves conséquences que de lier les terroristes «marocains» des ramblas …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.