vendredi 6 décembre 2019

Rabat : 2ème édition de l’Africa BlockChain Summit

Rabat : 2ème édition de l’Africa BlockChain Summit

La 2ème édition de l’Africa BlockChain Summit s’est tenue, jeudi à Rabat, à l’initiative de Bank Al-Maghrib et Paris Europlace avec le soutien des sociétés HPS et Talan, l’Africa BlockChain Summit. Cet événement est dédié à la technologie Blockchain en Afrique et son potentiel aussi bien pour les banques centrales que pour le système financier dans son ensemble.

A cette occasion, le Wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, a souligné que le Maroc compte saisir l’apport de la Fintech dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie d’inclusion financière afin de favoriser l’inclusion économique et sociale.

La Fintech, qui transforme la relation client, les moyens de paiement ainsi que les modes de financement et de transfert, est en train de révolutionner le paysage financier et élargir la gamme des produits et des services tout en les rendant de meilleure qualité, plus accessibles et moins coûteux, a-t-il relevé.

C’est pour ces raisons et bien d’autres que le Maroc entend saisir l’apport de la Fintech dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie d’inclusion financière qui vise à garantir un accès équitable pour l’ensemble des individus et entreprises à des produits et services financiers formels pour une utilisation adaptée à leurs besoins et à leurs moyens, a soutenu M. Jouahri.

Cette stratégie nationale, élaborée par le ministère de l’Economie et des finances et Bank Al-Maghrib dans le cadre d’une démarche participative, repose en ce qui concerne les fintechs sur deux axes principaux à savoir le développement de modèles alternatifs permettant d’atteindre les populations les plus exclues à moindre coût et qui soient adaptés aux spécificités de ces dernières, et la création des conditions d’un plus grand usage des produits financiers en accélérant la dématérialisation des paiements, en particulier ceux entre l’État et les usagers, pour ancrer l’inclusion financière dans les comportements des ménages et en renforçant l’éducation financière, a-t-il rappelé.

M. Jouhari a relevé à cet égard que le potentiel des nouvelles technologies pour le développement des services financiers en particulier au niveau des économies émergentes n’est plus à démontrer, précisant que celles-ci permettent d’accélérer l’inclusion financière et de l’élargir aux segments les plus fragiles du tissu productif et aux couches de la population les plus défavorisées grâce à la large couverture des réseaux mobiles et à la pénétration de l’internet.

Il s’est attardé aussi sur le potentiel de la technologie de BlockChain de générer des gains de productivité pour de multiples industries, du secteur financier aux marchés de l’énergie, aux chaînes d’approvisionnement, à la gestion de la propriété intellectuelle, au secteur public et au-delà, notant que sa capacité à assurer la désintermédiation, à améliorer la transparence et à accroître la vérifiabilité va aussi permettre de réduire considérablement les coûts des transactions, d’introduire l’efficacité dans les chaînes de valeur existantes et d’ouvrir de nouveaux marchés.

M. Jouahri n’a pas manqué aussi d’attirer l’attention sur les nouveaux risques engendrés par les évolutions technologiques notamment en matière de blanchiment d’argent, de financement du terrorisme, de cybersécurité, ainsi que pour la protection du consommateur et des données à caractère personnel, soulignant que les banques centrales, en tant que régulateur, sont appelées à laisser suffisamment d’espace à la créativité et au développement des services financiers innovants, mais en même temps, doivent préserver et renforcer la résilience des systèmes financiers et protéger le consommateur et l’entreprise.

Pour sa part, le secrétaire général de Paris Europlace, Alain Pithon, a mis en avant l’utilité majeure des nouvelles technologies numériques, notamment la Blockchain, dans le développement de l’industrie financière, ajoutant que l’Africa BlockChain Summit constitue un moyen pour nourrir les partenariats avec les pays en Afrique, en particulier le Maroc.

Mettant l’accent sur le “vivier précieux d’entreprises et de startups” dont dispose le Royaume, M. Pithon a fait remarquer que “le Maroc a une très belle carte à jouer sur ces technologies”, relevant que ces nouveaux outils permettent d’accélérer davantage l’inclusion financière.

Les thématiques abordées lors de cette rencontre, qui réunit près de 300 participants et une trentaine d’intervenants internationaux de haut niveau, portent notamment sur l’utilisation de la Blockchain dans les milieux financiers et les défis que cela entraîne pour les régulateurs, ainsi que les utilisations de cette technologie dont notamment les smarts contracts, la crypto-monnaie et les domaines réglementaires et juridiques.

Avec MAP

Voir aussi

CFC – BCFE : Promouvoir les opportunités d’investissement

Poursuivant la densification de son réseau de partenaires internationaux, Casablanca Finance City (CFC) a signé, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.