mercredi 16 août 2017

Renault Maroc : Nouvelle stratégie 2014-2016

Jacques prost directeur general renault maroc 2014

Jeudi 29 mai 2014, Jacques Prost, Directeur général du Groupe Renault Maroc a présenté à l’usine Renault-Nissan de Tanger, les grandes lignes de sa nouvelle stratégie 2014 –2016, avec une nouvelle vision à l’horizon 2016, portée par le slogan: «Renault Maroc, l’Excellence sans Frontières».

«Renault, c’est 93.000 voitures livrées, c’est 21,5% du total des exportations du Maroc. ‘Renault Maroc, l’Excellence sans Frontières’, ce slogan illustre à la fois la volonté du Groupe Renault Maroc de se positionner en tant que constructeur qui produit et exporte des véhicules de qualité, mais aussi sa volonté de créer un Groupe qui unit différentes entités présentes au Maroc: Renault Commerce Maroc, Usine Somaca de Casablanca, Usine Renault-Nissan de Tanger et RCI Finance Maroc.

Cette vision s’inscrit dans la stratégie globale de Renault, tout en s’adaptant aux priorités et exigences locales, donnant ainsi une nouvelle impulsion au Groupe Renault Maroc», informe Jacques Prost, Directeur général du Groupe Renault Maroc. Selon lui, la Vision Renault Maroc 2016 est structurée comme suit: un socle, quatre piliers, trois objectifs. Le socle de cette vision est la qualité des produits et services de Renault Maroc, ceci pour séduire et satisfaire les clients. Les 4 piliers sont: l’Entreprise, les Collaborateurs, les Clients et le Rayonnement Externe. Ces piliers permettront à Renault Maroc, d’atteindre 3 objectifs, améliorer l’image de marque de l’entreprise par l’ambition qualité et booster le chiffre d’affaire et la profitabilité de l’entreprise. Le Groupe Renault Maroc a défini une signature qui caractérise chacun des leviers de la vision 2016. «Pour l’entreprise, Renault Maroc vise la «Croissance rentable», qui est la base de la pérennité du business du Groupe au Maroc. Pour les collaborateurs, Renault Maroc vise «l’épanouissement du collaborateur», sans lequel rien n’est possible, pour les clients, nous visons «la séduction et la satisfaction» à tous les niveaux. Et pour le rayonnement externe, continuer à faire en sorte que Renault Maroc soit toujours un acteur engagé dans le développement du pays», explique-t-il.

«Un acteur engagé» dans le développement du pays

Renault Maroc compte atteindre ces objectifs grâce au renouvellement de la gamme Renault et Dacia, à savoir Nouvelle Clio 4, Captur et la Nouvelle Mégane pour Renault, Logan phase 2, Sandero phase 2, Duster phase 2, Lodgy et Dokker pour Dacia, en plus d’une gamme de véhicules étendue qui sera lancée tout au long des trois ans à venir. Le succès des 2 marques du Groupe a été confirmé au dernier Salon Auto Expo. Les réalisations de Renault Maroc ont été de 30% supérieures à l’édition 2012, grâce notamment à Renault Clio 4, Dacia Logan et le nouveau Renault Kangoo qui ont bien performé, ainsi que Nouvelle Renault Mégane et Nouveau Dacia Duster qui ont effectué un très bon démarrage. Renault Maroc compte se positionner en tant que leader en part de marché en passant par la transformation de son réseau commercial. Le Groupe rénove ses show-rooms pour être aux standards et fondamentaux de Renault et garantir la meilleure satisfaction de ses clients. C’est aussi dans cet objectif que Renault Maroc poursuit l’extension de sa couverture commerciale à travers le Maroc, avec notamment 11 nouveaux agents directs à fin 2014 et la mise en place de 4 nouvelles succursales à Casablanca, dont 3 sont déjà opérationnelles. Le déploiement de cette couverture territoriale se poursuivra jusqu’à 2016 précise Jacques Prost. Le Groupe Renault Maroc est à ce jour le seul constructeur installé avec un pôle industriel constitué de deux usines: usine Somaca de Casablanca et usine Renault-Nissan de Tanger, qui fabriquent quatre modèles de la gamme Entry: Dacia Lodgy, Dacia Docker, Dacia Sandero et Dacia Logan». De nouveaux projets viendront renforcer l’activité industrielle de Renault Maroc. Ces projets s’inscriront dans le cadre de la stratégie Afrique de Renault. En parallèle, Renault Maroc a développé une plateforme d’export appelée ILN (International Logistics Network). Cette plateforme permet aujourd’hui l’export de pièces réalisées dans l’usine Renault-Nissan de Tanger ou chez des fournisseurs locaux vers d’autres usines de Renault. Cette activité représentera d’ici 2016 plus de 100 conteneurs exportés par semaine à travers le port Tanger Med, renfonçant ainsi l’activité d’export du Maroc. Ce leadership en commerce et en industrie a permis aujourd’hui au Groupe Renault Maroc de se positionner parmi les meilleurs en profitabilité au niveau de la région Euromed-Afrique de Renault. L’ambition est d’améliorer davantage le niveau de profitabilité d’ici 2016.

Badia Dref

……………………………………………………………………………………

Visite de presse à l’usine Renault–Nissan-Tanger

Usine renault maroc

Lors d’une visite de presse à Renault-Nissan-Tanger, le 29 mai 2014, Paul Carvalho, directeur général de cette usine, située à Tanger Free Zone et avoisinant le port Tanger Med, a présenté son établissement aux journalistes. Cette unité d’assemblage produit des voitures principalement destinées au marché européen, mais également au marché marocain. Zoom sur les différentes phases de production.

«Renault est le top 3 en matière de sécurité. En matière de performance, l’usine fabrique une voiture en neuf mois et met 9 heures à l’assemblée. La ligne de l’emboutissage constitue la première étape dans la création de la voiture. La matière première arrive sous forme de bobines d’acier de 10 à 20 tonnes chacune. Celles-ci sont déroulées, découpées en flans et compressées dans des moules afin d’obtenir des pièces de la voiture», informe Paul Carvalho. Et d’ajouter: «Le 1er juillet 2011, nous avons sorti notre première voiture. La première année, nous avons produit 50.000 unités, la 2ème année 100.000 unités et la 3ème année 200.000 unités. Nous ambitionnons de produire 340.000 voitures en 2014. Notre usine emploie 5.300 personnes, dont 4.300 ouvriers qui travaillent en deux équipes, une la nuit et l’autre le jour, ainsi que 1.000 employés».
Selon Paul Carvalho, la ligne de tôlerie assemble les pièces embouties. Pour les lignes Sandero et Stepway, les installations mises sur place sont très modernes et les robots sont conduits par un personnel marocain. «C’est en fait 40.000 coups, 300 tonnes de métaux, 540 voitures par jour, 2.000 tonnes de pression, 15 métiers de profondeur en dessous et 1 million de pièces produits par mois envoyés à l’extérieur. On devient un très grand fournisseur de la place. On a sept lignes, donc une des plus grandes usines d’emboutissage. On est 4ème au niveau mondial, en volume de production. Pour ce qui est de la position occupée par rapport aux autres usines du groupe, on est très en avance par rapport aux usines nouvellement installées en Inde, en Algérie et au Brésil. Et l’usine Renault Maroc leur donne un coup de main, comme on l’a aidée au début de son lancement. Une fois les caisses assemblées au body shop, elles passent à la peinture. On leur applique 5 couches de peinture. Après, c’est au tour de la ligne d’assemblage général. L’usine travaille en synchrone. Cette ligne est gérée par un processus nommé ”full-kitting” et l’on trouve des robots qui sont gérés par nos opérateurs». Tout est calculé pour faciliter la tâche aux opérateurs, explique encore Paul Carvalho. «Les opérateurs de la zone de préparation rassemblent les pièces des rayons du magasin dans des caddies et les remettent aux autres opérateurs pour qu’ils soient à portée de main lors de l’assemblage, qu’il s’agisse des sièges, des vitres, des tableaux de bord, des essuie-glaces ou des pneus. Pour assembler Docker et Lodgy, par exemple, il faut entre 1.800 et 2.000 pièces. Une fois le montage de la voiture terminé, la voiture passe au nettoyage et au dégraissage», précise-t-il, ajoutant que, pour assurer la qualité et la sécurité, l’on procède à un autocontrôle spécifique et approfondi des voitures. Celles-ci doivent passer dans une cabine de roulage et être testées dans une piste d’essayage de 1 km, avec des pentes et des virages.
«Après, la voiture doit passer sous une douche. Des milliers de litres d’eau sont utilisés à chaque fois, pour connaître le degré d’étanchéité. Après contrôle, 90% de nos voitures ne sont pas expédiées de nouveau à l’usine. On se met à la place des clients. Certains clients ont même assisté à l’assemblage de leur voiture en temps réel», affirme le directeur général de Renault-Nissan-Tanger.
Logan et Dacia ont le meilleur retour réseau et la meilleure satisfaction client. Les voitures sont envoyées par chemin de fer vers Tanger Med pour l’export. Celles destinées au marché marocain sont transportées vers les concessionnaires par les camions.

Qu’en est–il de l’énergie consommée?

«Les chaudières traditionnelles sont remplacées par des chaudières biomasse utilisant comme combustible les noyaux d’olives et d’argan et les chutes de bois. On a en fait 3 chaudières qui produisent 40% de l’énergie et elles rejettent zéro CO2. Elles fournissent l’eau surchauffée nécessaire aux processus industriels. On a un bassin pour les eaux pluviales et les eaux de l’usine. L’eau industrielle est recyclée. Les besoins du site en électricité sont assurés par des éoliennes et des turbines hydrauliques. L’Usine de Tanger n’émet aucun rejet liquide dans le milieu naturel et réduit de 70% ses prélèvements en eau pour les process industriels de production», indique le directeur général Renault-Nissan-Tanger.

Badia Dref
………………………………………………………………

Renault, une entreprise locomotive


Renault se considère comme un partenaire privilégié du gouvernement du Maroc sur le volet économique, pour développer l’industrie automobile en conformité totale avec le Plan d’Accélération Industrielle 2014-2020. Ce plan a mis en valeur la notion d’écosystème qui consiste en un regroupement de leaders industriels ou PME autour d’une entreprise locomotive pour développer de véritables filières industrielles ou technologiques. Renault s’est inscrit dans cette logique depuis son installation à Tanger. Le Groupe compte en effet maintenir et élargir son rôle de locomotive de développement de l’industrie automobile au Maroc en améliorant le taux d’intégration locale qui est aujourd’hui à 45% de pièces localisées et qui devrait atteindre, grâce au travail entrepris en partenariat avec le ministère de l’Industrie et l’AMICA, 55% à fin 2016. Aussi, Renault Maroc a-t-il remarquablement contribué à l’amélioration de la balance commerciale du Maroc depuis 2012. L’effet Renault a induit une hausse des exportations du secteur automobile de 48% à fin avril 2014 par rapport à la même période en 2013, ce qui représente aujourd’hui 21,5% du total des exportations du Maroc.

BD

Voir aussi

Affaire Gdim Izik : Enfin, le verdict…

La Chambre criminelle près la Cour d’appel à Salé a enfin prononcé, mercredi 19 juillet …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.