lundi 18 décembre 2017

Qatar-CCG : Le Maroc passe à l’action

Lundi 5 juin 2017, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et Bahreïn ont pris la décision de rompre leurs relations diplomatiques et de fermer leurs frontières aériennes et terrestres avec le Qatar. Le même jour, l’Egypte a annoncé avoir rompu ses liens diplomatiques avec le Qatar, accusé de soutenir «le terrorisme». Le Yémen a également pris les mêmes mesures. Et la liste allait s’allonger pour contenir dix Etats arabes, déclenchant ainsi une crise sans précédent dans les relations entre les pays du Golfe et leurs alliés.

L’on trouvait effectivement bizarre que cette crise ait éclaté peu de temps après la visite du président américain, Donald Trump, dans la région. Une visite fructueuse pour les USA, compte tenu des gros contrats que le président Trump a signés avec les différents pays, notamment l’Arabie Saoudite. Réagissant plutôt de manière mesurée à cette crise et dans une tentative de détourner  les regards tournés avec insistance vers Washington, le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, s’est contenté de commenter: «Il est important que ces pays restent unis». Un commentaire bien timide, loin de dissimuler les empreintes qu’a laissées la visite présidentielle, dans la chronologie de cette crise dont l’onde de choc allait, petit à petit, s’élargir.

La rupture des relations diplomatiques avec le Qatar a eu un effet avalanche pour s’étendre à d’autres pays, notamment la Jordanie, les Maldives, Maurice ou encore la Mauritanie qui ont emboîté le pas à l’Arabie Saoudite.

Dans ce contexte d’ébullition diplomatique et face à la pire crise connue par la région du Golfe depuis des années, le Maroc s’est gardé de toute précipitation et a opté pour la prudence et la vigilance. Il s’est ainsi tenu à distance égale des deux parties, l’Arabie Saoudite, d’une part et le Qatar, de l’autre. Le Maroc étant en bons termes avec tous les pays formant le Conseil de Coopération du Golfe, il entretient de très bonnes relations avec Riyad, comme avec Doha.

Dans une tentative d’explication de la position du Maroc vis-à-vis de la crise entre l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, Bahreïn, l’Egypte et d’autres pays arabes, d’un côté et le Qatar, de l’autre, un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale précisera que cette position émane des principes clairs qui fondent la politique étrangère du Royaume et repose sur les relations de fraternité sincère qui lient le Roi Mohammed VI aux Rois et Princes des Etats membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG). Cette position repose également sur les relations de partenariat stratégique exceptionnel avec les membres du CCG et les liens solides entre le peuple marocain et les peuples de ces pays. Cette position ne peut, en aucun cas, être liée aux positions des autres parties non arabes qui tentent d’exploiter cette crise pour renforcer leur positionnement dans la région et porter atteinte aux intérêts suprêmes de ces pays. Le Maroc n’a pas besoin de présenter une preuve ou de confirmer sa solidarité permanente avec les pays du Golfe, qui s’est manifestée, dès la 1ère guerre du Golfe, à travers notamment son soutien à la souveraineté des Emirats Arabes Unis sur ses 3 îles, la rupture de ses relations diplomatiques avec l’Iran, en solidarité avec Bahreïn et sa participation à la coalition arabe pour le soutien à la légitimité au Yémen, où plusieurs Marocains sont tombés martyrs aux côtés de leurs frères des pays du Golfe, a aussi fait savoir le communiqué.

De bons offices pour favoriser le dialogue

Ainsi, après s’être gardé de prendre officiellement position sur la crise qui agite la région du Golfe, le Maroc s’est prononcé (dimanche 11 juin 2017) en faveur de la reprise du dialogue et se pose en médiateur. En effet, un communiqué du ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale, rendu public ce même jour, précise:

«Le Royaume du Maroc suit avec une grande préoccupation la détérioration, ces derniers jours, des relations entre le Royaume d’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Royaume de Bahreïn, l’Egypte et d’autres pays arabes, d’un côté et l’Etat du Qatar, de l’autre.
Depuis le déclenchement de cette crise, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a maintenu un contact étroit et permanent avec les différentes parties.
En raison des liens personnels solides, de fraternité sincère et de considération mutuelle entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI et ses frères Rois et Emirs des pays du Golfe; et tenant compte du partenariat stratégique singulier avec les Etats du CCG, le Royaume du Maroc a veillé à ne pas verser dans les déclarations publiques et les prises de position hâtives qui ne font que renforcer la discorde et approfondir les divergences.
Sa Majesté le Roi a, ainsi, appelé l’ensemble des parties à faire preuve de retenue et de sagesse, afin de faire baisser la tension, dépasser cette crise et régler définitivement les causes qui y ont conduisent, conformément à l’esprit qui a toujours prévalu au sein du CCG.
Le Royaume du Maroc, fortement lié aux pays du Golfe dans tous les domaines, mais suffisamment éloigné géographiquement, se sent intimement concerné par cette crise, sans y être directement impliqué. Le Royaume privilégie une neutralité constructive qui ne saurait le confiner à l’observation passive d’une escalade inquiétante entre des pays frères.
Aussi, si les parties le souhaitent, le Royaume du Maroc est disposé à offrir ses bons offices en vue de favoriser un dialogue franc et global, sur la base de la non-ingérence dans les affaires intérieures, la lutte contre l’extrémisme religieux, la clarté dans les positions et la loyauté dans les engagements.
Le Royaume du Maroc forme le vœu que ce mois sacré de Ramadan puisse inspirer à tous l’esprit de solidarité et de concorde, nécessaire pour dépasser les désaccords actuels, afin que le CCG demeure un modèle de coordination régionale et un moteur de l’action arabe commune».

L’action déclenchée

Lundi 12 juin 2017, Cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, Prince Héritier d’Abou Dhabi, commandant suprême adjoint des forces armées de l’Etat des Emirats Arabes Unis, a reçu, au Palais Al-Batine d’Abou Dhabi, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, émissaire du Roi Mohammed VI. Et à cette occasion, Bourita a transmis un message verbal du Souverain au Prince Héritier d’Abou Dhabi.

Le même jour, l’Emir du Koweït, Cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah a reçu, au palais Bayan à Koweït City, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, émissaire de SM le Roi. A cette occasion, Bourita a aussi transmis un message verbal de SM le Roi à l’Emir du Koweït. Selon l’agence de presse koweïtienne KUNA, Sa Majesté a exprimé à l’Emir du Koweït «le soutien total du Souverain aux efforts et initiatives entreprises par l’Emir du Koweït pour faire baisser la tension entre les pays du Golfe, contenir la crise et dissiper les différends à travers le dialogue entre les pays frères du Conseil de coopération du Golfe (CCG)».

Mardi 13 juin  Nasser Bourita  s’est rendu à Djeddah où il a été reçu, au palais Salam, par le Serviteur des Lieux Saints, le Roi Salman Bin Abdelaziz Al Saoud. L’émissaire de Sa Majesté le Roi a, à cette occasion, transmis un message verbal du Souverain à Son frère le Serviteur des Lieux Saints.

Hamid Dades

Aide alimentaire : Le Maroc à la rescousse du Qatar

Sur instruction de SM le Roi, le Maroc a décidé d’envoyer des avions chargés de produits alimentaires à destination de l’Etat du Qatar, indique lundi 12 juin, un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, dont voici le texte: «Sur instruction de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, le Royaume du Maroc a décidé d’envoyer des avions chargés de produits alimentaires à destination de l’Etat du Qatar. Cette décision intervient en conformité avec les préceptes de la sainte religion islamique qui incite à la solidarité et l’entraide entre les peuples islamiques, notamment en ce mois béni de Ramadan, conformément au verset coranique: «Le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens et preuves claires de la bonne direction et du discernement». Le Royaume du Maroc affirme que cette décision n’a aucun lien avec les aspects politiques de la crise entre l’Etat du Qatar et d’autres pays frères, sachant que la position du Maroc à ce sujet a fait l’objet d’un communiqué exhaustif du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, rendu public dimanche 11 juin 2017».

Voir aussi

Maroc/Crypto-monnaie : Pourquoi ces tirs croisés sur les Bitcoins…

L’Office des Changes, le ministère des Finances, Bank Al-Maghrib et l’AMMC sont unanimes: les Bitcoins, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.