mardi 22 août 2017

PJD : Divisions et appel à se retirer du Gouvernement

Le Parti de la Justice et du Développement (PJD) fait face à un mouvement de contestation interne constitué des partisans de l’ancien chef de gouvernement et actuel SG du parti, Abdelilah Benkirane.

Ce mouvement dirigé par Anas El Hayouni, membre du Conseil national, appelle au retrait du PJD du gouvernement pour «sauver la face et préserver la popularité du parti». Parmi les acteurs dudit mouvement, plusieurs membres du Conseil national du parti, tous partisans de Benkirane qui s’était quelque peu éclipsé de la scène politico-médiatique, en raison de son voyage à la Mecque.

Ce que veulent les anti-El Othmani

Concrètement, les initiateurs de ce mouvement, qui se range du côté du SG du PJD, Abdelilah Benkirane, contre le chef de l’Exécutif actuel et président du Conseil National (CN) du parti, Saâd-Eddine El Othmani, appellent à la tenue d’une réunion du CN, dans le cadre d’une session extraordinaire, pour entériner la décision du retrait du gouvernement. Les auteurs de l’appel estiment également que le gouvernement conduit par El Othmani ne les honore pas. Aussi, le retrait du gouvernement est-il, pour eux, le seul moyen de sauver la face, au moment où la crédibilité du parti est sérieusement mise en doute.  

Une crise qui ne fait que commencer

Nombre d’observateurs de la scène partisane marocaine affirment que Saâd-Eddine El Othmani fait déjà l’objet d’attaques systématiques de la part des parlementaires et cadres du parti. Ils expliquent ce climat tendu, qui plane sur un parti qui s’est longtemps montré soudé, par la discorde qui s’est installée entre les PJDistes tout au long de la période des négociations pour la formation du gouvernement, surtout au moment de la présentation de la liste des ministrables. En effet plusieurs membres du PJD n’ont pas caché leur déception de ne pas avoir été choisis pour faire partie du gouvernement. Cette amertume continue, à ce jour, d’être fortement ressentie à travers les publications et commentaires virulents sur les réseaux sociaux de certains membres influents du PJD. De l’avis des sympathisants d’El Othmani, le clan de Benkirane prend aujourd’hui en otage le PJD et souhaite se venger, croyant que c’est à cause d’El Othmani que Benkirane n’est plus chef de l’Exécutif.  De nombreux dirigeants du PJD, dont des membres du Secrétariat Général (SG), ont cependant invité les militants et cadres du parti à ne pas prendre au sérieux cet appel qui, selon eux, n’est qu’une tempête dans un verre d’eau. Selon eux, «au lieu de parler de retrait du gouvernement pour sauver le parti, il faut inciter l’Exécutif à mettre en œuvre, dans les brefs délais, son programme gouvernemental au profit des citoyens et du développement du pays».

Mohcine Lourhzal

Le Secrétariat Général du PJD se réunit à Rabat

Après une interruption qui a duré plusieurs semaines, le Secrétariat Général du PJD s’est réuni, lundi 12 juin 2017, sous la présidence de Abdelilah Benkirane, SG du parti islamiste. Au menu de cette rencontre, la préparation du 8ème Congrès national du parti, prévu avant la fin de 2017. La réunion du Secrétariat Général a également été l’occasion de discuter des dernières nouveautés sur la scène politique et sociale au Maroc. Au terme de cette réunion, un rapport détaillé a été remis au SG du PJD, concernant l’action du gouvernement dirigé par ce parti en la personne de Saâd-Eddine El Othmani. Plusieurs PJDistes ont remarqué que Benkirane n’a pas donné d’importance à ce document. Ce qui a été interprété comme étant un désaveu de la part de Benkirane à son camarade au parti et président de son CN.

——————————————–

Questions à…

Anas Hayouni, initiateur du Mouvement anti-El Othmani

«El Othmani joue le rôle de spectateur»

Vous avez créé un mouvement de contestation interne qui appelle au retrait du PJD du gouvernement. Que voulez-vous au juste?

Notre mouvement de contestation traduit la colère que ressentent plusieurs adhérents au PJD. Nous n’avons pas admis que Saâd-Eddine El Othmani ait fait autant de concessions lors de l’étape qui a précédé l’annonce de la composition du gouvernement qu’il dirige.

Que reprochez-vous à Saâd-Eddine El Othmani?

Nous lui reprochons d’avoir accepté que le gouvernement se compose de noms et de partis qui ont porté atteinte et au PJD auquel El Othmani appartient et à sa crédibilité auprès des électeurs. Sans parler de la déception de ceux qui ont donné leur confiance au SG du parti, Abdelilah Benkirane. La goutte qui a fait déborder le vase, c’est cette passivité avec laquelle le chef de gouvernement actuel se comporte, au moment où le Rif connaît des manifestations. Au lieu de jouer son rôle de chef de l’Exécutif et de favoriser le retour au calme à Al Hoceima, El Othmani joue le rôle de spectateur. Au sein du gouvernement, le PJD n’est plus à la tête de ministères importants. Nous tenons El Othmani comme responsable de cette situation que de plus en plus de membres du parti refusent d’admettre.

Propos recueillis par ML

Voir aussi

Voyage… Ces jeunes qui bousculent les habitudes…

Diplôme en poche, nouveau boulot, les moins de 35 ans bousculent les habitudes et, surtout, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.