dimanche 17 décembre 2017

«Les attaques d’Alger ne m’intéressent pas»

Jean Paul Quarteron president du Forum Crans Montana

Entretien avec Jean-Paul Quarteron, président du Forum Crans Montana

Que pouvez-vous dire du Forum Crans Montana organisé à Dakhla?

Il entre dans le cadre du développement de la coopération Sud-Sud. Il y a en Afrique de grandes capitales où les organisateurs d’événements, un peu comme le mien, aiment bien aller et il y a aussi certains endroits qui méritent attention, soutien au développement et encouragement. C’est dans cet esprit que nous sommes venus à Dakhla.

Une occasion de se concerter sur nombre de problèmes d’actualité, oui, mais pourquoi ce choix du Maroc?

Le Maroc a ouvert la voie pour une coopération bilatérale très importante. On se retrouve aujourd’hui avec un exemple en termes de coopération et de développement qui, pour moi, est à la fois intéressant et rassurant.

Pour illustrer la crise économique qui sévit dans le monde, vous avez cité l’exemple de femmes qui, en France, dorment dans leur voiture parce qu’elles n’ont pas de maison où dormir. Que peuvent alors faire les pays riches pour aider les pays démunis et, en l’occurrence, les pays subsahariens, si eux-mêmes en sont là?

C’est le vrai problème. Que va devenir le monde lorsque les pays si puissants sont pauvres ?

Et pour ce qui est des jeunes qui rejoignent des groupes terroristes, qu’est-ce qui explique que de jeunes Européens ou Occidentaux en général, font un tel dérapage?

La désespérance mais aussi la déstructuration de l’Etat qui ne procure plus d’espoir. Ces jeunes traînent désœuvrés et sont facilement maniables et influençables. C’est terrible. C’est une donnée de notre civilisation actuelle.

Comment y remédier à votre avis?

Je pense qu’il n’y a pas de régime de liberté sans un gouvernement fort et le problème, c’est qu’on a beaucoup cédé, dans les pays notamment européens, à la démagogie. On est très permissif et on ne s’est pas aperçu qu’on a ouvert des portes, que l’ouverture est devenue aujourd’hui béante et que l’Etat n’est plus suffisamment présent pour contrôler.

Il faut sécuriser…?

Oui, sécuriser, -je le pense sincèrement-, de la même manière avec laquelle vous élevez vos enfants au sein de votre petite famille à la maison, avec liberté, amour, mais aussi rigidité, parce qu’il y a ceux qui veulent en abuser.

Comment avez-vous ressenti le fait que l’Algérie et son acolyte le Polisario aient fait beaucoup de tapage médiatique autour du Forum de Dakhla et exercé une «pression» pour vous amener à renoncer à cette manifestation, somme toute de développement ?

Le gros problème de notre civilisation aujourd’hui, c’est qu’au niveau des gens qui gouvernent dans le monde, il y a beaucoup d’incompétents. On le constate de visu. Et cette incompétence s’accompagne souvent d’un manque total d’humilité et donc d’arrogance. Il n’y a rien de pire que quelqu’un qui est incompétent et qui n’accepte pas d’entendre les conseils et les avis.

Et les attaques de l’Algérie?

Les attaques de l’Algérie ne m’intéressent pas. En trente ans, j’ai rencontré cent mille personnalités de tous bords. Ces gens savent ce que je fais. Je ne me mets pas dans des controverses politiques.

Propos recueillis par Mohammed Nafaa

Voir aussi

Concombres de mer/Maroc : Trésor méconnu, braconniers et marché de dupes

La pêche illicite des concombres de mer prend de l’ampleur au Maroc. Elle a déjà …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.