dimanche 20 août 2017

Alliances : Un modèle économique spécifique

Belmaachi et Alami Lazrak dg et pdg groupe Alliances avril 2014

Le Groupe Alliances voit grand et bâtit grand aussi. Pourtant, son top management préconise une croissance (sûre) qui s’opère (nécessairement) dans la douceur, sans précipitation, ni pas hasardeux…

Une aussi sage vision a ainsi fait que le Groupe Alliances a enregistré, en 2013, des performances financières conformes à ses objectifs, ce qui lui a permis d’impulser une nouvelle dynamique à ses perspectives de croissance, notamment par son important développement en Afrique.

Mohamed Alami Lazraq, PDG du Groupe, n’a d’ailleurs pas cessé de le rappeler à l’occasion de la conférence de présentation des résultats financiers pour l’exercice 2013. Il a surtout précisé que cette marche sereine émane du fait qu’avec un chiffre d’affaires sécurisé Groupe de 13,7 MMDH à réaliser au cours des trois prochaines années, le Groupe Alliances est confiant dans ses perspectives de croissance qui s’inscrivent sous le signe de la productivité et de la rentabilité.

Un contexte favorable au développement

C’est dans ce contexte qu’Alliances a clôturé l’exercice 2013 avec un chiffre d’affaires consolidé de 4.266 MDH, en croissance de 7% par rapport à 2012. De même, son RNPG a enregistré une augmentation de 11% pour s’établir à 580 MDH au 31 décembre 2013. Par ailleurs, les fonds propres de l’ensemble consolidé ont été renforcés pour atteindre 6.237 MDH, soit une augmentation de 5%.
Le bilan de l’année écoulée est le fruit d’une stratégie de diversification réussie. En effet, les différents pôles d’activité du Groupe ont su démontrer leur expertise et leur savoir-faire dans le développement de projets structurants.
Le pôle Habitat social et intermédiaire affiche, au 31 décembre 2013, une VIT de plus de 2,8 MMDH. Près de 9.200 unités (comprenant des logements sociaux, des logements intermédiaires et des lots) ont été déstockées pour un chiffre d’affaires de 2,2 MMDH. Par ailleurs, la cadence des ventes prévisionnelles en 2014 a été accélérée et ce, pour accompagner le lancement de nouveaux projets autorisés qui permettraient la vente de près de 11.000 unités, pour un chiffre d’affaires sécurisé de 4,5 MMDH.
Axe prioritaire de développement pour le Groupe, le pôle Habitat social et intermédiaire continue son expansion avec 15 programmes d’habitat social et intermédiaire en cours de construction partout dans le royaume. L’assiette foncière totale dédiée à ce pôle a été stabilisée à 1.460 hectares. Ce pôle a également axé son développement sur la promotion de logements intermédiaires pour répondre aux attentes du marché sur ce segment.
A ce titre, le Groupe Alliances a procédé à la signature de plusieurs conventions-cadre avec un ensemble d’organismes nationaux représentant près de 740.000 clients potentiels, dont 72.000 clients au titre des nouvelles conventions signées au cours de l’année 2013.
Le pôle Résidentiel Golfique et Tertiaire, véritable vitrine des projets du Groupe affiche un chiffre d’affaires sécurisé de plus de 2,9 MMDH. De même, la première tranche de Sindibad (partenariat avec Somed à 50%), entièrement commercialisée, affiche un chiffre d’affaires sécurisé de 1,4 MMDH. La commercialisation de la deuxième tranche sera bientôt lancée.
Alliances a notamment procédé à la signature définitive d’un partenariat avec la CDG et le FMDT pour le développement de la station Lixus, donnant lieu à la création d’une société commune détenue par le Groupe Alliances à hauteur de 50%, la CDG à hauteur de 30% et le FMDT à hauteur de 20%. Ce partenariat insufflera une nouvelle dynamique au projet et permettra de renforcer le positionnement de la station Lixus parmi les destinations majeures de la côte atlantique du Royaume.
De même, le projet Taghazout, dans lequel Alliances détient une participation de 20%, affiche un chiffre d’affaires sécurisé de 1,2 MMDH. Avec un carnet de commandes de 3 MMDH, le pôle Prestation de services est en train de développer plusieurs hôtels pour le compte de partenaires prestigieux. Le pôle Construction confirme de son côté sa dynamique de croissance en affichant un carnet de commandes de 5,5 MMDH réparties entre ses différentes filiales.
Promise à de belles perspectives, EMT Bâtiment conforte sa croissance avec un chiffre d’affaires de 720 MDH. Cette filiale de premier plan est en train de construire la première tranche du projet Akwaba en côte d’Ivoire, constituée de 1.660 logements pour un chiffre d’affaires global s’élevant à 430 MDH.
Autre société importante du pôle construction: EMT. Elle s’est vue confier la réalisation de nombreux projets structurants pour le pays, tels que des barrages, des aéroports et des ports. A noter qu’EMT a remporté l’appel d’offres pour la réalisation du Super Collecteur Ouest, ouvrage de protection de la ville de Casablanca contre les crues de l’oued Bouskoura représentant un chiffre d’affaires sécurisé de 511 MDH.

Hamid Dades

…………………………………………………………………..

L’Afrique, au cœur des orientations


S’inscrivant dans le développement naturel de la stratégie d’expansion du Groupe, l’Afrique Subsaharienne est au cœur des orientations d’Alliances. Le Groupe a ainsi décidé de se tourner vers le reste du continent avec l’ambition d’exporter son savoir-faire et de s’implanter à long terme.
En Côte d’Ivoire, le Groupe a entamé les travaux du projet Akwaba, récemment lancés par Sa Majesté le Roi Mohamed VI. Composé de 7.800 logements pour un investissement de 1,9 MMDH, ce projet entre dans le cadre de la signature d’une convention avec l’Etat ivoirien portant sur la réalisation de 14.000 logements à Abidjan.
Au Sénégal, Alliances a signé un protocole d’accord avec l’Etat sénégalais pour l’aménagement d’un méga pôle urbain de 1.900 ha à Dakar. Le Groupe est en charge du développement d’une zone de 375 hectares à réaliser en 4 phases, avec 16.000 logements pour un montant global de 350 millions d’euros.
Enfin, au Congo, un protocole d’accord a été signé, portant sur la réalisation par EMT Bâtiment, pour le compte de l’Etat congolais, d’un programme de construction de logements au Congo-Brazzaville comprenant 3.250 unités d’habitation et plusieurs équipements pour un investissement de près de 200 millions d’euros.
Le Groupe est soutenu dans sa stratégie de développement au Maroc et d’expansion de ses activités en Afrique subsaharienne par la Société Financière Internationale (IFC, Groupe BM) qui l’a fait bénéficier d’une offre de financement globale de 50 millions de dollars, reposant, d’une part, sur une prise de participation dans le capital de la société et, d’autre part, sur la mise à disposition d’un prêt assorti d’une option de conversion en actions pour IFC.

………………………………………………………………………..

Mohamed Alami Lazraq, PDG du Groupe Alliances

Alami lazrak

Doucement mais sûrement

Mohamed Alami Lazraq, PDG d’Alliances détaille pour Le Reporter les particularités du modèle du Groupe. La confiance renouvelée de partenaires prestigieux nationaux et internationaux atteste de l’attractivité de ce modèle économique.

Qu’est ce qui fait aujourd’hui du modèle économique d’Alliances un modèle exportable?

Il faut dire qu’aujourd’hui, nous sommes les seuls au Maroc à développer ce modèle d’activité. Le modèle existe dans certains pays européens avec une entreprise de construction, de BTP et, à côté, il y a des sociétés de promotion. Ce sont des modèles qui fonctionnent très bien. Pour nous, nous avons dans notre spécificité et notre particularité ce fait d’être aussi à la base des prestataires de services. Ceci nous permet d’avoir un laboratoire d’experts, d’architectes et d’ingénieurs qui permettent de tirer vers le haut la qualité de ce que nous produisons et livrons. Cela nous différencie évidemment par rapport au reste du marché.

Et que représente en volume réel l’activité du Groupe sur le continent africain?

Comme je l’ai toujours précisé, l’Afrique doit représenter au mieux 20% de notre activité en 2020 et au moins 15%, ce qui est déjà énorme! C’est un chiffre qui devra représenter, en 2020, quelque chose comme 1,5 MMDH de chiffre d’affaires en Afrique. Actuellement, on y va doucement. Nous avons déjà ce projet d’Abidjan. On va faire un 2ème projet au Sénégal… On essaye de bien comprendre, on ne se presse pas, surtout qu’en termes de ressources humaines, ce n’est pas très facile… Certes, nous avons les financements qu’il faut, mais… ce n’est pas suffisant: il faut sécuriser les RH et aller doucement pour vendre, pour réaliser et pour que nous soyons toujours bien considérés, comme au Maroc.

Vous insistez beaucoup sur ce fait d’aller doucement. Faites-vous donc de ce «il faut y aller doucement» votre propre devise?

Le Groupe a connu une forte croissance, depuis sa création: une croissance à deux chiffres. Donc, à un moment donné et comme pour tous les groupes du monde, il y a un palier qui se crée. Et, comme vous le remarquez, nous sommes sur d’autres voies de croissance comme l’Afrique, le segment de la classe moyenne, le résidentiel qui va prendre le relais du social, etc. Il y a donc un palier et après, ça repart au niveau de la croissance. Donc, on a envie de sécuriser nos investissements et d’aller de l’avant avec toute la prudence nécessaire, d’où ce fait d’y aller doucement.

Propos recueillis par Hamid Dades

Voir aussi

Voyage… Ces jeunes qui bousculent les habitudes…

Diplôme en poche, nouveau boulot, les moins de 35 ans bousculent les habitudes et, surtout, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.