Rentrée scolaire 2022-2023 | Chakib Benmoussa expose son «Plan NMD» pour l’enseignement

Au Maroc, les gouvernements successifs sont demeurés incapables d’engager une réforme en profondeur du national. C’est dans ce contexte que le ministre de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports à décidé de prendre le taureau par les cornes. 

Le 7 octobre 2021, SM le Roi Mohammed VI nomme les membres du nouveau gouvernement, moins d’un mois après la tenue des élections législatives du 9 septembre. Dirigée par Aziz Akhannouch en sa qualité de Président du parti vainqueur du scrutin, la nouvelle équipe gouvernementale issue des urnes, se compose d’un total de 14 ministres. Parmi les départements ministériels sur lesquels tous les projecteurs se sont braqués (et le sont toujours), figure le département de l’Education nationale auquel est venu s’ajouter le Préscolaire et les Sports. Au Maroc, l’intérêt porté à la question éducative n’est pas anodin.  Depuis son accession au Trône, SM le Roi  Mohammed VI a toujours eu à cœur de garantir un de qualité pour tous les citoyens. C’est cette volonté Royale renouvelée qui a guidé l’ensemble des réformes menées à partir de l’année 2000. Réformes qui n’ont pas toutes pu atteindre leurs objectifs, pour plusieurs raisons.

Aux origines de la réflexion

Dix-sept ans plus tard (2017), le Souverain appelle à une réflexion générale en vue d’élaborer un nouveau Modèle de Développement du Maroc. En 2019, une Commission Spéciale baptisée Commission Spéciale sur le Nouveau Modèle de Développement (CSMD) est mise sur pied. Après deux années de travail soutenu, sous la houlette de son président Chakib Benmoussa, la CSMD remet son rapport final à SM le Roi, en mai 2021. Dans ledit rapport, la CSMD a passé au peigne-fin les obstacles qui freinent le développement socioéconomique au Maroc, tout en présentant des pistes de solutions. L’objectif final étant de permettre au Maroc d’amorcer un nouveau départ vers un nouveau modèle de développement qui puisse profiter à tous citoyens, sans exception ni discrimination.

Parmi les pistes proposées par la CSMD pour redresser le marocain, figure la nécessité d’amorcer une réforme profonde et intelligente, dans ce domaine. Ceci à travers, notamment la remise en ordre des priorités de la mission de l’école marocaine. Pour ce faire, le rapport sur le nouveau Modèle de Développement 2035 a appelé à une transformation profonde du , sans laquelle, aucun des objectifs de développement du Royaume ne pourra être atteint en termes d’épanouissement des citoyens, de cohésion sociale, de croissance économique et d’inclusion territoriale.  En outre, le rapport sur le NMD a employé de nouveaux concepts forts et significatifs comme la transformation profonde du , la renaissance éducative, et la refonte des programmes éducatifs.  

Aux grands maux, les grands remèdes

Dans la nouvelle structure gouvernementale, le ministère de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports a été confié à Chakib Benmoussa qui a obtenu la confiance Royale pour gérer ce ministère stratégique et complexe. Le choix de Benmoussa pour prendre en charge le dossier de l’Education nationale n’est pas fortuit. Il est en effet le mieux placé aujourd’hui, pour redresser ce secteur sinistré. En effet, Chakib Benmoussa est parfaitement au fait des problèmes dont souffre le secteur de l’ au niveau national, lui qui a présidé la Commission Spéciale sur le Nouveau Modèle de Développement.

Enseignement | 2022, un nouveau départ pour la réforme du système éducatif marocain

Au cours de l’année scolaire écoulée (2021-2022), le ministre de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports a multiplié les réunions et rencontres marathoniennes avec les syndicats d’ les plus représentatifs. Ces rencontres ont permis d’avoir une vue complète et détaillée des revendications concrètes ainsi que les obstacles auxquels fait face le corps enseignant marocain dans l’exercice de sa mission qu’est la transmission du savoir aux générations montantes. La phase de diagnostic étant achevée, Chakib Benmoussa s’est mis en ordre de bataille. C’est ainsi que le responsable gouvernemental a présenté, mardi 6 septembre 2022 à Rabat, les grandes nouveautés de la dans le cadre de la réforme pour une école publique de qualité pour tous.  L’élève, l’enseignant et l’institution scolaire sont au cœur de la feuille de route présentée par le ministre de l’Education nationale, du préscolaire et des sports lors d’une conférence de presse tenue à Rabat, le 6 septembre 2022. Dans ce cadre, Chakib Benmoussa s’est engagé à ce que toutes les actions de politique éducative soient sélectionnées, priorisées et évaluées à l’aune de leur capacité à contribuer à la concrétisation de ces objectifs. Ainsi pour cette rentrée scolaire (2022-2023), le ministère s’engage à assurer la scolarité obligatoire. Une action ciblée sera menée auprès des élèves en âge de scolarité non inscrits ou non réinscrits, en parallèle avec les caravanes de l’éducation non formelle, pour les réintégrer au sein des écoles. Le ministre a aussi annoncé l’introduction de trois rituels quotidiens aux classes de primaire, dans l’optique de renforcer le niveau des apprentissages. Il s’agit d’un rituel de lecture quotidien de 10 minutes en début de cours d’arabe et de français, d’un rituel d’activités de mathématiques de 10 minutes en début de cours et enfin d’une activité physique de 15 à 30 minutes à raison de trois fois par semaine. Au niveau du cycle collégial, l’utilisation du numérique pour l’ des matières scientifiques sera développée à travers la mise à disposition de nouvelles ressources numériques et la formation des enseignants à leur usage.

Les enseignants seront plus nombreux à être recrutés cette année (18.000 contre 15.000 l’année passée) et mieux préparés à leur mission en classe. Cet effort important de recrutement permettra de réduire les situations d’encombrement des classes. Un nouveau modèle de formation initiale des enseignants sera ainsi mis en œuvre avec le développement d’une nouvelle formation diplômante. Baptisée «Licence d’Education», elle deviendra la voie privilégiée d’accès au métier d’enseignant. La formation continue sera également renforcée avec la mise en place de formations certifiantes centrées essentiellement sur l’amélioration des pratiques pédagogiques en classe. Par ailleurs, un nouveau programme de soutien scolaire verra le jour. Il s’agit du Teaching At the Right Level (TARL). Ce programme innovant permettra de corriger les lacunes en lecture et en calcul dont souffrent un grand nombre d’élèves, et ce, à travers des activités ludiques dont l’impact sur les apprentissages a été prouvé scientifiquement dans de nombreux pays. En 2023, 6.000 enseignants seront formés à cette méthode et plus de 100.000 élèves pourront en bénéficier. D’autres actions seront entreprises au niveau des établissements d’enseignement secondaire dans le but de garantir la dynamisation et l’effectivité des associations de sport scolaire, notamment à travers l’organisation d’activités extrascolaires les mercredis et samedis de chaque semaine.

Constat : A qui profite le progrès ?

Comme indiqué par le ministre de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa à l’occasion du démarrage de l’année scolaire 2022-2023, les efforts menés par le ministère de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports pour former les citoyens de demain repose essentiellement sur l’engagement et le dévouement des enseignants. C’est dans cet esprit qu’un dialogue  social a été ouvert par Chakib Benmoussa avec les syndicats de l’enseignement. Ce processus qui a démarré en octobre 2021, s’est poursuivi en septembre 2022, avec comme objectif de concrétiser la vision du gouvernement en faveur d’une école publique marocaine de qualité, accessible à tous.

M. Lourhzal

———————–

AREF

Bientôt un concours pour le recrutement de 20.000 enseignants

Le ministère de l’Education nationale, du Préscolaire et des Sports va lancer un concours pour le recrutement de 20.000 enseignants parmi les cadres des Académies Régionales d’Education et de Formation (AREF), au titre de l’année scolaire 2022-2023. L’annonce a été faite par le ministre de tutelle, Chakib Benmoussa, lors de la conférence de presse tenue le 6 septembre (2022) au cours de laquelle il a présenté les nouveautés concernant l’actuelle rentrée scolaire. Ainsi, le concours de recrutement des enseignants cadres des AREF aura lieu en octobre 2022, a annoncé Chakib Benmoussa, notant que le nombre d’emplois annoncé contribuera à atténuer le phénomène de surpopulation dont souffrent plusieurs établissements scolaires au niveau national.

——————-

Langues étrangères L’école marocaine s’ouvre sur la langue de Shakespeare

Chakib Benmoussa a annoncé que son département mène actuellement, des concertations pour l’expansion de l’enseignement de l’anglais au cycle collégial. Chakib Benmoussa a ajouté que cette langue peut être adoptée pour enseigner certaines matières scientifiques, d’autant plus que la loi-cadre relative à l’éducation et à la formation ouvre la voie à l’enseignement des matières scientifiques en langues étrangères. Le ministère prévoit, également, la création de plateformes e-learning pour aider les élèves à maitriser la langue anglaise. 

———————

Infrastructures scolaires

169 nouvelles écoles ouvrent leurs portes

La rentrée 2022-2023 a été marquée par l’ouverture de 169 nouveaux établissements scolaires sur un total de 11.000. Ces nouveaux établissements sont répartis comme suit: 19 écoles communautaires, 54 internats et 3.098 nouvelles salles de classe. Par ailleurs, un programme d’urgence a été lancé pour la réhabilitation des établissements d’enseignement. Ce programme a été renforcé par la création de pas moins de 5.000 nouvelles classes et la formation d’éducatrices et d’éducateurs, en plus la poursuite du programme d’enseignement obligatoire qui vise la réduction de la déperdition scolaire, à travers le ciblage des élèves en âge de scolarité et leur différentiation de ceux qui n’ont pas été inscrits ou réinscrits au titre de .

Voir aussi

Union Africaine,Malabo,CEA-ONU,COP-15,CNULCD

Dégradation des terres, crises humaines, menaces alimentaires… | Les nouveaux défis de l’Afrique

Deux Sommets extraordinaires de l’Union Africaine (UA) se sont tenus en mai 2022  à Malabo, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...