Palestine: la reconnaissance parlementaire française

L’Assemblée nationale a adopté, mardi 2 décembre, une proposition de résolution du groupe socialiste demandant au gouvernement français de reconnaître l’Etat palestinien. Cette initiative n’a toutefois pas de valeur contraignante.
Le chef de file des , , s’est félicité du vote de cette résolution socialiste, estimant qu’il «dépasse le simple clivage droite-gauche. Il réunit de nombreux groupes et permet d’avoir un acte d’espoir et de volonté pour la paix».

«C’est un symbole qui a de la valeur, car la voix de la sur ces sujets a de la valeur», a renchéri le coprésident du groupe écologiste, François de Rugy, tandis que le député du Front de gauche, François Asensi, a déclaré: «Le moment [était] venu de mettre fin au calvaire du peuple palestinien».
Plusieurs partisans d’, comme les UMP Christian Estrosi ou Claude Goasguen, ont quant à eux accusé le de chercher à séduire un «électorat musulman» qui aurait été déçu par la politique de François Hollande trop favorable à . De son côté, la députée Marion Maréchal-Le Pen (FN), qui s’est abstenue, en a profité pour rappeler la position de son parti: «Notre mouvement souhaite depuis toujours la de l’Etat palestinien à la condition que ce dernier reconnaisse également le droit à l’existence et à la sécurité d’».

Cisjordanie Occupée | Israël poursuit ses exactions !

Voir aussi

Loi sur le renseignement : La France critiquée

«La France renonce à ses liberté», «ère Bush-esque», loi «radicale». Au lendemain de l’adoption par …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...