Marocains de l’EI : Les révélations de Ramid

Mustapha ramid ministre de la justice maroc 2014

Lors d’une intervention, ce mercredi 17 décembre 2014 devant la Commission de la justice au Parlement, Mustapha Ramid, ministre de la Justice et des Libertés, a révélé que 147 Marocains ayant rallié le présumé «Etat islamique» en Irak et en Syrie sont sous le coup d’une enquête judiciaire. Cette révélation chiffrée n’englobe pas le nombre de tous les Marocains d’ici et d’ailleurs ayant rejoint l’organisation d’Abou Bakr Al Baghdadi, Daech. D’après le ministre, ils seraient en tout et pour tout 1.214 ressortissants à combattre aux côtés d’organisations jihadistes à travers le monde, particulièrement en Irak et en Syrie, devenus le nouveau QG de l’Internationale terroriste, après l’Afghanistan et le Pakistan.
Réagissant aux inquiétudes formulées par les parlementaires (majorité et opposition confondues) quant aux répercussions de la nouvelle loi antiterroriste sur le registre des libertés et des droits de l’Homme, le ministre Ramid a assuré que cette loi n’entamera en rien les acquis accumulés par le royaume en termes de droits et de libertés. «Le problème ne se pose pas au niveau de la nouvelle loi, mais au niveau de son application», a toutefois admis le ministre de tutelle. Et de reconnaître, en réponse à quelques députés qui auraient demandé la suppression de la nouvelle loi antiterroriste:

«Le monde entier éprouve des difficultés à trouver une meilleure adéquation entre la dissuasion juridique antiterroriste nécessaire et l’équation du respect des libertés et des droits collectifs et individuels». «Aucun ministre ne pourra annuler cette loi», a-t-il précisé, rappelant avoir lui-même changé d’avis après s’être farouchement opposé par le passé à la loi antiterroriste. «Depuis les attentats terroristes du 16 mai 2003, avec son cortège de victimes tragiques et les démantèlements en série des cellules terroristes, j’ai acquis la conviction que le Royaume avait besoin de lois préventives pour affronter les menaces que font planer les mouvements terroristes», a indiqué le ministre. «Si nous n’avions pas changé d’avis, nous serions devenus aujourd’hui des ennemis des Marocains», a-t-il conclu.

Bouchra Elkhadir

Voir aussi

Journée d’étude sur la protection juridique de la femme marocaine à l’étranger

Journée d’étude sur la protection juridique de la femme marocaine à l’étranger

La ministre déléguée chargée des Marocains résidant à l’étranger (MRE), Nezha El Ouafi, a affirmé, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.