Livre | Nos mères

Nos mères de Fedwa Misk

Les liens avec les mères, la sienne, celle que l’on voudrait être, celle que l’on ne voudrait surtout pas devenir, ont nourri nombre d’essais et de récits fictionnels. Mais c’est le théâtre que Fedwa Misk choisit pour mettre en scène, à travers cinq femmes, ces relations…

C’est une pièce de théâtre émouvante signée par Fedwa Misk et parue au sein de la collection Kayna, dirigée par Bahaa Trabelsi. L’ouvrage est édité par «La Croisée des chemins».

Dans «Nos mères», ces voix plurielles se font entendre sur un sujet où amour et désamour semblent aller de pair. Cela interpelle autant les représentations de la féminité que celles des maternités.

En effet, dans ce livre, sur le miroir de l’âme, Maria, Fedwa, Hanane, Imane et Samira scrutent leurs féminités à la lumière de la maternité.

Si elles font des procès aux représentations multiples de cette dernière, c’est à la recherche de cet amour pur, défait de blessures et de legs morbides dont héritent les femmes et qu’elles transmettent inconsciemment.

«Nos mères» est une complainte douce-amère autour de ce rapport sacré, de son pouvoir salvateur ou destructeur.

Mais c’est surtout une lettre d’amour ouverte, libératrice, à l’adresse de la féminité… des féminités…

Extrait de la préface de Bahaa Trabelsi

«J’ai eu un coup de cœur pour le manuscrit de Fedwa Misk et, en même temps, je me suis fait la réflexion suivante: dans le cadre de la collection «Kayna», cet ouvrage, «Nos mères», représente en quelque sorte la genèse de nos existences de femmes. Sa thématique est universelle et transcende les cultures tout en les colorant de spécificités. Chacune de nous se reconnaîtra dans les portraits et les tableaux de «Nos mères».

Nos mères, vaste sujet quand on sait que dès notre naissance nous sommes avalées par une spirale infernale –fille, femme, mère– qui tournoie et se perpétue, créant sur son sillage tourmente et reproduction de schémas préétablis et d’héritages transgénérationnels. Élisabeth Badinter a répondu à la question ‘Qu’est-ce qu’une bonne mère?’, dans une interview accordée à Madame Figaro, le 16 février 2010: ‘Une bonne mère est une femme qui a trouvé la bonne distance entre les besoins réels de l’enfant et ses désirs à elle: ni trop présente, ni trop absente. C’est un grand art qui n’est pas donné à toutes’.

Les liens qui unissent les filles à leurs mères et les mères à leurs filles sont complexes, passionnels, empreints à la fois d’amour, de culpabilités, de violence et de haine dans certains cas. L’identité d’une mère se construit dans un contexte émotionnel conflictuel qui se veut à la fois bienveillant et inscrit dans la projection de soi. Quand on y regarde de plus près, les bleus à l’âme, les blessures, les manques, nous les imputons souvent à nos mères, en nous positionnant comme victimes. Et à notre tour, un jour, nous devenons mères. Si tel est notre désir, évidemment.

Comment parvenir alors à se sortir, une fois femme, puis mère, des blessures de celle qui, par sa présence souveraine, ne nous a pas permis de sortir grandies de notre lien ?

Sommes-nous condamnées à reproduire, à subir, à répéter cette souffrance ? À avoir du mal à construire notre propre identité ?

Comment, pour s’en détacher, ‘tuer’ la mère ?

La mère absente, la mère envahissante, la mère injuste, la mère étouffante d’amour et de bienveillance ?

Tous les personnages de Fedwa Misk montrent la nécessité, pour réussir sa vie de femme, de se défaire d’un lien trop passionnel avec la mère. Et quoi de mieux que le théâtre pour raconter ce jeu de rôle et retranscrire dans des monologues ou dialogues ce flot d’émotions ?».

À propos de l’auteure

Après des études de médecine, Fedwa Misk s’est frayé un chemin dans le milieu des médias. Aux côtés du journalisme culturel et plus particulièrement littéraire, elle a cumulé une expérience sur la question féministe, en créant la plateforme collaborative Qandisha et en donnant des conférences multiples sur la condition des femmes. Cet engagement se poursuit à travers la présente pièce de théâtre, ainsi que plusieurs projets scénaristiques pour la télévision et le cinéma.

Nos mères de Fedwa Misk – La Croisée des Chemins, 2021 – 76 pages – 70 DHS

LR

Voir aussi

roman arabe booker 2021

Roman Arabe | Un Marocain dans la Short list du «Booker 2021»

Le jury du prix international du roman arabe «Booker 2021» a dévoilé la liste de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.

Cookie settings

Below you can choose which kind of cookies you allow on this website. Click on the "Save cookie settings" button to apply your choice.

FunctionalOur website uses functional cookies. These cookies are necessary to let our website work.

AnalyticalOur website uses analytical cookies to make it possible to analyze our website and optimize for the purpose of a.o. the usability.

Social mediaOur website places social media cookies to show you 3rd party content like YouTube and FaceBook. These cookies may track your personal data.

AdvertisingOur website places advertising cookies to show you 3rd party advertisements based on your interests. These cookies may track your personal data.

OtherOur website places 3rd party cookies from other 3rd party services which aren't Analytical, Social media or Advertising.