Flash Infos

Larbi Bencheikh, Directeur général de l’OFPPT

Larbi-bencheikh

Après avoir décroché son diplôme d’ingénieur de formation de l’Ecole Nationale des Travaux Publics de Lyon, en 1983, Larbi Bencheikh a rejoint, la même année, dès son retour de France, le ministère de l’Equipement. «J’ai eu l’immense honneur de travailler à l’étude et à la réalisation d’un nombre important de grands barrages (Smir, Al Wahda, Barrage du 9 Avril, Aoulouz, Allal El Fassi, la Galerie de Matmata), ainsi qu’à l’étude et à la réalisation d’une quarantaine de petits et moyens barrages», a-t-il commenté.

Larbi Bencheikh a ensuite dirigé, de 1994 à 1998, l’Ecole Hassania des Travaux Publics. «J’ai en effet dirigé l’EHTP avec comme objectif d’en faire la première grande école d’ingénieurs du Royaume. Cet objectif a été atteint en1996», a-t-il rappelé. Puis, de 1998 à 2001, il a été à la tête de la Direction des Ports et du Domaine public maritime. «J’y ai participé à des études de confortement et de réalisation de ports et à la construction de plusieurs ports», a-t-il souligné. Depuis août 2001, Larbi Bencheikh dirige l’OFPPT. «J’ai entrepris en 2001 un grand chantier de réformes et de modernisation pour faire de cette institution un levier essentiel du développement économique et social», a dit Bencheikh. Et d’ajouter que c’était aussi pour «faire de l’OFPPT un acteur incontournable dans la mise en œuvre des grands projets structurants de l’économie nationale: c’est à la lumière de ce principe qui j’ai inscrit mon action depuis 2001, en tant que directeur général de cette institution stratégique. Nous avons engagé une stratégie de développement de l’OFPPT concertée avec les institutionnels, les acteurs économiques et les différents partenaires afin de répondre aux demandes croissantes des opérateurs nationaux et des jeunes demandeurs de qualification». Cette stratégie a permis de multiplier les effectifs en formation par 5, faisant passer le nombre de stagiaires de 54.000 en 2001 à 280.000 cette année, formés dans plus de 240 filières couvrant l’ensemble des secteurs économiques dans 308 Etablissements (chiffre qui ne dépassait pas 184 en 2001). L’OFPPT est devenu le 1er opérateur de formation avec plus de 90% du dispositif public, a souligné Bencheikh. La formation professionnelle est un formidable outil pour ouvrir les portes de l’insertion à nos jeunes, contribuer au développement de la compétitivité des entreprises, élever le niveau des compétences, etc.

«Le Maroc dispose d’une grande richesse: sa jeunesse! Notre but est de lui offrir des cursus adaptés à ses besoins et au marché de l’emploi. C’est une ambition et un devoir que nous tenons à accomplir dans des conditions qualitatives optimales, en s’inspirant des meilleures pratiques mondiales dans le domaine de la formation», a-t-il ajouté. Depuis dix ans, l’OFPPT a à son actif maints succès, dont la formation de 800.000 jeunes.

«Les besoins en formation induits par les grands chantiers économiques et sociaux constituent les soubassements de notre action. Partant de nos acquis, à savoir, un large réseau d’établissements, un corps formateur aguerri, des outils pédagogiques et des équipements techniques modernes, nous sommes engagés dans un ambitieux Plan de développement à l’horizon 2016, avec comme objectif de former un million de jeunes. Nous en sommes à la 2ème phase et cet objectif sera atteint in cha Allah», a-t-il promis. L’OFPPT a déjà à son actif un succès avec la formation de 400.000 jeunes, dans le cadre de la commande gouvernementale 2002-2008. En 2010, l’Office a lancé un nouveau défi, celui de former un million de jeunes. «Ce défi trouvera son aboutissement dans la signature du Contrat-programme Etat-OFPPT afin de donner à l’Office les moyens de ses ambitions. Il y a aussi le défi de l’amélioration continue de la qualité de formation et de faire de notre pays une référence en la matière. D’autres défis sont également à relever, concernant notamment deux dossiers qui nous tiennent particulièrement à cœur: la mise en place de Licences professionnelles à l’OFPPT et la possibilité de passer de l’Université au système de la formation professionnelle», a-t-il expliqué.

Les challenges ne peuvent être pas relevés sans l’implication de l’environnement économique dans le processus de formation. «La formation est l’affaire de tous. J’ai personnellement beaucoup œuvré à impliquer les associations professionnelles dans la gestion de l’OFPPT afin de trouver la formule idoine pour réussir l’adéquation parfaite Formation-Emploi», a souligné Bencheikh. Autre difficulté signalée par le responsable de l’Office: l’ampleur de la mission de l’OFPPT. Elle impose une mobilisation plus importante des ressources aussi bien humaines que matérielles. «Nous sommes constamment amenés à nous dépasser. Il y a par conséquent une difficulté ou une contrainte qui est que les moyens octroyés à l’Office doivent être en phase avec cette mission d’envergure», a dit Larbi Bencheikh. «Il y a l’amour du pays, en premier lieu et l’intérêt public, bien entendu. Former la jeunesse en lui donnant les moyens de réussir socialement et au niveau professionnel, c’est, je pense, une fierté que je partage avec l’ensemble du personnel de l’OFPPT qui ne ménage aucun effort pour remplir sa mission et relever les différents défis dans lesquels nous sommes engagés», a-t-il conclu.

Voir aussi

Lilian Thuram

Lilian Thuram

Lilian Thuram, ancien footballeur international français et président de la Fondation Education contre le racisme …

Un commentaire

  1. Mr le dircecteur de l’OFPPT, j’ai travailler pour l’office pour une durée de 11ans. je n’ai pas encore reçu mes honoraires de l’année 2012 (7 mois de travail). Portant Mr j’enseigne les mêmes modules dans mon école ENSET Mohammedia (programmation et algorithmique) au profit des élèves ingénieurs. je souhaite que vous régler ce problème, sinon on n’a pas le choix on doit recourir à la justice pour avoir nos droits. Merci Mr le DIRECTEUR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.