L’abattage massif des chiens errants continue au Maroc…

L’abattage massif des chiens errants continue au Maroc…

Alors que la densité de la population canine ne fait qu’augmenter proportionnellement, selon plusieurs informations relayées sur les réseaux sociaux, plus de 50 chiens ont été abattus par nuit depuis une semaine dans la ville d’Agadirentre Aourir, Taghazout, Tamghart et Imiouadar.

Une nouvelle qui a écœuré les internautes et suscité la colère des militants de la protection animale.

En effet, l’abattage massif des chiens errants continue au Maroc afin de lutter contre l’augmentation de leur nombre.

La brutalité de la façon dont les chiens errants sont manipulés et tués par des hommes armés de fusils provoque la mobilisation des milliers d’internautes et de militants. Et les refuges et les associations de la protection animale continuent leur combat pour sensibiliser les gens tout en les incitant aux campagnes de vaccination et stérilisation avec placement d’une boucle d’oreille pour identification afin de diminuer leur nombre mais surtout pour rassurer les citoyens, et surtout éviter n’importe quel danger. Ces derniers considèrent cet abattage massif comme un crime qui ne doit pas rester impuni et proposent de stériliser et vacciner les chiens contre la rage mais aussi remplacer les fourrières par des refuges qui répondent aux standards internationaux.

A noter qu’une pétition a même vu le jour afin de stopper ce massacre. A ce jour, plus de 27 395 personnes ont signé.

Zineb Alaoui

Voir aussi

Chili 20% De La Population A Subi Un Test Pcr

Chili | 20% de la population a subi un test PCR

Le ministère de la Santé a annoncé, jeudi, que le Chili a effectué 4 millions …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.