Gaz naturel | Forage de 67 puits entre 2000 et 2022, dont 40 positifs (ONHYM)

ONHYM,Amina Benkhadra,gazoducs,hydrocarbures,Gaz naturel

La directrice générale de l’ (ONHYM), Amina Benkhadra, a indiqué, mercredi à Rabat, que 67 puits ont été forés au au cours de la période 2000-2022, dont 40 ont révélé la présence de quantités de .

Intervenant devant la Commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement à la Chambre des représentants, Mme Benkhadra a précisé que ces découvertes, bien que de petite taille, sont économiquement rentables en raison de la disponibilité d’un réseau de gazoducs sur place et d’un marché local représenté par plusieurs unités industrielles.

La responsable a, dans ce sens, relevé l’existence de 11 sociétés opérant dans le domaine de l’exploration des au , précisant que celles-ci procèdent, en vertu des accords conclus avec l’Office et selon un calendrier sur plusieurs étapes, à la cartographie et l’interprétation des sismiques 2D et 3D afin d’évaluer le potentiel en dans les zones où elles opèrent, puis au forage de puits d’exploration au cas où les études d’évaluation montrent des indices encourageants.

S’agissant du bilan des explorations, Mme Benkhadra a fait savoir que la société “Repsol” a découvert des quantités de au large des côtes de Larache et qui ont été confirmées par le puits réalisé par Chariot Oil entre fin 2021 et début 2022.

Quant à la région onshore d’Essaouira, poursuit Mme Benkhadra, ce bassin produit, depuis les années 80, des quantités de et de condensats des couches triasiques, et du pétrole des couches jurassiques depuis les années 70, en sus de la production de gaz à partir de la licence d’exploitation du gisement de Meskala. Les résultats des forages récents ont également révélé la présence de gisements triasiques et jurassiques qui seront confirmés par des études complémentaires, a-t-elle dit.

Lire aussi
Gazoduc Maghreb-Europe | Le régime d’Alger se tire une balle dans le pied !

La directrice générale de l’ONHYM a également indiqué que le bassin de Tendrara a connu le forage de cinq puits par l’Office et ses partenaires “Sound Energy” et “Schlumberger” entre 2016 et 2019, dont deux ont montré la présence de , expliquant à cet égard qu’un “contrat d’exploitation” a été conclu pour le développement de la zone et son habilitation à la production.

S’agissant de la zone offshore de Tarfaya Agadir, la responsable a fait part du forage de 7 puits, dont trois en eaux peu profondes, parmi lesquels deux ont révélé la présence de pétrole lourd et léger au niveau des zone offshore de Tarfaya et d’Ifni, tandis que 4 puits ont été forés en eaux profondes, dont 3 ont révélé des indices de pétrole et de gaz.

Au niveau de la zone offshore de Boujdour, qui s’étend sur 200.000 kilomètres carrés, Mme Benkhadra a fait état du forage, fin 2014 et début 2015, d’un puits par les deux partenaires de l’Office, “Kosmos” et “Capricorn” , lequel a révélé la découverte de gaz et de condensats qui se sont avérés économiquement inexploitables.

LR/

Voir aussi

Langue amazighe,Chambre des conseillers

L’officialisation de la langue amazighe en débat les 17 et 18 mai à la Chambre des conseillers

La Chambre des conseillers organise, les 17 et 18 mai, une rencontre-débat interactive sur ”les …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Captcha Plus loading...