Amara | L’engagement citoyen nécessaire pour la préservation des ressources en eau

abdelkader amara gestion des ressources en eau

L’engagement citoyen en matière de gestion des ressources en eau est nécessaire pour la protection et la préservation de l’eau au Maroc, a indiqué lundi à Rabat le ministre de l’équipement, des transports, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara.

Intervenant lors d’un atelier autour de l’eau organisé par le ministère de l’équipement, des transports, de la logistique et de l’eau à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau (22 mars), M. Amara a souligné que toute personne est impliquée dans la gestion des ressources en eau, d’où les citoyens sont appelés à faire preuve de responsabilité et de patriotisme dans l’utilisation de cette ressource vitale.

Il a à cet égard mis en avant la vision proactive de feu Sa Majesté le Roi Hassan II, une orientation qui a été consolidée sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en termes d’infrastructures hydriques.

Le ministre a dans ce contexte rappelé le lancement programmé en 2021 des chantiers de cinq grands nouveaux barrages, pour une enveloppe budgétaire globale estimée à 4,8 MMDH et une capacité de 525 millions de m3, rappelant que le Maroc dispose de 149 grands barrages d’une capacité de plus de 19 milliards m3 et 133 petits barrages en exploitation.

« La loi 36-15 relative à l’eau, le plan national de l’eau 2020-2050 et programme national pour l’approvisionnement en eau potable et l’irrigation (PNAEPI) 2020-2027, constituent les principales feuilles de route du Royaume en matière de gestion des ressources en eau », a souligné M. Amara.

Par ailleurs, il a vivement salué les compétences féminines du ministère ainsi que la contribution de la femme marocaine dans la mise en place et la réalisation des programmes et des projets hydrauliques.

Pour sa part, l’ingénieure générale à la direction générale de l’eau Touria El Afti a rappelé, lors d’une présentation sur « la valeur de l’eau et les réalisations hydrauliques », l’adoption par l’Assemblée générale des Nations unies le 28 juillet 2010, de la résolution intitulée « le droit de l’Homme à l’eau et à l’assainissement », faisant de l’accès l’eau et à l’assainissement une partie intégrante de la réalisation de tous les droits humains.

De même, la Constitution de 2011 stipule dans son article 31 que l’Etat, les établissements publics et les collectivités territoriales œuvrent à la mobilisation de tous les moyens disponibles pour faciliter l’égal accès des citoyennes et des citoyens aux conditions de jouir du droit (…) à l’accès à l’eau et à un environnement sain, poursuit la responsable.

« Les grands barrages jouent un rôle important sur les plans socio-économiques », a estimé l’ingénieure, mettant en évidence le lancement du programme de réalisation des petits barrages et lacs collinaires en 1985 ainsi que le programme d’approvisionnement groupé en eau potable des populations rurales en 1995.

« La valeur sociale de l’eau devient de plus en plus importante chez les Marocains, particulièrement en milieu rural », a indiqué Mme El Afti, qui a mis l’accent sur les effets induits chez la population rurale, tels que la scolarisation des enfants, la limitation des dégâts dus aux inondations, la baisse de l’exode rural.

Cet évènement a été marqué par la participation de compétences féminines relevant du ministère de l’équipement, des transports, de la logistique et de l’eau, notamment celles œuvrant dans le domaine de l’eau. Il s’agit d’une manière particulière pour le ministère de célébrer cette journée mondiale en valorisant l’eau par l’importante contribution de la femme marocaine dans la mise en place et la réalisation des programmes et des projets hydrauliques du Royaume.

A la fin de l’atelier, M. Amara a procédé à l’installation de Mme Hanane Baghdad désignée à la tête de la direction provisoire du complexe hydraulique Béni Mansour-Dar Mimoun Bouhmed.

LR/MAP

Voir aussi

Maroc-Tanzanie,Union Africaine,rasd,Sahara marocain,Algérie-Polisario

Tanzanie | Appel à l’expulsion de la pseudo “rasd” de l’UA

Un parterre d’experts, d’universitaires, de membres de Think-Tanks, de chercheurs et d’éminentes personnalités politiques africaines …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.