Marrakech : La Fondation Dar Bellarj de fête Achoura

Jusqu’au 14 septembre courant, et pour la 2ème année consécutive, la Fondation Dar Bellarj de Marrakech, fête Achoura sous le thème «Ait Rab3ine: Le patrimoine et l’esprit de citoyenneté».

Organisée en collaboration avec la Conservation régionale du patrimoine culturel de Marrakech-Safi ; et en coordination et avec le soutien de la Direction régionale de la culture et de la communication (secteur de la culture), cette manifestation culturelle et artistique vise à sauvegarder et préserver cette tradition ancestrale et à renforcer les potentialités artistiques, culturelles et touristiques de la ville à travers la valorisation de son patrimoine immatériel.

Cette manifestation s’inscrit dans le cadre d’un projet de réactivation de la fête de Achoura dans la médina de Marrakech porté par la Fondation Dar Bellarj en collaboration avec Awaln’art qui accompagne le développement du projet.
Ce projet s’organise à travers un travail de collecte, d’archivage, de transmission et de valorisation des différents éléments et parties prenantes de la fête.

Il convoque l’ensemble de ses publics, les habitants, les artistes, les universitaires et les intellectuels, les artisans, les maâlems, les jeunes et les enfants à se rassembler chaque année lors de la fête de Achoura.

Cet événement au calendrier lunaire va, à chaque édition, valoriser l’une des sept places publiques de la médina, mobiliser des artistes nationaux et internationaux pour célébrer les personnages emblématiques de la fête et raviver leurs rituels et leurs jeux.

Au programme de cette manifestation la parade «Hada Achour Maâlina lhkam» à Dar Bellarj,  une soirée Daqqa Marrakchia avec les maâlems du Mouqef, une exposition «Achoura… feu de joie» de Noureddine Tilsaghani, des conférences portant sur «Achoura et l’espace public» en partenariat avec le Collectif Madrassa et «Il était une fois… Achoura» en plus d’une soirée de contes et récits d’Achoura avec les conteurs Ahmed Bouzzine et Abdelaaziz Bouyabrine.

Figurent aussi une conférence sous le thème «Achoura dans la mémoire des grands», qui se veut un voyage à travers les souvenirs d’enfances des chercheurs, historiens, réalisateurs et artistes charmés par Achoura ainsi que la projection du documentaire «Rythmes de Marrakech» d’Izza Gennini.

LR

Voir aussi

Un an de prison ferme pour la journaliste Hajar Raissouni

Alors que son affaire avait provoqué l’indignation au Maroc ainsi qu’à l’étranger, la jeune journaliste …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.