mardi 22 août 2017

UPF : Un record pour les 45èmes Assises

assises_de_l_upf_decembre_2016

Environ 330 délégués, journalistes et dirigeants de la presse francophone, venant de 46 pays, se sont réunis du 20 au 24 novembre 2016 à Antsirabe pour les 45èmes Assises, le plus grand rendez-vous annuel de l’Union internationale de la presse francophone (UPF). Une participation record! Pour la première fois, la FIJ, l’UNESCO et RSF ont participé aux rencontres….

Pour cette 45ème édition, le thème choisi est une question d’actualité particulièrement épineuse pour les responsables des médias: les moyens alloués aux médias dans un contexte économique mondial morose. Aides des Etats, groupes privés, indépendance et pluralisme. Médias facteurs de développement économique et culturel. Les discussions des tables rondes ont porté sur plusieurs thèmes: «Les médias dans les pays en développement. Les raisons des succès. Les leçons des échecs»; «Liberté et responsabilité des journalistes et des médias: facteurs de développement et facteurs de discrédit»; «Investissements privés et indépendance des médias»; «Développement des médias: un atout du développement économique?»; «Le pluralisme des médias: un atout pour leur développement?».

Ces discussions ont donc mis en relief les difficultés économiques rencontrées par les médias et le fait que celles-ci ne peuvent se concevoir sans prendre en compte le contexte politique dans lequel ces médias et leurs journalistes évoluent. Or, sans une presse libre, tout développement démocratique est compromis. Malheureusement, il a été constaté que trop souvent encore, les Etats s’affranchissent de leurs obligations constitutionnelles et légales de respect de la liberté d’information. Ces comportements ont des conséquences très concrètes sur la situation économique des médias et par là même sur la liberté de l’information et son indépendance.
Assassinats, raids contre des rédactions et destructions de matériel, passages à tabac, les atteintes arbitraires à la sécurité physique des journalistes et l’impunité qui s’ensuit alimentent un climat de crainte qui a des conséquences graves sur la liberté d’expression et crée des comportements d’autocensure.
De nombreux pays n’ont pas encore aboli les peines privatives de liberté pour les délits de presse ou usent de lois sécuritaires, dans un contexte où la lutte anti-terroriste prend de plus en plus de place, pour emprisonner les journalistes pour des durées indéterminées.
Les lois sur la presse formulées souvent en des termes trop vagues, sujets à des interprétations politiques et prévoyant des amendes disproportionnées, maintiennent les médias dans une insécurité juridique et facilitent le harcèlement judiciaire des journalistes. Des lois fiscales inadaptées, la non application des exonérations pour les intrants journalistiques, des prix de licence dissuasifs, participent à maintenir les médias sous une dépendance financière qui affecte gravement le développement d’une presse plurielle et libre.
Sans une presse libre, aucun développement démocratique ne peut exister.

Les échanges se sont basés sur la réalité vécue par chaque acteur de terrain. «L’apport des participants devrait permettre de dégager une plate-forme d’action pour le développement des médias francophones dans un cadre indépendant et pluriel», a fait remarquer Madiambal Diagne, président international de l’UPF.

La Déclaration des 45èmes Assises internationales de la presse francophone a été prononcée par Jean Kouchner, secrétaire général international de l’UPF, le 24 novembre 2016 à Antsirabe, à Madagascar.

Les participants aux assises appellent les Etats francophones à garantir le libre exercice du métier de journaliste et la liberté de l’information dans le respect de leurs obligations nationales et internationales.

Patrice Zehr

UPF : Vers un symposium à Marrakech

Le symposium de Monaco sur les médias, l’environnement et la Méditerranée de mars 2016 a toutes les chances de faire école. Et il se dessine une rencontre au Maroc, à Marrakech, autour de l’Atlantique. Cela a été évoqué en exclusivité à Madagascar. Rien n’est définitivement bouclé, mais tout est déjà sur rail. Le Maroc a rendu possible, par son aide, les Assises Antsirabe. Pays invité d’honneur, il est logique que sa participation soit suivie par une rencontre sur les problèmes régionaux concernant directement le royaume.

Voir aussi

Libye : Le cas du fils Kadhafi

La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé l’arrestation immédiate de Saïf Al-Islam, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.