mardi 12 décembre 2017

Un danger nommé Islam

Mosquee paris

Certains pensent que l’islam n’a pas de place dans le Vieux continent. Plusieurs écrivains, journalistes et même des associations pensent que c’est un danger, que c’est une religion intolérante et extrêmement agressive, que la guerre sainte y est un devoir et un moyen normal de propagation du message d’Allah. Ils pensent aussi que l’agressivité violente et l’intolérance en islam sont contenues dans le livre sacré et découlent directement des textes mêmes qui fondent cette religion. Si bien que les musulmans qui sont modérés, ceux qui veulent rester humains, ne peuvent l’être qu’en entrant en contradiction avec nombre de préceptes impératifs et clairs de leur religion, autrement dit en reniant une partie de celle-ci.
Certains vont encore plus loin en pensant que ce qui ressort de l’étude des textes de l’islam, c’est que les musulmans que l’on nomme islamistes (Talibans, Daech…) et que l’on présente comme des extrémistes qui pervertiraient le message de l’islam sont en fait de vrais musulmans qui appliquent ce message à la lettre et ce sont les musulmans dits modérés qui pratiquent mal leur religion.
D’autres, extrémistes dans leur raisonnement, pensent que l’islam n’est pas une religion, mais une anti-religion qui va provoquer la chute de l’humanité.
Est-ce qu’ils ont raison ou tort? L’islam représente-t-il un danger pour l’Occident?

A la lecture des écrits de Reinhart, Goldziher, Dozy et Lammens, entre autres, il s’avère que l’ensemble de ces auteurs ont refusé de reconnaître la Révélation faite au prophète Mohammed, de même qu’ils ont nié la réalité de sa prophétie. Pis encore, ils se sont étendus dans leurs livres à son sujet en l’insultant et en l’outrageant. En outre, ils ont réfuté l’idée que les musulmans aient pu réaliser quoi que ce soit en termes de progrès des civilisations. Ces auteurs ont également affirmé que le sous-développement des musulmans a pour principale cause l’islam lui-même. Enfin, la plupart de leurs écrits avaient clairement pour objectif d’essayer de briser le fondement du dogme islamique issu du Coran et de la sunna.
La position de ces auteurs et bien d’autres s’est transformée en une vague islamophobe s’opposant ouvertement à tout ce qui est lié à l’islam et aux musulmans ou y est lié à tous les niveaux: politique, religieux, culturel, social… Cela a commencé depuis des dizaines d’années.
L’islamophobie s’est répandue dans le langage médiatique à partir des attentats du 11 septembre 2001 à New York. Ce fameux jour où le monde entier apprenait que cette ville était touchée par une attaque, alors qu’il n’y avait encore aucune idée sur les suspects et leur possible identité, des messages islamophobes commençaient déjà à circuler. Les actes terroristes ont provoqué des réactions de rejet envers des musulmans dans plusieurs pays, principalement occidentaux.
Ils sont nombreux, écrivains, politiques, responsables associatifs et représentants des communautés religieuses en Occident à mener une guerre contre l’islam et les musulmans.
Depuis l’attaque terroriste du siège du journal satirique Charlie Hebdo, l’Observatoire national contre l’islamophobie a recensé 128 actes antimusulmans, soit 110% de plus que ceux comptabilisés pour l’ensemble du mois de janvier 2014. A titre de comparaison, pour l’année 2014, 133 actes antimusulmans au total avaient été comptabilisés. «Les actes islamophobes ont atteint un sommet dans la haine à l’égard des Français de confession musulmane jamais enregistré», s’alarme Abdallah Zekri, président de l’Observatoire national contre l’islamophobie qui dépend du Conseil français du culte musulman (CFCM). Il faut savoir que les chiffres avancés par l’Observatoire sont certainement en dessous de la réalité, puisque de nombreux musulmans n’ont pas porté plainte, car ils sont convaincus qu’il n’y aura aucune suite. Pendant ce temps, on assiste à un double processus: une banalisation de la peur de l’islam, d’une part, un enfermement de la composante musulmane sur elle-même, d’autre part. En laissant passer des réactions de ce genre, on laisse grandir la normalité d’une peur considérée comme légitime et ce, même quand elle prend la forme de violences, de discriminations ou de provocations. La parole irresponsable des uns entraîne les actes dangereux des autres. Il faut dire que la liberté d’expression ne va pas sans la responsabilité d’expression.
Une écrasante majorité de citoyens européens musulmans subissent des amalgames insupportables avec un tas de réalités où ils ne sont pour rien, voire dont ils n’ont même pas conscience. Il faut savoir que les actes ignobles, criminels et terroristes sont commis par des soi-disant musulmans ignorants, terroristes souffrant de déséquilibre, d’ignorance et rongés par la haine et l’intolérance, qui ne savent rien de l’islam, religion de paix, de fraternité, d’égalité, de partage et de dignité humaine. Ces terroristes prétendent agir en son nom, alors qu’ils n’ont rien à avoir avec l’islam. Ils portent atteinte à la religion qui interdit qu’on s’en serve, qu’on l’instrumentalise et qu’on prétende agir en son nom et met en garde quiconque l’utilise à des fins politiques ou comme moyen pour atteindre un objectif lucratif, personnel.
Toutefois, c’est aux musulmans de mieux s’intégrer à l’Europe. Ils doivent se fondre dans la société sans abandonner leur identité, tout en respectant celle de leur pays d’accueil. Ils doivent participer plus activement à la guerre contre le terrorisme. Cela contribuera grandement à donner du crédit aux musulmans occidentaux.
Même l’Europe doit veiller à leur meilleure intégration.
«Certains pays européens devaient faire plus pour intégrer les musulmans», d’après Barak Obama, président des Etats-Unis. Il faut donner des lieux de culte décents aux fidèles, ce qui évitera les prières de rue et leur stigmatisation. Il faut également encourager le dialogue entre les Etats européens et les acteurs publics musulmans qui œuvrent quotidiennement à l’intégration de la communauté musulmane.

Anas Hassy

………………………………………………………………..

France : Montée des actes anti musulmans

Cent vingt-huit actes antimusulmans ont été recensés en France entre l’attentat contre Charlie Hebdo et le 20 janvier, soit presque autant en deux semaines que sur toute l’année 2014, a annoncé à l’AFP l’Observatoire national contre l’islamophobie.
Pour l’année 2014, 133 actes antimusulmans au total ont été comptabilisés, contre 226 en 2013, soit une baisse de 41% sur un an, selon la même source. Une tendance brutalement inversée. Depuis les attentats parisiens des 7 au 9 janvier, perpétrés par des jihadistes français se réclamant de l’islam, mais condamnés fermement par les instances musulmanes, «les actes islamophobes ont atteint un sommet dans la haine à l’égard des Français de confession musulmane jamais enregistré», affirme le président de cette organisation, Abdallah Zekri, dans un communiqué. «C’est la première fois qu’il a été enregistré des jets de grenade ou des tirs par arme à feu», souligne-t-il notamment.
«Ces actions à l’encontre d’une partie de la communauté nationale, provoquées par de petits nazillons qui passent leur temps à fleurir les murs de nos mosquées avec des slogans nazis, nous rappellent un triste passé et sont condamnables», poursuit le responsable musulman.
Le président de l’Observatoire contre l’islamophobie juge «désolant» qu’«en dehors des condamnations» émises par l’Exécutif, la «classe politique n’ait pas dénoncé ces actes ignobles, ni apporté un soutien rassurant à l’égard des citoyens, musulmans certes, mais membres de la communauté nationale».
L’islam est la deuxième religion en France, avec 4 à 6 millions (8% de la population) de croyants et 2.300 à 3.000 mosquées et salles de prière.

Patrice Zehr

…………………………………………………………………………

Europe : L’islamophobie prend de l’ampleur

 

Eric zemmour

 

Avec leurs pseudos-théories, certaines personnes, associations et des mouvements en Occident, cherchent depuis déjà bien longtemps à donner un fond idéologique à l’islamophobie en voulant rendre présentable un discours qui n’est en fait que celui de la haine et de l’obscurantisme. Eric Zemmour est le fer de lance de cette islamophobie en France. Ce journaliste polémiste français continue de stigmatiser l’islam et la communauté musulmane dans les médias. «Ouvrez le Coran à n’importe quelle page, il y a écrit il faut tuer les juifs et les chrétiens!», avait déclaré Zemmour sur iTELE. Eric Zemmour estime également que les musulmans «vivent entre eux, dans les banlieues», que «les Français ont été obligés de les quitter» et que, «cette situation d’un peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile». Il a même proposé, comme solution, de déporter 5 millions de musulmans. Suite à ses propos, Zemmour a été viré de iTELE.
Pareillement, l’écrivain Michel Houellebecq avait déclaré qu’il exprimait son «mépris» à l’égard de l’islam. «La religion la plus con, c’est quand même l’islam. Quand on lit le Coran, on est effondré, effondré», déclarait-il notamment. Suite à ses déclarations, Houellebecq a été poursuivi pour «complicité de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’un groupe de personnes en raison de son appartenance à une religion» et «injure» par des associations musulmanes et la Ligue des droits de l’homme.
Même le Front National (FN) est connu pour ses dérapages islamophobes. Une semaine auparavant, une candidate du FN aux élections départementales dans les Pyrénées-Atlantiques, Marie-José Dussaucy, s’est vu retirer sa candidature dans le canton d’Ustaritz par la direction locale du parti après avoir publié sur les réseaux sociaux des propos anti-arabes et anti-musulmans. Cette polémique au sein du FN survient après celle soulevée par la diffusion par l’eurodéputé Aymeric Chauprade d’une vidéo où il évoquait une «guerre contre l’islam».
En Allemagne, il existe un mouvement contre l’immigration musulmane. Il s’agit de Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident (PEGIDA). Ce mouvement islamophobe organise régulièrement des manifestations dans différentes villes d’Allemagne. Actuellement, PEGIDA s’exporte dans le Vieux continent, notamment en Espagne, en Suisse et en Norvège. Stop islamophobie!

A.H

…………………………………………………………………

Ce qu’ils en pensent…

Zohra, 56 ans

«C’est une catastrophe, ce qui arrive ! Les musulmans radicaux font ce qu’ils font et c’est nous qui payons. Maintenant, plus personne en Europe ne veut nous voir. Ils nous agressent même et nous détestent. Ils disent qu’on les a envahis. Qu’est-ce qu’on va devenir ? Nous, on est allé là-bas pour gagner notre vie parce qu’on avait cru aux miracles de ces pays. Et c’est vrai qu’on a vécu mieux que ce qu’on pouvait espérer chez nous. Mais aujourd’hui, on veut nous chasser de partout. En plus, la plupart de nos jeunes n’ont pas réussi dans la vie. Qu’est ce qu’on va devenir ?».

Ali, 28 ans

«Les Occidentaux ont toujours été des ingrats. Quand ils avaient besoin de nous pour faire leurs guerres et laver leurs toilettes, parce qu’un citoyen de souche n’aimait pas faire les travaux humiliants, ils nous ont bien utilisés, pressés comme des citrons ! Et dès que leur taux de chômage a augmenté, ils se sont retournés contre nous. Certains ont commencé à comparer les chiffres des chômeurs avec ceux des immigrés. 2 millions d’immigrés, 2 millions de chômeurs. Il faut chasser les immigrés ! Ensuite, ils ont rendu l’immigration et même les visites des étrangers de plus en plus impossibles. Et aujourd’hui, c’est pire. Des fous furieux veulent imposer la religion à la kalachnikov et ce sont encore les immigrés qui sont stigmatisés. Après, ils se demandent pourquoi la haine grandit contre eux. Eh bien, malgré tout cela, moi, je pense que les années noires de l’immigration ne font que commencer».

Nadia, 34 ans

«Moi, je pense que les musulmans sont aussi pour quelque chose dans ce qui leur arrive. Ils sont allés vivre dans des pays qui n’ont pas la même religion que la leur. Ils avaient le devoir de respecter les pays d’accueil et de donner une bonne image d’eux-mêmes. On peut avoir la foi et la pratiquer chez soi, sans soulever de vagues. Moi, j’ai de la famille en France, la vie est devenue impossible même pour les musulmans modernes. Les barbus et voilées les harcèlent, leur reprochent leur façon de s’habiller, de se coiffer. Ils font du prosélytisme avec les musulmans même et ils croient qu’ils peuvent le faire partout, tout le temps et avec tout le monde, devenant agressifs si les interlocuteurs réagissent en les envoyant sur les roses…».

Zouhair, 45 ans

«Ce qu’il faut rappeler et beaucoup rappeler, c’est que tout le monde n’est pas pareil. Ni tous les immigrés et les musulmans sont pareils. Ni tous les «Nsaras» (occidentaux) sont pareils. Il y en a qui sont bien et il y en a qui sont mauvais, dans les deux camps. On ne doit pas laisser la fracture s’aggraver et le fossé se creuser. Il faut réagir, il faut un respect mutuel. Les musulmans doivent respecter les pays où ils sont et ne pas donner le sentiment aux citoyens de ces pays qu’ils veulent leur imposer leur mode de vie ou leurs convictions religieuses. Et certains intellectuels et politiciens des pays d’accueil doivent arrêter d’inciter à la haine en faisant des musulmans leur bouc émissaire. J’ai l’impression que les musulmans aujourd’hui sont comme étaient les juifs il y a quelques années. Sauf que les juifs étaient des victimes dans la persécution, alors que les musulmans persécutés apparaissent comme des méchants, parce que d’autres musulmans radicaux commettent des folies en leur nom et au nom de leur religion».

Voir aussi

Abdelkebir El Hadidi : Celui par qui la catastrophe est arrivée

Une quinzaine de personnes ont été tuées dans la bousculade survenue, dimanche 19 novembre 2017, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.