dimanche 24 septembre 2017

Maroc : Les 120 premiers jours du Gouvernement

Les partis de la majorité ont présenté, lundi 11 septembre 2017, au siège de la Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l’Education-Formation, le bilan de l’action gouvernementale  durant les quatre premiers mois de son installation.

Devant un parterre de ministres, de parlementaires, de personnalités du monde politique, de représentants de la société civile et des représentants des médias, le chef de gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, a décortiqué, lors d’une rencontre, le bilan des 120 jours de l’action gouvernementale. Un geste, a-t-il tenu à préciser, qui prend l’allure d’un message politique clair qui démontre la volonté commune de placer l’intérêt suprême du pays au-dessus de toute considération. Le chef de gouvernement a ajouté: «L’action commune de l’équipe gouvernementale, comme des groupes de la majorité parlementaire, mérite des éloges; une action qui est l’œuvre de tous et à laquelle a participé l’opposition qui, à son tour, mérite d’être saluée». «Ces résultats, a martelé El Othmani, nous rendent confiants et ceux qui misent sur l’explosion des contradictions à l’intérieur du gouvernement et soufflent sur les différences entre les points de vue n’auront pas gain de cause».

Majorité unie

Malgré une conjoncture défavorable, la majorité gouvernementale, a assuré El Othmani, est unie autour du programme qu’elle a présenté aux citoyens. Elle continuera, a-t-il assuré, de regarder de l’avant sans occulter les critiques positives. «L’action que nous avons tous essayé de réaliser nous paraît une chose essentielle, à savoir que notre pays, le Maroc, vit dans un environnement international qui connaît de graves difficultés. Nombre de personnes dans d’autres pays souhaitent avoir ne serait-ce qu’une infime partie de la vie que connaissent les Marocains», a-t-il insisté.

Volonté politique

120 mesures en 120 jours. C’est ce que le chef de gouvernement a annoncé. La feuille de route a été finalisée et la mise en œuvre va démarrer. Le bilan présenté  met en exergue une volonté politique réformiste et forte, dont El Othmani a énuméré les piliers essentiels, à savoir la poursuite des réformes et des chantiers ouverts, le lancement de réformes et de chantiers nouveaux, l’interaction avec les défis et les nouvelles revendications et le suivi de la mise en œuvre du programme du gouvernement.

Ce bilan, a reconnu El Othmani qui ne cachait pas sa satisfaction, suit une trajectoire positive et prometteuse de progrès, au service du citoyen et de la consolidation du climat de confiance. Et ce, malgré les difficultés, ce qui confirme -si besoin est- la spécificité du modèle marocain qui se distingue par sa sécurité et sa stabilité. Le bilan du gouvernement se distingue également par l’adhésion de l’Exécutif à l’action qui vise à combler le retard survenu dans la réalisation du programme «Al Hoceima Manarat-Al Moutawassit».

Démocratie irréversible

S’agissant des lois approuvées par le Parlement et qui sont au nombre de 45, El Othmani a rappelé qu’elles intéressent les secteurs de la santé, de la protection sociale, des coopératives, de la protection des biens d’autrui, des investissements, des exportations, de l’économie numérique et de la justice. Concernant le choix démocratique, il est irréversible. Le gouvernement a adhéré à la mise en œuvre des dispositions opérationnelles concernant ce choix, qui s’acheminent vers la consolidation de la participation des citoyens, leur écoute, la proximité et le soutien à apporter à la société civile. Il s’agit aussi d’affermir et de mettre en œuvre le caractère officiel de la langue amazighe, consolider le système des droits de l’homme, soutenir l’indépendance de la justice, renforcer la coopération avec le Parlement et poursuivre la mise en œuvre du chantier de la régionalisation.

Les ambitions du gouvernement

«Notre ambition, est de réformer l’administration, mettre en place un programme national pour rehausser le secteur de la santé, mettre sur les rails de nouveaux hôpitaux, lancer le chantier d’une stratégie nationale pour moderniser ce secteur, assurer la protection sanitaire, avec un programme à même de réduire les disparités sociales», a conclu le chef de gouvernement, sans omettre d’évoquer la politique africaine.

Tour à tour, les secrétaires généraux respectifs des différents partis de la majorité gouvernementale ont pris la parole. Tous ont été unanimes à soutenir que le gouvernement est homogène et œuvre avec sérieux, même si de temps à autre les réunions des Conseils de gouvernement sont piquantes. Mais le respect mutuel reste de mise. «Avec l’expérience, a précisé le ministre Aziz Akhannouch, nous irons de l’avant».

Et les intervenants de conclure que le bilan de l’action est honorable, parce que, soutiennent-ils, cette action est menée pour le bien du Maroc et des Marocains.

Mohammed Nafaa

Voir aussi

Le Centre régional de transfusion de Meknès a-t-il encore jeté des poches de sang ?

Les réseaux sociaux se sont enflammés autour de l’affaire «des poches de sang jetées à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.