samedi 25 janvier 2020

Les points sur les «i» du Roi

Discours du trone juillet 2013

Feuille de route qui trace les orientations de la politique générale du Royaume, le Discours du Trône a éclairé sur le projet sociétal marocain «alliant croissance économique pérenne, développement durable et solidarité sociale».

Dans Son discours, SM le Roi a rappelé la marche dans laquelle le Royaume est engagé dans le cadre d’«un processus continu, foisonnant d’initiatives audacieuses et résolues, jalonné de démarches participatives permettant d’optimiser les possibilités disponibles». Une marche qui traduit le souci majeur du Souverain de placer «la dignité et l’épanouissement du citoyen marocain au cœur de nos préoccupations».

Le Souverain a rappelé également que la marche dans laquelle il s’est attaché à inscrire le Royaume, depuis son accession au Trône, a été marquée par «des efforts méritoires de tous les gouvernements précédents pour donner corps» cette vision, avant d’encourager le gouvernement actuel «à aller de l’avant avec autant de volonté et de détermination, pour réaliser davantage de progrès, dans le cadre du processus vertueux» engagé sous sa conduite.
Le Souverain a aussi constaté avec satisfaction la mise en œuvre, depuis son accession au Trône, des nombreux chantiers économiques et sociaux, parallèlement aux réformes politiques et institutionnelles engagées, en réponse aux aspirations du peuple marocain.

De grandes avancées en interne

Le Discours du Trône est aussi l’occasion de dresser le bilan des réalisations nationales. De grandes avancées ont été réalisées par le Maroc en matière d’infrastructures, notamment dans les domaines de l’approvisionnement des villes et villages en eau potable, en électricité et en d’autres services, ainsi qu’en ce qui concerne les équipements de base avec la construction de ports et d’aéroports, le développement du transport ferroviaire et du transport urbain, le renforcement du réseau routier et de la gestion optimale des ressources en eau, a enregistré le Roi qui s’est aussi félicité des avantages engrangés à travers la mise en œuvre graduelle des stratégies sectorielles, notamment en termes d’amélioration de l’attractivité de l’économie marocaine pour les investissements étrangers et ce, «en dépit d’une situation économique et sociale mondiale difficile». D’où ce nouvel appel du Souverain au gouvernement pour qu’il encourage les investissements et accorde la priorité «à tout ce qui est de nature à stimuler la croissance et à favoriser la création d’emplois», tout en gardant en vue le souci de «complémentarité entre les impératifs de consommation locale et l’exportabilité de la production», avec tout ce que cela induit comme effets positifs sur la balance des paiements.

Industrie et énergie

Dans le même ordre d’idée, le Souverain s’est félicité des résultats obtenus par la politique menée depuis des années pour développer des métiers industriels mondiaux dans le cadre du plan «Émergence» en engageant le gouvernement «à créer les conditions idoines pour diversifier et élargir notre tissu industriel dans le cadre d’une politique volontariste qui renforce le partenariat entre les secteurs public et privé».
Les choix tout aussi pertinents du Maroc en matière de développement des énergies renouvelables, avec notamment le programme de l’énergie solaire et celui de l’énergie éolienne, ont été soulignés par Sa Majesté, de par notamment leur impact pour réduire la dépendance vis-à-vis des importations énergétiques, en insistant sur la nécessité d’engager une politique de formation efficiente en la matière et de favoriser, dans la foulée, la mise en œuvre de la Charte nationale de l’environnement.

Tourisme et agriculture

La résilience du secteur du tourisme au Maroc, en dépit de la crise financière mondiale, est aussi un autre motif de satisfaction dans le bilan dressé par le Souverain et ce, grâce aux efforts et aux initiatives prises durant les dernières années.
Autant donc de motifs d’incitation des partenaires et des parties prenantes du secteur à s’impliquer dans la réalisation de la Vision 2020.
En ce qui concerne le secteur agricole, boosté par les récoltes abondantes de cette année, le Souverain a fait l’annonce majeure de continuer de faire bénéficier de l’exonération fiscale la moyenne et la petite agriculture, alors que «cette exemption cessera d’être en vigueur à la fin de l’année en cours pour les gros investissements».
Dans le même sillage, le Souverain a annoncé la mise en place d’une Agence spéciale qui veille à mettre en adéquation la stratégie agricole et l’espace territorial de la population concernée, surtout dans les régions montagneuses, tout comme il s’est félicité de la conduite du plan «Halieutis» qui a réalisé des progrès prometteurs, dignes d’appui et de soutien.

Une préoccupation majeure: le développement humain

SM le Roi a d’autre part insisté sur la justice sociale en tant que préoccupation majeure au-delà de la croissance économique, en affirmant la centralité de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) qu’il faudrait renforcer et élargir en tant que «vision de développement globale et audacieuse, qui ne se limite pas aux catégories pauvres et aux familles démunies, mais qui s’ouvre sur tous les chantiers de développement visant à réduire les disparités sociales et territoriales» .
Le développement humain souhaité, dans la vision royale, va de pair avec la promotion de la culture, «ciment de la cohésion de la nation et miroir de son identité et de son authenticité», au sujet de laquelle Sa Majesté a insisté sur la nécessité d’encourager toutes les formes d’expression créatrices, aussi bien celles en harmonie avec notre patrimoine séculaire que celles en phase avec le goût moderne, dans ses styles et ses genres multiples et variés.

Le Sahara

Le discours du Trône, de par sa teneur exhaustive, a aussi souligné l’attachement du Souverain, en sa qualité d’Amir Al Mouminine, «à protéger l’identité islamique de notre peuple, qui incarne un modèle marocain original de la pratique de l’Islam et se distingue par une foi tolérante et par l’unité du rite malékite, celui du juste milieu et de la modération», ainsi que l’importance de l’aboutissement de la réforme de la justice, en vue d’assurer sa moralisation et son indépendance, «non sans traiter de la question de l’intégrité territoriale du Royaume, dont l’évolution positive transparaît à travers le soutien grandissant apporté à notre initiative judicieuse, en l’occurrence notre proposition d’autonomie».
La dernière résolution du Conseil de Sécurité est significative à cet égard, en ce qu’elle a «fermement réaffirmé les paramètres incontournables pour parvenir à une solution politique consensuelle et réaliste», mis particulièrement l’accent sur la dimension régionale de ce différend et rappelé «la responsabilité de l’Algérie, en tant que partie concernée par ce litige», a dit le Souverain.

Nouvel ordre maghrébin, Al Qods et l’Afrique

Le Discours du Trône n’a pas été également sans rappeler les principes et la ligne de conduite présidant à la politique internationale du Royaume, faisant le constat d’une évolution constante et d’avancées significatives enregistrées dans les relations extérieures du Maroc, depuis l’accession du Souverain au Trône. Il a réitéré, dans ce sens, l’attachement du Royaume à «voir émerger un nouvel ordre maghrébin» basé sur les impératifs de «complémentarité et d’intégration et la libre circulation des personnes, des capitaux et des biens».
De même, le Souverain a fait part des efforts qu’entreprend le Royaume pour «l’élaboration d’une approche nouvelle de l’Action arabe commune» et insisté sur les forts liens de coopération avec les Etats du Conseil de Coopération du Golfe et sur Son engagement à continuer d’œuvrer sans relâche à la tête du Comité Al-Qods pour défendre la juste cause palestinienne.
L’importance du resserrement des liens du Maroc avec les pays africains frères, dans le cadre de la coopération Sud-Sud et de la consolidation de sa stratégie d’ouverture sur ses partenaires européens, a aussi été soulignée en tant que volet fondamental de la politique extérieure du Royaume. Avec les partenaires européens, il s’agit notamment de «renforcer davantage notre partenariat avec l’Union européenne, dans le cadre du statut avancé qui distingue le Maroc» et d’«ouvrir des perspectives nouvelles et prometteuses devant cette coopération», a affirmé le Souverain.

Voir aussi

Laâyoune : L’Union des Comores va ouvrir une ambassade au Maroc en janvier 2020

Laâyoune : L’Union des Comores va ouvrir une ambassade au Maroc en janvier 2020

L’Union des Comores a décidé d’ouvrir une ambassade au Maroc “en janvier 2020”, a annoncé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.