jeudi 19 octobre 2017

Le gouvernement El Othmani : Quelles premières remarques ?

Pas moins de 39 membres, de grands pôles, de nouvelles têtes, mais aussi des anciennes, 9 femmes (chiffre sans précédent)… Ce sont les 1ères caractéristiques du Gouvernement de ce mois d’avril, au Maroc.

Neuf ministres femmes. Il était temps !

La femme occupe de nombreux postes dans le gouvernement de Saâd-Eddine El Othmani qi compte 39 membres au total (chef de gouvernement compris). Jamais on n’avait vu autant de femmes ministres depuis le gouvernement dirigé par Abbas El Fassi entre 2007 et 2011. Ainsi et par ordre alphabétique, Bassima Hakkaoui a été nommée ministre de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du Développement social. Elle garde ainsi son portefeuille avec une légère modification, puisqu’elle sera chargée de l’égalité, portefeuille qui n’existait pas dans le gouvernement précédent. De son côté, M’barka Bouaida a été choisie pour le poste de Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, chargée de la Pêche maritime. Dans le gouvernement précédent elle occupait le poste de ministre déléguée aux Affaires étrangères. Charafat Badri Afilal a pour sa part été nommée Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, chargée de l’eau. Dans le gouvernement Benkirane II, elle évoluait en  tant que ministre délégué chargée de l’Eau. Elle garde donc la même fonction. Jamila El Moussali est devenue quant à elle, Secrétaire  d’Etat auprès du ministre du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat, de l’économie sociale, chargée de l’artisanat et de l’économie sociale, en remplacement de Fatema Marouane. Dans le précédent gouvernement, Moussali occupait le poste de ministre chargée des relations avec le Parlement et la Société civile, en remplacement de Lahbib Choubani, poste qu’occupe désormais Mustapha Khalfi. La part belle aux femmes ne s’est pas arrêtée là dans le gouvernement El Othmani. Ainsi, Fatna Lkhiyel a été nommée Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, chargée de l’habitat. Rkia Derham a de son côté été nommée Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, chargée du commerce extérieur. Enfin Lamia Boutaleb Nzeha El Ouafi et Mounia Boucetta ont été nommées respectivement Secrétaires d’Etat auprès du ministre du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale, chargée du tourisme, auprès du ministre de l’Energie, des mines et du développement durable, chargée du développement durable et auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale.

À nouveau gouvernement, nouvelles têtes

Après plusieurs mois d’attente sous le mandat d’Abdelilah Benkirane, son successeur Saâd-Eddine El Othmani a pu former son gouvernement en moins d’un mois. Plusieurs nouvelles têtes feront leur première entrée au siège de la primature dans le cadre du gouvernement El Othmani. Il s’agit de Abdelouafi Laftit ministre de l’Intérieur, Mohamed Aujjar ministre de la Justice, Mohamed El Hajjoui Secrétaire général du gouvernement, Mohamed Sajid ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, et Mohamed Yatim ministre de l’Emploi et de l’Insertion Professionnelle et Mohamed Laaraj, nommé  ministre de la Culture et de la Communication. Il s’agit également de  Mohamed Ben Abdelkader, ministre délégué auprès du Chef du gouvernement chargé de la réforme de l’Administration et de la Fonction publique, Abdelkrim Benatiq ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, Noureddine Boutayeb ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Hamou Ouheli nommé Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, chargé du développement rural et des eaux et forêts, Khalid Samadi Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, en plus de Larbi Bencheikh qui a été choisi pour occuper le poste de Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, chargé de la formation professionnelle, et Othmane El Ferdaous, nommé Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique, chargé de l’investissement. Rachid Talbi Alami a quant à lui été nommé ministre de la Jeunesse et des Sports. Certaines têtes sont réellement nouvelles, d’autres sont connues, mais ne figuraient pas dans le gouvernement sortant.

Les habitués des lieux

À ce nouveau gouvernement, participent plusieurs ministres réputés pour être des habitués des lieux. Il s’agit de  du ministre d’Etat chargé des Droits de l’Homme Mustapha Ramid, Nasser Bourita ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale,  Ahmed Toufiq ministre des Habous et des affaires islamiques et Mohammed Boussaid, ministre de l’Economie  et des Finances. D’autres figures politiques ont également remplié dans le gouvernement El Othmani. Il s’agit de Aziz Akhannouch qui est resté ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, en y ajoutant le développement rural et des eaux et forêts. Mohamed Nabil Benabdallah a quant à lui été nommé ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville. Pour sa part, Mohamed Hassad a changé de cap pour siéger à la tête du département de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Moulay Hafid Elalamy est resté ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique. Quant à  Abdelkader Amara, il a été placé aux commandes du ministère de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, succédant ainsi à son collègue au PJD, Aziz Rebbah qui est devenu ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable. El Houcine Louardi est resté ministre de la Santé. De son côté, Lahcen Daoudi est devenu  ministre délégué auprès du Chef du gouvernement chargé des Affaires générales et de la Gouvernance. Mustapha El Khalfi a changé de département pour s’occuper des relations avec le parlement et la société, en plus du poste parole du gouvernement. Mohamed Najib Boulif et Abdellatif Loudiyi ont respectivement été nommés, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, chargé du transport et ministre délégué auprès du Chef du gouvernement chargé de l’Administration de la défense nationale.

À noter que Mustapha Ramid a été nommé ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme.

Mohcine Lourhzal

Gouvernement El Othmani : Les super ministères et les autres

Le nouveau gouvernement mérite bien son nom, compte tenu des nouveautés qu’il présente. En effet, outre les nouveaux venus, les quelques rares ex-ministres qui reprennent du service et le record battu du nombre de femmes qui font partie de cette formation (9 au total sur 39 ministres), certains ministères ont passé la main à d’autres et des ministères ont pris plus d’envergure, plus de responsabilités et plus de secteurs à gérer. L’on relève aussi le retour des Secrétaires d’Etats. Des super-ministères, on peut citer celui de l’Agriculture et de la Pêche maritime qui s’est vu ajouter le Développement rural et les Eaux et Forêts, mais dont le ministre n’a pas changé. Aziz Akhannouch est resté à la tête de ce département. C’est aussi le cas de Mohamed Nabil Benabdallah qui devra se charger de l’Aménagement du territoire national l’Urbanisme en plus de l’Habitat et de la Politique de la ville. L’autre grand ministère dont les missions se sont élargies est celui que prendra en charge Mohamed Hassad, l’ex ministre de l’Intérieur qui sera à la tête du ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Formation des cadres. Mohamed Sajid (ex-Maire de Casablanca) qui intègre la formation gouvernementale, se retrouve aussi à la tête d’un grand ministère, en l’occurrence celui du Tourisme qui prend en charge désormais le Transport aérien, l’Artisanat et l’Economie sociale. Abdelkader Amara, ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, s’est vu ajouter le secteur de l’Eau, comme son ami du parti, Aziz Rebbah, mis à l’Energie et les Mines et qui prend en charge, en plus, le Développement durable. Enfin, il y a ce ministère qui regroupe deux grands secteurs et pas des moindres, à savoir la Culture et la Communication, dont le ministre nommé est Mohamed Laarej. A côté, de ceux-là, certains ministères ont été arrimés à d’autres, comme ministères délégués, après avoir été des ministères à part entière. C’est le cas des Affaires générales et de la Gouvernance, des Relations avec le Parlement et la Société civile, de la Réforme de l’Administration et de la Fonction publique et des Affaires des MRE et des Affaires de la migration.

Hamid Dades

Voir aussi

Maroc/Croissance économique : Le yo-yo que décrit Jouahri

Croissance économique, inflation, déficit… Tout a été passé en revue par Abdellatif Jouahri, wali de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.