dimanche 20 août 2017

Fondation BMCE Bank : Medersat.com à Beni Chiker

Leila meziene benjelloun naugure ecole medersat com a beni chiker

A Beni Chiker, une zone rurale enclavée, située à quelques kilomètres de la ville de Nador, une école communautaire du réseau Medersat.com vient d’être inaugurée.

Au Maroc, le taux d’analphabétisme au sein de la population avoisine les 30%, selon les données de la Banque Mondiale et une étude de l’Observatoire national du développement humain (ONDH). Deux enfants sur cinq, de 12 à 14 ans, ne fréquentent pas le collège en milieu rural…
Accéder à une bonne éducation dès la maternelle, puis au primaire, c’est désormais possible même dans des zones rurales isolées, tout en préservant les traditions et la culture locales. C’était le défi de la Fondation BMCE Bank pour la promotion et le développement économique et social depuis sa création en 1995. Le réseau Medersat.com lancé en 2000 en est l’exemple.
L’inauguration officielle de l’école Medersat.com Beni Chiker, une zone rurale enclavée de la province de Nador, a été marquée, ce mercredi 13 mai 2015, par la présence de Leila Mezian Benjelloun, Présidente de la Fondation, de Othman Benjelloun, Président-directeur général du Groupe BMCE Bank, de Mohamed M’barki, Directeur général de l’Agence de l’Oriental, de représentants de l’IRCAM et de membres de l’Assemblée mondiale amazighe. Cette nouvelle école du réseau est le 65ème établissement préscolaire et primaire, qui est en activité depuis plus d’une année.

Elle compte deux classes préscolaire et primaire et accueille 55 élèves (25 au préscolaire et 30 au primaire) encadrés par deux enseignantes. Les élèves reçoivent un enseignement basé sur le programme du ministère de l’Éducation nationale, mais avec la particularité spécifique des écoles de Medersat.com. Il s’agit d’un enseignement de qualité et de la diversité linguistique tout en s’ouvrant sur les nouvelles technologies. Le réseau compte plus de 9.800 élèves encadrés par 420 instituteurs.

Diversité linguistique

Les écoles du projet «medersat.com» se distinguent aussi par la diversité linguistique. Les cours d’arabe, d’amazigh et de français sont dispensés dans toutes les régions du royaume dans des proportions différenciées. A titre d’exemple, dans la nouvelle école de Beni Chiker, les élèves du préscolaire, accueillis dès l’âge de 5 ans, reçoivent des cours en amazigh et en français. Les cours d’arabe ne commencent qu’à partir de la 1ère année du primaire. Dans d’autres régions, un autre ordre est adopté: l’enseignement de l’amazigh n’intervient qu’à partir de la 1ère année du primaire. Le choix est donc fait en fonction des spécificités de chaque région. Mieux encore, dans une expérience inédite, certaines écoles du réseau «Medersat.com» ont intégré l’enseignement du mandarin depuis le début de l’année scolaire. Une convention entre la Fondation BMCE Bank et l’Institut Confucius de formation et d’enseignement de la langue chinoise avait été signée à cet effet à Casablanca, au mois de juin 2014.

Partenariat privé-public. Partenariat Sud-Sud

L’école Medersat.com Beni Chiker illustre une complémentarité entre le public et le privé dans un seul objectif, lutter contre l’analphabétisme et contribuer à l’éradication de la pauvreté. La présidente a souligné à cette occasion: «Notre partenariat renouvelé avec l’Agence de l’Oriental est de renforcer les actions réalisées dans le contexte du programme des écoles du réseau ”Medersat.com” et leur impact sur le développement local en perpétuité de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations rurales. L’événement prend une importance très particulière qui corrobore la stratégie nationale de la régionalisation avancée, trouvant ainsi sa place essentielle au sein de l’architecture constitutionnelle nouvelle vers laquelle conduit la réforme de l’Etat». Et d’ajouter que la Fondation a déjà construit deux autres écoles dans la région de Beni Ansar et Ouled El Arbi.
Mohamed M’barki, directeur de l’Agence de l’Oriental, a de son côté rappelé les grands chantiers que connaît la région depuis l’intronisation de SM le Roi et leurs retombées sur la région. Il a aussi déclaré que ces petits écoliers d’aujourd’hui seront les cadres de demain. En effet, ce partenariat avec l’Agence de l’Oriental, le ministère de l’Education nationale ou d’autres institutions nationales et étrangères prouve que cette expérience d’innovation pédagogique est sur la bonne voie. D’ailleurs, depuis 2006, les ressources humaines sont attachées au ministère de tutelle. Le corps enseignant qui dépend du ministère de l’Education nationale est sélectionné selon des critères très stricts. Les enseignants gardent leur statut de fonctionnaires de l’Etat et bénéficient, en plus, d’une prime versée par la Fondation. Une expérience qui a franchi les frontières, toujours avec efficacité, puisque trois écoles similaires sont déjà ouvertes au Sénégal, au Mali et au Congo. Une quatrième est en préparation en Côte d’Ivoire.
Toutes les personnes qui ont cru un jour à ce projet et à sa rentabilité ne peuvent qu’être fières. Car les résultats commencent à tomber: les premiers élèves qui ont bénéficié de cette expérience ont actuellement un Bac + 4…

Pour mémoire

Chaque année WISE (World Innovation Summit for Education), le Sommet mondial pour l’innovation dans l’éducation décerne des Prix à des projets éducatifs qui ont transformé des vies. Six pays ont été récompensés en 2013: Maroc, Angleterre, Irlande, Nouvelle-Zélande, Canada et Arabie Saoudite. Parmi les six projets récompensés, il y a l’expérience de Medersat.com de la Fondation BMCE Bank qui a été choisi parmi plus de cinq cents projets à l’international par le WISE. Depuis 2011, le Wise Award récompense un projet éducatif parmi des centaines de par le monde. Il est organisé par la Qatar Fondation, en partenariat avec l’UNESCO, entre autres.
Cette expérience a pu développer dans les campagnes marocaines des écoles adaptées à la culture locale, tout en étant connectées à Internet par satellite. Les cours sont enseignés en amazigh, la langue maternelle des enfants, tout en s’ouvrant à d’autres langues, dont le français.
Après cette récompense, le film documentaire «L’école de la palmeraie» a reçu le prestigieux Dauphin d’Or de la catégorie Education du Festival Cannes Corporate Media & TV Awards 2013. Ce festival récompense chaque année les meilleurs films corporate, médias en ligne et documentaires au monde. Ce film documentaire, réalisé par Jacques Renoir et produit par Dounia Productions, raconte comment la kasbah d’Aït Hammou, dans la région de Ouarzazate, a été sauvée de la ruine par sa transformation en école pour les enfants du village, dans le cadre du programme Medersat.com. Une initiative qui a sauvé ce site historique, préservant ainsi un patrimoine national tout en servant la communauté locale via l’éducation de ses enfants. Le documentaire «L’école de la palmeraie» a suivi les étapes et les travaux de restauration de la kasbah selon les méthodes de construction traditionnelles locales, jusqu’à dévoiler son architecture finale et ses salles de classes qui représentent un grand espoir pour les habitants du village… Dounia Productions compte à son actif de nombreux films comme «Le Voyage d’Ibn Battuta» et «Roads to Mecca» et a déjà été honorée de nombreux Prix, dont le Telly Award pour «Beautiful Morocco» et la mention spéciale du jury du Festival du Creusot pour «Mille et une écoles».

De notre envoyée spéciale à Nador, Bouchra Elkhadir

Voir aussi

Voyage… Ces jeunes qui bousculent les habitudes…

Diplôme en poche, nouveau boulot, les moins de 35 ans bousculent les habitudes et, surtout, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.