mercredi 18 octobre 2017

Exercice 2016 : Wafa Assurance confirme son leadership

Wafa Assurance, filiale d’Attijariwafa bank, a maintenu en 2016 son positionnement en tant que leader dans le secteur des assurances. Cette performance soutenue ressort de l’exercice 2016, présenté à la presse, vendredi 17 février 2017, à Casablanca.

Dans son allocution introductive, le PDG de Wafa Assurance, Ali Harraj a souligné que les réalisations de Wafa Assurance en 2016 ont été en droite ligne avec les objectifs du Plan stratégique Oufouq 2018, mis en place par la filiale d’Attijariwafa bank.

L’ambition by Wafa

Ce Plan stratégique, en rupture avec le précédent, ambitionne, sur le marché marocain de renforcer le leadership de Wafa Assurance, tout en restant innovante en matière de distribution, de produits et de services, sur toutes les branches. A l’international, ce Plan ambitieux se fixe comme objectif d’accélérer le développement de l’empreinte stratégique de Wafa Assurance en Afrique, avec des logiques différenciées par pays.

Progression constante et soutenue

Concernant les résultats annuels comptant pour l’année 2016, Ali Harraj a souligné que Wafa Assurance a réalisé, au titre de l’exercice 2016, un résultat net de 841 millions de dirhams (MDH), enregistrant une hausse de 5,2% par rapport à 2015. Il a expliqué qu’en Non-Vie, le résultat s’est établi à 961 MDH, en forte progression de 45,5%, grâce notamment au résultat financier, dans un contexte de marché actions très favorable. Le PDG de Wafa Assurance a ajouté que le résultat de l’activité Vie s’est contracté de 32 MDH à 291MDH, en raison de la dépréciation d’actifs financiers affectés à la couverture des engagements techniques. S’agissant du chiffre d’affaires, A. Harraj a affirmé qu’il est en forte croissance et sur tous les marchés. Il s’est établi à 7.314 MDH, en hausse de 14,2%. Il a précisé que la branche Vie affiche une croissance de 18,1%, à 4.043 MDH, issue principalement de l’activité d’épargne, tandis que le chiffre d’affaires Non-Vie s’inscrit à 3.271 MDH, enregistrant une progression de 9,6%. Cette croissance est portée tant par le marché des particuliers professionnels que par le marché des entreprises, dans un environnement concurrentiel intense, a-t-il relevé.

Concernant les fonds propres de la compagnie, Ali Harraj a indiqué qu’ils s’élèvent à 5.181 MDH, en progression de 5,7%. Il a noté que la rentabilité de la société reste soutenue en 2016, avec un ROE stable à 19,4%. Il a, en outre, souligné que les réalisations sont globalement en ligne avec les objectifs du Plan stratégique Oufouq 2018, aussi bien pour les activités au Maroc qu’à l’international. Il a souligné dans ce registre le lancement réussi de trois filiales au Cameroun et en Côte d’Ivoire, ce qui augure de bonnes perspectives de développement en Afrique.

Par ailleurs, le Conseil d’administration a décidé, au vu des résultats enregistrés, de proposer à l’Assemblée générale ordinaire, convoquée pour le 11 avril prochain, la distribution au titre de l’exercice 2016 d’un dividende ordinaire de 120 DH par action, soit un pay-out de 50%.. Ce qui peut paraître excessif au regard des ambitions et projets que compte financer le leader de l’assurance, mais Ali Harraj rassure. La décision de fixer le pay-out à 50% avait été prise par le Conseil d’administration en tenant compte de toutes les données, y compris celles des investissements.

Des branches d’assurance qui répondent à tous les besoins

En ce qui concerne les branches d’assurance les plus prisées par la clientèle, le Top management de Wafa Assurance a expliqué que l’épargne éducation, l’épargne retraite, les produits d’assurance à l’adresse des entreprises et les assurances automobile suscitent plus d’engouement. S’agissant de la politique de Wafa Assurance vis-à-vis de la concurrence de plus en plus rude, Ali Harraj et le Top management du Groupe ont rappelé que le marché des assurances au Maroc n’est pas fermé et que les acteurs, agissant dans ce secteur promis à plus de performances, y trouvent leur compte. Ainsi, Wafa Assurance est décidée à poursuivre son offensive en faveur d’une clientèle de plus en plus avisée et exigeante.

Plus de présence en Afrique

Implanté dans quatre pays africains, avec 6 filiales, Wafa Assurance veut aujourd’hui accélérer son développement sur les marchés du continent. «Nous étudions des dossiers d’acquisition majoritaire ou totale sur un certain nombre de marchés», a révélé Ali Harraj. Dans la zone de la Conférence interafricaine des marchés d’assurance (CIMA, regroupant 14 pays subsahariens), la nouvelle réglementation impose un capital minimum de 5 milliards de FCFA (l’équivalent de 80 millions de DH) pour exercer sur un marché de la zone. Les opérateurs qui ont déjà des licences disposent d’un délai pour s’adapter aux nouvelles règles. Les exigences sont élevées, surtout sur les marchés de taille réduite, disent les observateurs. Les changements réglementaires pourraient entraîner une consolidation dans le secteur des assurances et ouvrir des opportunités pour de grands acteurs panafricains, tels que Wafa Assurance.

M.L

Voir aussi

Flexibilité du dirham et banques participatives : Encore beaucoup de travail !

Les questions revenues lors du débat avec Abdellatif Jouahri ont porté surtout sur la réforme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.