mercredi 18 octobre 2017

Entretien exclusif : Libye, Afrique, Crans Montana, Sahara…

Conference mezouar rabat mars 2015

Il n’y a pas un pays au monde qui, comme le Maroc, chaque fois qu’il décide d’entreprendre, d’organiser, ou d’abriter une activité diplomatique, voit se dresser devant lui –et se mobiliser plus que lui- son voisin, avec l’objectif clair de lui saboter cette activité. Cela en devient anecdotique, voire caricatural !

Voilà 5 (cinq) thèmes autour desquels s’est déployée une intense activité diplomatique au Maroc, ou à partir du Maroc vers ses partenaires et interlocuteurs: le dialogue inter-libyen, les relations Maroc-Afrique, le forum Crans Montana, le dossier du Sahara (avec la tournée de Christopher Ross et l’approche de la réunion annuelle du Conseil de Sécurité sur la question) et les relations Maroc-France.
Eh bien, pour toutes les activités diplomatiques liées à ces sujets, il a fallu au Maroc mener le combat sur un double front. Celui consistant à réaliser les objectifs de l’action diplomatique proprement dite. Et celui consistant à désamorcer les mines semées sur son chemin par l’infatigable voisin algérien.

Après avoir tout fait pour écarter le Maroc du dialogue sahélo-saharien, puis du dialogue inter-malien, le pouvoir algérien a remis son animosité à l’ordre du jour à l’occasion du dialogue inter-libyen… Pourtant, le Maroc ne fait qu’accompagner un processus de conciliation se déroulant sous l’égide de l’ONU.
Concernant l’Afrique, la «très sérieuse» presse algérienne (El Watan, par exemple) voit le Maroc isolé dans le continent… Au moment-même où les liens du Maroc avec les pays de ce continent (Son continent ; le Maroc étant bien africain) n’ont jamais été aussi intenses et aussi réclamés ! Notamment par des hurluberlus comme le chef du Nigéria qui, après s’être attaqué au Maroc, de longues années durant, sur la question de son Sahara, s’est tout à coup découvert l’envie de «faire ami-ami», changeant son fusil d’épaule -allez savoir pourquoi- Et qui, éconduit par un Maroc qu’on ne siffle pas à la commande, n’a pas hésité à user de mensonges effrontés pour «confirmer» un rapprochement qui n’existe pas.
S’agissant du forum Crans Montana, la diplomatie algérienne s’est surpassée, mobilisant tous ses réseaux pour que ce forum n’ait pas lieu dans la perle du Sahara marocain: Dakhla. Au final, le forum aura bien lieu à la date et dans la ville prévues. Si les résultats en sont bons, ce sont les populations d’Afrique qui en tireront bénéfice, le thème central du forum étant le développement, comme l’explique le ministre des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar qui, dans cet entretien exclusif accordé au Reporter, aborde tous ces sujets, ses réponses les plus courtes n’étant pas les moins importantes, si on leur applique le bon décryptage…
Quant aux relations Maroc-France qui entrent également dans le cadre de ce dossier réservé à la diplomatie marocaine, nul n’est besoin d’en dire plus que ce que dit la visite à Rabat du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Et ce qu’elle dit tient autant dans son succès que dans ses promesses. Tous les coups fourrés ayant tenté de porter atteinte à ces relations sont désormais bons pour les poubelles de l’histoire !

BA

…………………………………………………………………

Interview

Les dessous des cartes

Mezouar ministre des affaires etrangeres maroc

Dans cet entretien exclusif accordé au Reporter, le ministre des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, explique la position du Maroc sur les dossiers d’actualité brûlante et d’intérêt national, n’hésitant pas à remettre, chaque fois que nécessaire, les pendules à l’heure.

Le Maroc a abrité à Skhirat une rencontre importante relative au dialogue libyo-libyen. Qu’est-ce qui a, à votre avis, dicté ce choix du Maroc?

Il s’agit là d’une première rencontre en dehors de la Libye et des villes des Nations Unies. Le choix du Maroc n’est certes pas fortuit. Car le Royaume a toujours eu avec les différentes parties un rapport, une relation de confiance et de coopération et a toujours travaillé et œuvré sincèrement pour le rapprochement des points de vue et pour privilégier les voies du dialogue constructif comme seule et unique issue. C’est justement dans ce cadre qu’intervient le dialogue de Skhirat.

Quelles sont les spécificités de ce processus?

Le processus est, comme vous le savez, encadré par les Nations Unies pour lesquels, concernant les principes, ce cadre doit être minutieusement préservé.
Vous savez, tout le monde est convaincu que l’unité et l’intégrité territoriale de la Libye sont quelque chose de fondamental, qu’il n’y a pas d’autre voie que la voie politique et que le terrorisme est dangereux pour ce pays ainsi que pour l’ensemble de la région.
Tout le monde est conscient du rôle que doit jouer la Libye pour la stabilité qui est aussi celle de la région. C’est un pays qui a des richesses qui lui permettent de jouer un rôle considérable au niveau de la région.

Où en est le processus au moment où le dialogue est lancé à Skhirat?

Je crois qu’il y a une prise de conscience globale et un processus qui fait du chemin, qui avance.

Doucement mais sûrement…

Comme vous dites, oui. Il faut cependant le préserver, le soutenir et soutenir aussi l’émissaire onusien qui fait un excellent travail. Je pense que l’ambiance du Maroc et l’esprit du pays, ainsi que le modèle marocain vont être des éléments qui, nous le souhaitons unanimement, contribueront à faire avancer positivement le processus.

Vous semblez optimiste. Est-ce qu’il y a un espoir de faire aboutir cette rencontre de Skhirat?

Vous savez, dès qu’il y a dialogue, il y a espoir.

Tous les espoirs sont permis, donc?

Absolument. Et le Maroc, comme je le dis souvent, croit en la capacité des acteurs libyens d’arriver à la solution politique. La Libye dispose de compétences, d’une élite aussi qui a une forte sensibilité nationale et un fort sens de l’intérêt général. Je pense que ces deux fondements vont aider la Libye et les acteurs libyens à avancer et à opter inéluctablement pour la solution politique.

Ils n’y sont pas arrivés jusqu’à présent…

Il faut justement arrêter de stigmatiser ce pays, parce que le stigmatiser, c’est aussi décrédibiliser ses acteurs politiques. Il faut au contraire donner confiance à ces acteurs et les aider pour l’aboutissement de ce processus qui n’est jamais un processus simple pour arriver à un consensus et se mettre d’accord. Ce sont des choses qui, de toute évidence, nécessitent du temps et du dialogue intense.

Percevez-vous une réelle disposition des différentes parties du dialogue libyo-libyen à faire réussir la rencontre de Skhirat? La communication est plutôt avare.

Je suis personnellement convaincu que les Libyens vont arriver à trouver leur voie à eux, qui ne sera nullement imposée par qui que ce soit. Ça va être leur voie à eux, qui ne sera nullement imposée par qui que ce soit, ça va être leur propre voie et modèle et c’est ce qui édifiera la Lybie et l’Etat Libyen moderne.

A propos de l’Afrique

Vous rentrez d’une tournée africaine. Quel but, quel bilan?

Il s’agit là d’une tournée très appréciée par les différents pays que nous avons visités, parce que, conformément aux instructions de SM le Roi Mohammed VI, nous sommes partis pour faire le point sur l’état d’avancement des accords et des projets de réalisation, mais également de l’engagement du Royaume et des autres parties…

Et des difficultés peut-être à mettre en œuvre cet engagement?

Absolument. Il s’agissait aussi de faire le point sur les difficultés qui existent dans la mise en œuvre des accords des projets.

La principale difficulté est le suivi…?

Justement, cette tournée a aussi été l’occasion d’établir avec les différents pays visités un cadre de suivi unifié et une interaction continue avec les interlocuteurs clairement identifiés qui va aider à ce que la dynamique soit encore renforcée et crédibilisée.

Avez-vous senti une volonté d’aller de l’avant dans cette coopération?

Nous avons justement constaté que dans les quatre pays que nous avons visités, à savoir la Guinée Conakry, la Côte d’Ivoire, le Gabon et le Sénégal, il y a une réelle volonté et une détermination pour répondre à cette orientation que SM le Roi exprime avec force et qui vise à renforcer le partenariat économique, dans le cadre de la solidarité et du partage des expériences.

A propos du Crans Montana Forum

Dakhla abritera le Crans Montana Forum les 12, 13 et 14 mars 2015. Alger et son acolyte ont mis en place, comme d’habitude, une campagne médiatique pour essayer de discréditer cette rencontre internationale qui s’organise en terre marocaine…

Ils ont un problème existentiel, c’est leur problème. Le Maroc est libre et souverain d’organiser ce qu’il veut sur son territoire, d’autant plus qu’il s’agit là d’une rencontre organisée par une organisation reconnue à l’échelle internationale sur le développement. Je ne vois pas comment des gens sensés peuvent s’opposer à quelque chose qui s’appelle «le développement». Que cherchent-ils en combattant une initiative autour du développement? Que les populations restent sans développement? Là n’est pas la vision du Maroc. C’est peut-être leur choix, parce que, tout simplement, c’est ainsi qu’ils fonctionnent. Mais le Maroc, Dieu merci, fonctionne autrement. Il est ouvert à tous ceux qui prennent des initiatives en faveur du développement. C’est cela le Maroc. C’est son choix aussi. Ceux qui se sont inscrits dans un autre esprit, c’est leur problème. Nous ne leur accordons aucun intérêt. Nous ne faisons aucun cas de ce type de démarche !

A propos du Sahara

Qu’attend le Maroc du prochain rapport onusien sur le Sahara?

Eh bien, comme cela a été convenu, un rapport factuel et court qui retrace ce qui s’est passé durant l’année et pas plus.

Interview réalisée par Mohammed Nafaa

Voir aussi

Médina de Casablanca : La corruption qui tue!

A moins que de nouvelles actions ne soient menées pour le relogement des habitants de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.