lundi 17 décembre 2018

Ce que le Roi attend

– Un nouveau modèle de développement dans 3 mois

– Un nouveau rôle pour les partis politiques

A l’ouverture de la première session de la troisième année législative de la 10ème législature, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a mis en marche une nouvelle dynamique concernant le nouveau modèle de développement. Modèle que le Souverain veut voir naître suivant une méthodologie démocratique et participative qui implique toutes les parties et dont les retombées devraient bénéficier à tous, de manière juste et équitable.

Sa Majesté a ainsi appelé les élus à prendre part «activement» à la dynamique de réforme que connaît le Royaume, notant que l’exécution des orientations et des mesures, notamment énoncées dans le Discours du Trône et celui de l’anniversaire du 20 Août «nécessite une mobilisation générale et un travail collectif».

Par ailleurs, rappelant l’appel lancé l’année dernière par le Souverain au sujet d’une réévaluation du modèle de développement national et l’élaboration d’une nouvelle approche, centrée sur la satisfaction des besoins des citoyens, SM le Roi a annoncé sa décision de confier à une commission ad hoc la responsabilité de collecter, d’agencer et de structurer les contributions relatives au nouvel modèle de développement.
«La commission devra soumettre à Notre Haute Appréciation le projet du nouveau modèle de développement, en spécifiant les objectifs fixés, les leviers de changement proposés et les mécanismes de mise en œuvre retenus», a précisé le Souverain.

«A vrai dire, le Maroc a besoin, aujourd’hui plus que jamais, de vrais patriotes, mus par la seule volonté de défendre les intérêts de leur pays, de leurs concitoyens, exclusivement préoccupés par le souci de rassembler les Marocains et non de les diviser. Le Maroc a aussi besoin d’hommes d’Etat sincères et engagés à assumer avec abnégation les responsabilités qui leur incombent », a conclu SM le Roi qui retraçait le profile et le rôle nouveau que les hommes politiques sont désormais appelés à jouer…

HD

Un nouveau modèle de développement, un nouveau rôle pour les partis politiques et le tout pour un cadre socio-économique qui  met plus en relief l’importance de la promotion du facteur humain, en vue de réussir la concrétisation du modèle de développement social élaboré par le Royaume.

Telles sont aujourd’hui les attentes de Sa Majesté le Roi qui a exprimé la volonté de mettre le social au-devant de toute action. En effet, le Discours royal au Parlement est un rappel quant à la nécessité de promouvoir le facteur humain en le dotant des outils nécessaires pour améliorer ses conditions de vie et pour aller de l’avant dans la concrétisation du modèle de développement social engagé par le Royaume, sous la conduite de SM le Roi.
Le Souverain a présenté un diagnostic précis et sans ambages des besoins et des étapes à suivre pour relever les défis et résoudre les principaux dossiers sociaux, politiques et économiques. C’est dans ce sens que SM le Roi a accordé un intérêt particulier aux jeunes, en donnant d’importantes orientations ayant trait aux questions de l’emploi, de l’enseignement, de la formation professionnelle et du service militaire, afin de mettre cette catégorie en capacité de servir sa patrie.

Puis, comme toute développement social commence par l’emploi et par un secteur structuré de la Santé, au service du citoyen, Sa Majesté a appelé à examiner la possibilité que certains secteurs et professions, non autorisés actuellement aux étrangers, comme la santé, soient ouverts à «des initiatives de qualité et à des compétences de niveau mondial».

«Dans la même visée de promotion de l’emploi, Nous appelons à examiner la possibilité que certains secteurs et professions, non autorisés actuellement aux étrangers, comme la santé, soient ouverts à des initiatives de qualité et à des compétences de niveau mondial, à condition qu’elles contribuent à un transfert de savoir-faire au pays et à la création d’emplois adaptés aux potentialités de la jeunesse marocaine», Pour le Souverain, «cette orientation est corroborée par l’intérêt croissant à investir dans notre pays, manifesté par bon nombre de cliniques et d’institutions hospitalières mondiales, réputées pôles d’excellence».

SM le Roi a noté, par ailleurs, qu’«au terme de leur formation à l’étranger, certains étudiants préfèrent rester sur place, attirés par les avantages alléchants qui leur sont offerts», soulignant que «l’initiative que Nous proposons est de nature à créer les conditions favorables pour amener les compétences marocaines à rentrer travailler au pays et y donner le meilleur d’elles-mêmes».
Cette initiative «favorisera aussi une concurrence saine et positive qui aura pour effet, à terme, d’améliorer la qualité des prestations», a dit Sa Majesté le Roi.

Insistant sur l’importance du capital humain, Sa Majesté  a relevé: «Notre pays fait face à des enjeux et à des défis multiples et imbriqués les uns dans les autres. Pour les relever, l’attentisme et les calculs étriqués ne sont guère permis». SM le Roi a souligné: «Le Maroc doit s’affirmer comme un pays d’opportunités et non d’opportunistes. Quel qu’il soit, chaque citoyen marocain doit jouir des mêmes chances pour servir son pays et être sur un pied d’égalité avec ses compatriotes pour tirer profit des richesses nationales et des occasions d’épanouissement et d’ascension sociale».

Appelant à la création de nouvelles activités génératrices d’emplois et de revenus pour les jeunes en milieu rural, notamment dans le secteur agricole qui peut être un pourvoyeur d’emplois plus performant et un instrument plus efficace pour assurer de meilleures conditions de vie et d’établissement en ce milieu, SM le Roi a encore souligné que la formation professionnelle constitue un «levier essentiel» pour la promotion de l’emploi des jeunes qui est placée au cœur de ses préoccupations.

Les messages de Sa Majesté

En somme, ce Discours royal devant le parlement est un prélude, pour relever de nombreux défis à caractère politique, social et économique. En effet, il est porteur de trois principaux messages adressés aux membres du parlement.

Le premier message est destiné aux partis politiques, à travers l’appel à l’augmentation du soutien public accordé aux formations politiques, afin de rehausser leurs performances, transcender les différentes problématiques auxquelles elles font face actuellement, en particulier au niveau de l’accompagnement des mutations sociales, politiques, culturelles et juridiques et d’assumer pleinement leur rôle en tant qu’«écoles» pour l’éducation à la démocratie, l’émergence des élites et la consécration des valeurs de citoyenneté, aussi bien au niveau de l’encadrement et de l’organisation qu’à celui de la représentation des citoyens; surtout que la démocratie est tributaire de la présence de partis politiques forts.

Le deuxième message est à portée sociale et met en évidence les problématiques ayant trait à l’enseignement, à la migration des compétences et à la hausse du chômage parmi les jeunes. C’est dans ce sens que le Discours royal a appelé à la mobilisation totale pour transformer ces différents défis et contraintes en opportunités. Ce qui est en réalité un message qui s’adresse à l’acteur politique pour œuvrer collectivement, dépasser les calculs étriqués et placer les intérêts de la patrie au-dessus de tout autre considération.

Ce message est aussi destiné à l’acteur économique pour contribuer à l’amélioration des conditions de vie du citoyen, exploiter le potentiel des jeunes, créer de l’emploi et renforcer la classe moyenne et ce, dans le cadre de la cohésion et de la solidarité, tout en appelant à l’instauration d’une entreprise citoyenne qui s’implique dans l’amélioration de la situation des citoyens à différents niveaux.

Quant au troisième message, il a trait à l’accompagnement du modèle de développement national et à sa réévaluation dans le cadre d’une approche participative, de manière à soutenir la réalisation du développement dans ses dimensions stratégique et durable, à satisfaire les besoins à même de réduire les inégalités et les disparités au sein de la société et à instaurer une justice sociale et territoriale, dans le cadre de l’ouverture sur les changements de l’environnement national et international.

Aujourd’hui, les attentes sont connues et les besoins sont clairs. Les Discours royaux constituent, tous, une feuille de route globale touchant à plusieurs sujets et porteuse de nouvelles propositions qui mettent l’accent sur le volet social, au vu des chantiers sociaux annoncés précédemment et l’urgence de mettre en place un nouveau modèle de développement au Maroc. Laquelle urgence appelle une action bien déterminée dans le temps et un temps d’exécution fixe…

Aujourd’hui, Sa Majesté fixe en effet les délais et les responsabilités. Il reste seulement que les concernés et les intervenants captent bien les messages et œuvrent ensemble pour être au rendez-vous avec le citoyens et avec ce modèle de développement auquel aspire le Maroc.

HD

Voir aussi

Grave accident de tramway à Casablanca : RATP Dev s’explique

Dans un communiqué rendu public, mercredi 5 décembre 2018, RATP Dev Casablanca, exploitant du tramway de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.