Université marocaine : Daoudi instaure les «frais d’inscription»

Le franc-parler du ministre (PJD), Lahcen Daoudi, qui a toujours défrayé la chronique, est intarissable. Il a dit à un député qui criait lors de la réunion de la commission parlementaire de l’enseignement qu’il s’opposait à l’instauration des frais d’inscription à l’université: «Je sais que tes enfants étudient en France et, bien entendu, paient les frais d’inscription en vigueur dans ce pays. Si nous continuons à crier, je dévoilerai le pot aux roses».

Il n’est pas logique que des Marocains paient des frais d’inscription à l’international et s’en abstiennent dans leur pays, a conclu Daoudi qui a défendu fermement la nécessité d’instaurer les frais d’inscription pour accéder à l’université. Il s’est dit ne pas comprendre que des étudiants exposent leurs voitures, de surcroît de grand luxe, devant l’enceinte de l’université et rechignent à payer une cotisation.
Lahcen Daoudi a évoqué, pour faire passer la pilule, l’exemple de la Chine où les frais d’inscription sont évalués à 3.000 dollars. Dans le cas du Maroc, a dit le ministre, c’est le riche qui profite. Il faut donc mettre la main à la poche pour que le pauvre profite à son tour.

Voir aussi

Une vaccination de masse contre la Covid-19 requiert l'engagement de toute la société

Une vaccination de masse contre la Covid-19 requiert l’engagement de toute la société

Au Maroc, la vaccination de masse contre la Covid-19 ne peut se faire que par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.