dimanche 22 juillet 2018

Equipe nationale : Merci, Hervé Renard

S’il est un fait à reconnaître aujourd’hui, comme s’accordent d’ailleurs à dire tous les analystes, commentateurs et spécialistes du football, c’est que le Maroc a enfin une équipe qui est en mesure de le représenter et de la manière la plus digne dans les différentes compétitions footballistiques internationales et continentales.

Certes, il y a encore du travail à faire. Ajuster, arranger, redresser… Mais, au point où on en est aujourd’hui, il semble que l’essentiel du travail a été fait. Le noyau dur est là, l’équipe est là et si on réussit à l’initier à une bonne manière de scorer, elle n’aura plus rien à se reprocher et pourra, dès l’année prochaine, offrir au Maroc avec art et manière, la seconde Coupe d’Afrique de son histoire…

Tout ceci, il faut le reconnaître, est l’œuvre d’un coach qui a su croire à son groupe et a su l’initier à un jeu collectif et à un esprit de groupe, de solidarité et de partage.

Tout ceci est l’œuvre d’Hervé Renard qui a eu le courage de reconstruire et de mettre sur pied cette équipe dont le Maroc entier est aujourd’hui fier.

Renard qui a pleuré pour le pays et s’est indigné des injustices dont cette équipe marocaine a été une victime durant la Coupe du monde. Renard qui semblait vouloir compenser la non-attribution de l’organisation du Mondial 2026 au Maroc et tout ce qu’a connu cette autre course, comme manigances et trahison, juste pour sortir le Maroc de la course…

Et Renard qui reste convaincu qu’il n’y a, malgré tout, que le travail qui paye et reste donc convaincu que cette équipe, aujourd’hui à la pointe du football, doit avancer et sortir ce qu’elle a de meilleur, bien qu’il reconnaisse qu’il y a eu trop d’injustices.

«On ne va pas tourner en rond, pour nous, c’est une injustice d’être déjà éliminés, mais il faut accepter la réalité».

Renard et son équipe entamaient le 3ème match contre l’Espagne, alors qu’ils étaient déjà éliminés du Mondial, le Maroc, ayant perdu ses deux premiers matchs dans le Groupe B contre l’Iran (1-0) et le Portugal (1-0). Ils se sont montrés motivés face à l’Espagne, l’un des favoris de la compétition. Le match qui n’a pas non plus manqué de ratages et de flagrantes erreurs d’arbitrage, s’est soldé par un score nul (2-2). Il avait été bien préparé au point que Renard, bien que sachant qu’ensuite (et quel que soit le résultat) lui et son équipe devaient plier bagages, avait dit: «Je vais jouer ce dernier match comme si on doit jouer notre qualification. Mon métier, c’est de faire en sorte de poser des problèmes à l’Espagne et rendre plus fier le peuple marocain. J’ai cette responsabilité et je dois l’assumer le mieux possible»… Et la réussite fut. Le Onze national a posé d’énormes problèmes à cette équipe espagnole, rendant en effet les Marocains fiers de cette équipe et Renard a assumé sa responsabilité du mieux qu’il put. Merci, Hervé!

HD

Voir aussi

1er tour : Un bilan honorable

Au bilan, les Marocains, par leur amour du beau football, ont comme rebondi sur un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.