mardi 22 août 2017

Africa Action Summit: L’union par la force… du climat

africa_action_summit_cop22

L’Afrique se met en marche et agit, dans l’union, face aux changements climatiques. Elle rassemble ses forces vives pour se prendre en main et agir pour les Africains. Et c’est un esprit d’action commune, mue par la détermination et la ferme volonté de tous les Etats du continent de parler le même langage et de trouver les solutions adéquates à même de pallier la vulnérabilité du géant aux pieds d’argile qu’est le Continent africain, face aux dérèglements climatiques dont celui-ci est la première victime…

L’Afrique a pris le temps de faire entendre sa voix à Marrakech, à l’occasion de la tenue, en marge de la 22ème Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), du Sommet africain de l’action, à l’initiative de SM le Roi Mohammed VI. Outre le fait que ce Sommet aura permis au Maroc de se positionner en tant qu’acteur incontournable du développement du continent, notamment en matière environnementale, il a permis à l’Afrique, toute entière, de s’unir face aux dérèglements climatiques et montré que  le Royaume est décidé d’aller plus loin dans son initiative environnementale.

Un double enjeu…

Pour l’Afrique, l’enjeu de cet événement d’envergure était double. Il s’agissait d’abord de réunir les dirigeants africains autour d’une aussi importante thématique qu’est le climat, avec comme principal but de leur offrir un cadre pour faire entendre leur voix au niveau international.
Ensuite, l’Africa Action Summit, exclusivement dédié au continent africain, concerne aussi le Maroc qui a récemment décidé de réintégrer l’Union Africaine (UA), après plus de 32 ans d’absence. La présence en masse des dirigeants africains, à cette invitation lancée par SM le Roi, traduit également la volonté des Etats africains de dépasser les désaccords interafricains pour faire face ensemble aux grands défis des dérèglements climatiques et du développement durable du Contient. 

Qu’il s’agisse de pays amis et historiquement proches du Maroc, notamment le Sénégal, le Gabon ou la Côte d’Ivoire, ou de nouveaux pays qui, sur le plan diplomatique, viennent d’acter leur rapprochement avec le Royaume, tels le Rwanda et le Nigeria, tous ont pris la bonne voie, celle de l’union et du développement du Continent. Ce dernier, qui suit la voix de la raison en répondant à l’appel du Maroc, acteur engagé dans la consolidation de la sécurité et de la stabilité régionales, est déterminé à défendre ses intérêts vitaux.

… Et un appel à l’action

Cette dernière constitue un concentré de toutes les vulnérabilités, pour laquelle le Souverain a proposé de dessiner une Afrique résiliente aux changements climatiques et qui s’engage résolument sur la voie du développement durable. L’Afrique pour laquelle il est aujourd’hui extrêmement important de s’exprimer d’une seule voix, pour exiger justice climatique et mobilisation des moyens nécessaires et émettre des propositions concertées en matière de lutte contre les changements climatiques.

Une détermination qui s’est retrouvée d’ailleurs actée dans la Déclaration qui a sanctionné les travaux de ce Sommet. Un document qu’on peut qualifier d’historique, puisqu’il plaide pour une action collective et solidaire en faveur d’une Afrique résiliente au changement climatique et qui façonne son destin, à travers des approches sous régionales et régionales.

Tout en remerciant Sa Majesté Mohammed VI d’avoir pris l’initiative de convoquer ce Sommet de l’action en faveur de la co-émergence de l’Afrique et en relevant la pertinence d’unir la voix du Contient pour mieux défendre ses intérêts, les Etats africains, qui ont pris part au Sommet, ont invité le Roi du Maroc, en relation avec le Président en exercice de l’Union Africaine, à œuvrer pour la mise en œuvre de cette Déclaration, notamment au niveau de la coordination et du suivi des initiatives prioritaires dans les domaines de la lutte contre les changements climatiques et du développement durable, ainsi que de la mobilisation des partenaires du Continent, bilatéraux ou multilatéraux. Ils ont décidé, dans ce cadre, la création de trois commissions dédiées à la région du Sahel, présidée par la République du Niger, à la région du Bassin du Congo, présidée par la République du Congo et aux Etats Insulaires, présidée par la République des Seychelles.

Ainsi décidée et engagée, l’Afrique n’a plus de temps à perdre. L’action a commencé le 16 novembre à Marrakech, au terme du 1er Sommet africain de l’action.

H. Dades

Voir aussi

Diplomate marocain agressé aux Caraïbes : Rabat exige des excuses… L’Algérie aussi !

A la suite de l’agression physique du diplomate algérien, Soufiane Mimouni, contre le diplomate marocain, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.