Enseignants : Pas d’autorisations pour les études universitaires

S’exprimant, lors du point de presse, à l’issue du Conseil de gouvernement, le ministre de l’Éducation nationale, Rachid Belmokhtar, a été clair: «L’enseignant est un fonctionnaire qui est responsable devant le ministère et aussi devant les élèves (…) et je ne suis pas d’accord avec ceux qui désirent poursuivre leurs études au niveau du master ou du doctorat pour améliorer leur situation administrative au détriment des élèves».

Selon lui, les statistiques montrent que le plus grand nombre d’enseignants exerce dans des villes qui ne disposent pas de facultés. Ce qui pose la question quant à leur présence en même temps au sein des écoles et à l’université. «Cela porte préjudice au droit des enfants à l’enseignement». Toutefois, le responsable gouvernemental précise que le droit de poursuivre ses études n’est pas remis en question, à condition que l’enseignant cesse ses activités pendant une ou deux années dans le cadre de la mise en disponibilité. R. Belmokhtar a rappelé, dans le même ordre d’idées, que le ministère organise des concours professionnels qui permettent aux intéressés de promouvoir leur situation.

Voir aussi

l’Union européenne réitère son appel à l’enregistrement de la population des camps de Tindouf

Genève | Appel à faire pression sur l’Algérie pour que cessent la répression et l’état de non-droit dans les camps de Tindouf

Le défenseur sahraoui des droits de l’homme et ex-détenu dans les geôles du polisario, Fadel …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha Plus loading...

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.