lundi 23 octobre 2017

Les formidables… Et les fort minables !

Pardon d’emprunter ce jeu de mots au «fooormidable» Stromae (qui, rappelons-le au passage, se produira au Maroc, en juin prochain, dans le cadre du festival Mawazine… Bienvenue l’artiste !), mais c’est ce qui semble le mieux approprié pour résumer cette pitoyable histoire de réfugiés syriens aux frontières maroco-algériennes.

C’est une tragi-comédie dont les pauvres Syriens, fuyant leur pays en guerre et jetés sur les routes glaciales, n’avaient nullement besoin.
Eux, sont formidables. Ils paient le prix fort de l’affrontement entre le régime Assad et ses nombreux opposants. Ils paient le prix fort du bras de fer Russie-Occident qui se joue en Syrie et qui fait que ni Assad perdra, ni les opposants gagneront. Ils paient le prix fort de toute cette folie qui détruit leur pays.
Ils ont tout perdu. Ils n’avaient d’autre choix que de se résigner à mourir chez eux, ou prendre leur courage à deux mains et se lancer sur les chemins de l’exode. C’est ce qu’ils ont fait, avec ou sans moyens. Ils sont devenus «les réfugiés syriens». Leur malheur force le respect.
Depuis une dizaine de jours, ces réfugiés, par dizaines, se retrouvent sur le territoire marocain.
Ils ont été accueillis et pris en charge par les autorités et des associations marocaines. Un campement a été dressé dans les environs d’Oujda pour les abriter, les nourrir, les soigner, en attendant une solution.
La question est de savoir comment se sont-ils retrouvés là ?
La réponse à cette question attise la polémique entre le Maroc et l’Algérie, depuis une dizaine de jours.
Le Maroc est catégorique. L’Algérie refoule ces réfugiés vers le territoire marocain. Un communiqué du ministère de l’Intérieur, daté de ce 28 janvier, précise que «Pour la seule période allant du 26 au 28 janvier 2014, les autorités algériennes ont refoulé 77 ressortissants syriens, dont 18 femmes et 43 enfants dont certains sont âgés de moins de deux mois». Dans ce même communiqué, «le Maroc élève des protestations officielles auprès des autorités algériennes contre ces refoulements contraires aux règles de bon voisinage». Parallèlement, le ministère des Affaires étrangères marocain a convoqué l’ambassadeur d’Algérie pour lui faire part de «la forte désapprobation du Maroc, suite à l’expulsion des Syriens vers le territoire marocain» et lui faire savoir que «le Maroc déplore profondément cet acte inhumain, d’autant plus qu’il s’agit de femmes et d’enfants dans une situation de vulnérabilité extrême».
De son côté, l’Algérie dément ces refoulements. Lundi 27 janvier, un colonel algérien, Boualleg Mohamed, a déclaré à l’APS (agence de presse algérienne) que les autorités chargées de la surveillance des frontières algériennes «ont refusé l’accès sur le territoire national à des réfugiés syriens que les autorités marocaines voulaient expulser vers l’Algérie».
En somme, les Algériens auraient refoulé des réfugiés syriens que les Marocains auraient refoulés les premiers ! Un pingpong à balles humaines !
Pour preuve de ce que le Maroc affirme, les deux chaines de télévision marocaines (2M et Al Oula) sont allées sur place et ont diffusé des reportages où les réfugiés syriens déclarent avoir été, à leur arrivée en Algérie, en provenance du Liban, embarqués dans des véhicules et accompagnés par des militaires algériens jusqu’aux frontières marocaines. La télévision a montré le passeport de certains d’entre eux, estampillé par la douane algérienne…
Et voilà qu’à son tour, mercredi 29 janvier, l’ambassadeur du Maroc est convoqué au ministère des Affaires étrangères algérien, où, selon Amar Bellani, porte-parole de ce ministère, «il a été reçu par le secrétaire général, Noureddine Aouam, qui lui a fait part du ferme rejet par le gouvernement algérien des allégations dénuées de tout fondement invoquées par la partie marocaine au sujet de prétendues expulsions par les autorités algériennes de ressortissants syriens vers le territoire marocain» !
Au moment où ces lignes sont écrites, on en est là.
Qui est fort minable ?
Qui exploite le malheur de ces pauvres gens pour régler des comptes qui ne les concernent pas ?

Bahia Amrani

Voir aussi

Africa Action Summit : Coup de génie !

Bien sûr, l’idée de saisir l’occasion de la tenue de la COP22 pour organiser, un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.