Bank Al-Maghrib : Cap sur la finance durable

Bank al maghrib

La «finance durable» était au cœur d’une table ronde organisée par la banque centrale. Détails.

Le fait de concilier une activité économique et une utilité sociale permettrait de booster la croissance économique du Maroc. Preuve en est que Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib (BAM), a estimé que la finance durable est porteuse de grandes opportunités pour les institutions financières marocaines en leur permettant de diminuer les pertes dans leurs propres portefeuilles de crédit pouvant résulter des défaillances d’entreprises en raison des risques de durabilité. «La finance durable peut également générer de nouvelles opportunités de crédit dans des domaines tels que les technologies propres et le financement des clients mal desservis ou exclus du secteur financier», a précisé le gouverneur de la banque centrale du Royaume, ce mardi 19 mai 2015, durant une table ronde sur la finance durable au Maroc. Cette table ronde a été organisée par BAM en partenariat avec l’Initiative Financière du Programme des Nations Unies pour l’Environnement et la Société Financière Internationale (IFC).

Son organisation intervenait dans un contexte national marqué par l’élaboration en cours de la Stratégie Nationale pour le Développement Durable. «La table ronde organisée aujourd’hui permettra de dégager les grands axes de notre stratégie commune pour une meilleure contribution du secteur financier dans le développement d’une économie nationale durable et de définir une organisation de travail et une feuille de route pour son élaboration et sa mise en œuvre», a estimé le gouverneur de BAM.
Il faut dire que le rôle des régulateurs est essentiel pour assurer une évolution réussie vers les pratiques de finance durable et ce, par la mise en place d’un environnement réglementaire favorable garantissant des conditions de concurrence équitables et offrant des incitations appropriées. D’ailleurs, BAM a été toujours engagée à œuvrer pour le développement d’une économie durable et inclusive via l’action menée en faveur de l’inclusion financière, de l’éducation financière, de la promotion de la TPME (très petite et moyenne entreprise, Ndlr) et de la protection du consommateur», a affirmé Abdellaltif Jouahri.

Anas Hassy

Voir aussi

Rabat : Ouverture de la 4è édition de la Conférence des instituts des finances publiques

Rabat : Conférence sur la Formation et Digitalisation des Finances Publiques en Afrique

Le passage au numérique ne se réduit pas à l’implémentation de nouvelles technologies digitales mais …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.