mercredi 18 octobre 2017

Maroc-Chine : Nouvelles bases d’un partenariat win-win

Forum maroc chine novembre 2014

Booster la coopération avec la Chine est sans doute l’objectif premier du coup d’accélérateur fraîchement donné à la coopération maroco-chinoise, à l’occasion de la tenue du Forum d’affaires maroco-chinois.

Certes, le Maroc n’est aujourd’hui que le 10ème partenaire commercial africain de la Chine, mais cette dernière est le 4ème partenaire commercial du Royaume. En 2013, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays a atteint le niveau record de 3,69 milliards de dollars, marquant une augmentation de 4,8% par rapport à 2012. La Chine a exporté pour 3,13 milliards de dollars vers le Maroc, soit une croissance de 29%, pour des importations de l’ordre de 558 millions de dollars, soit une augmentation de 17%.
Les exportations de la Chine vers le Maroc sont constituées principalement des produits de textile, des appareils électroménagers, des équipements industriels, du thé et des articles d’usage courant, alors que les engrais, les phosphates et les produits de la mer sont les principaux produits marocains exportés vers la Chine. En vue de rééquilibrer la balance, les deux pays entendent renforcer leurs relations économiques avec l’ambition d’instaurer un partenariat gagnant-gagnant et d’élargir l’horizon de leur coopération en s’ouvrant davantage sur les marchés régionaux dans des secteurs porteurs tels que les énergies et les nouvelles technologies.
Par ailleurs, le Maroc a tout à gagner en captant une partie des IDE chinois destinés à l’Afrique. En effet, selon les statistiques, la Chine a investi plus de 75 milliards de dollars en Afrique sur la période 2000-2011, ce qui la place tout juste derrière les Etats-Unis. La majeure partie de cette somme a été investie dans les secteurs du transport avec 34,31 milliards de dollars, de l’énergie (pétrole) avec 31 milliards de dollars, de l’immobilier et des mines.

Le Forum et au-delà…

Ainsi, à travers ce forum initié par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, en partenariat avec la CGEM, l’AMDI et l’ambassade du Maroc à Pékin, le Royaume veut booster sa coopération économique avec la Chine. Pour preuve, l’on citera la forte présence marocaine à cet événement d’envergure dédié à séduire les investisseurs chinois et à bénéficier de l’expérience de ce géant asiatique dans divers domaines.
Organisé sous le thème «Perspectives prometteuses pour un excellent partenariat stratégique», le Forum à traduit la volonté du Maroc de diversifier ses partenaires économiques en prospectant de nouveaux marchés prometteurs. A cela s’ajoute le nombre considérable d’accords signés à l’occasion avec la Chine. Lesquels accords ont touché des domaines économiques variés tels que la santé, les mines, les parcs industriels, l’agriculture, les banques, la Bourse, les routes, la formation et le social, ainsi que les infrastructures.
La diversité des accords signés devra donner une meilleure visibilité aux investisseurs étrangers. Elle témoigne aussi de la volonté affichée par les deux pays pour donner un coup d’accélérateur à leur coopération économique en allant de l’avant sur la voie d’instauration d’un partenariat stratégique gagnant-gagnant.
La signature de ces accords entre acteurs institutionnels et étatiques, ainsi que des sociétés privées, vient traduire les efforts et initiatives menés pour mettre en exergue les opportunités d’investissement qu’offre le Maroc.

Les banques en précurseurs

Dans son allocution aux travaux du Forum, le président Othman Benjelloun, qui parlait à l’occasion sous sa casquette de président du GPBM, a souligné le rôle pionnier des banques marocaines dans l’instauration de relations économiques spécifiques entre les deux pays. Partant du fait qu’il s’agit de consolider les relations entre «la Nation de la Grande Marche» et la «Nation de la Marche Verte», Benjelloun a précisé que le partenariat est foncièrement «triangulaire», en ce sens qu’il associe Gouvernements, Entreprises et Banques. Une «triangularité», a-t-il ainsi noté, qui «caractérise la dimension stratégique, en même temps que géographique du partenariat. En effet, à la confluence des voies et des cultures atlantiques, européennes, africaines et arabes, le Maroc apparaît tout indiqué pour représenter une plate-forme; mieux, une plaque-tournante pour les relations sino-marocaines, sino-africaines, sino-européennes, sino-atlantiques ou encore sino-arabes».

H. Dades
……………………………………………………….

Partenariat : Tout le monde s’y met


Le ministre de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, Aziz Rebbah, a souligné la détermination du Royaume à ouvrir, l’année prochaine, une liaison aérienne avec la Chine, l’ambition étant d’encourager les hommes d’affaires chinois à venir investir au Maroc.
Rebbah a exprimé la disposition du Royaume à engager des partenariats avec la Chine pour accélérer la cadence de réalisation des grands projets structurants.
Pour sa part, Lahcen Haddad, ministre du Tourisme, a souligné la capacité du produit touristique marocain à répondre aux attentes des touristes chinois. Il a ainsi relevé la diversification du produit touristique marocain et son aptitude à répondre à plusieurs segments de touristes.
Sur cet élan, la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique (SMIT) a signé une convention de partenariat avec la Fédération des Investisseurs Chinois pour le développement de l’expertise et la promotion des investissements touristiques. La convention porte principalement sur le renforcement de la présence des investisseurs touristiques chinois au Maroc et l’échange d’expertise et de savoir-faire.
Meriem Bensaleh plaide de son côté pour le «Made by China in Morocco». En effet la présidente de la CGEM a noté que «le Made in China (…) est déjà ancré dans notre économie. En revanche, nous voulons aussi découvrir le Made by China in Morocco». Elle a ajouté que les portes du Maroc sont ouvertes devant les investissements qui profitent à la fois à la Chine et créent de la valeur et des emplois au Maroc, déplorant par ailleurs la faiblesse des investissements chinois dans le Royaume.

Attijariwafa bank : Chine, un partenaire stratégique


A l’occasion du Forum économique Maroc-Chine, le groupe Attijariwafa bank a conclu 9 conventions de partenariat avec différentes institutions financières de 1er ordre et d’opérateurs économiques chinois. Poursuivant ses efforts pour le développement des échanges sino-africains en matière de commerce et d’investissement, le groupe Attijariwafa bank, représenté par son PDG Mohamed El Kettani, a conclu 9 conventions de partenariat dont 5 avec des institutions financières et 4 avec des opérateurs industriels chinois. 5 conventions ont ainsi été respectivement signées avec Bank of China, China Development Bank et China Exim Bank.
Enfin, une convention a été conclue avec China Eximbank relative à l’accompagnement des entreprises chinoises, la promotion des échanges commerciaux et d’investissements sino-africains et le financement des projets d’infrastructures en Afrique.
Par ailleurs, des conventions ont aussi été conclues avec les opérateurs industriels chinois Huawei, Sepco III, Shandong Shangang et HaifenFisheries, en vue de l’accompagnement bancaire de leurs opérations commerciales et d’investissements au Maroc et plus généralement en Afrique.
Ces conventions de partenariat viennent consolider les relations qu’entretient au Maroc le groupe Attijariwafa bank avec ces opérateurs industriels chinois à travers l’extension de ces partenariats sur le périmètre africain.

BMCE : Un rôle précurseur


Selon le président Othman Benjelloun, le credo sinophile et africain, la communauté bancaire marocaine l’a toujours proclamé avec, comme précurseur, une des banques du paysage économique marocain, BMCE Bank dont il est le président.
En effet, BMCE Bank est l’une des premières banques qui ont investi en Afrique subsaharienne, il y a plus d’un quart de siècle et inauguré une présence à Pékin, il y a plus d’une quinzaine d’années. Une autre implantation sous forme de succursale à Shanghai est programmée pour 2015, a précisé Benjelloun qui a, à l’occasion, loué les efforts et les initiatives marquantes prises par deux autres grandes banques marocaines, Attijariwafa bank et Banque Centrale Populaire, en Afrique et en Asie.

BCP
Tout pour soutenir les investisseurs


En marge du Forum Economique Maroc-Chine, la Banque Centrale Populaire a procédé à la signature de trois conventions impliquant des entreprises chinoises de premier ordre. Ainsi, en la personne de son PDG, Mohamed Benchaaboun, la BCP a signé un mémorandum d’entente avec Industrial and Commercial Bank of China (ICBC), première banque chinoise et mondiale». Ce mémorandum établit les lignes générales de la coopération entre la BCP et l’ICBC. Cet accord est élargi à l’accompagnement bancaire des clients de la Banque Populaire en Chine et des clients de l’ICBC au Maroc ou dans les pays de présence du Groupe BCP en Afrique. La BCP a aussi signé 2 conventions. La première, avec Huawei, opérateur mondial de télécommunications, porte sur une enveloppe de 200 millions de dollars US mise en place par le Groupe BCP sous forme de lignes de Trade Finance, d’Escompte et de Financements Structurés. La 2ème est une convention-cadre avec les sociétés Mathe (Maroc) et Bonna (Chine), premiers opérateurs marocain et chinois dans le thé. Elle prévoit la mise en place d’une enveloppe de Trade Finance qui s’élève à 25 millions de dollars US, pour le financement des opérations d’importation de thé par la société Mathé.

Voir aussi

Al Omrane : Une grande Expo pour les 10 ans

«Al Omrane Expo 2017», qu’abrite le Grand palais de la Foire de Casablanca, du 15 au …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.