vendredi 18 août 2017

Exposition : Objets trouvés

Rita alaoui tableau

La Galerie Venise Cadre accueille, du 7 octobre au 15 novembre, l’exposition «Objets trouvés» de l’artiste Rita Alaoui.

L’artiste Rita Alaoui a choisi de travailler sur l’origine du monde et sur les points communs de l’humanité: «Et là où je vais, je cherche tout ce qui fait trace. Je cherche des signes que la vie a bien existé et existe encore sous de multiples formes. Je collectionne des objets organiques, souvent extraits du monde marin, car c’est là où j’habite, mais c’est aussi là où tout a commencé.

Je m’intéresse aussi beaucoup à l’arbre en tant que symbole primitif commun de toutes les civilisations. Mon travail est de trouver dans les mythes, les rituels, les sciences (la botanique, la minéralogie, la biologie), la nature, l’anthropologie, l’histoire, des images, des points de rapprochement qui me servent de base pour créer une composition, une photographie, une installation ou autre forme esthétique. Je puise aussi dans mon environnement proche et quotidien les résidus de ce qui fait trace de notre existence par des gestes simples», explique-t-elle.
Pour cette deuxième exposition personnelle à la galerie GVVC (Venise Cadre, Casablanca), la commissaire de l’exposition, Salma Lahlou, souligne que Rita Alaoui déploie une grande diversité media: photographie, dessin, collage, peinture, sculpture et installation: «Rita Alaoui adopte comme signe les indices de la vie terrestre et océanique: ossements de poissons et de mammifères marins, feuilles et algues séchées, noyaux de fruits, coquilles d’œufs de poulpes ou d’oursins et autres reliques d’origine organique ou végétale, précieux témoignages de l’œuvre du temps et de la nature. Autant de formes directement issues de la nature, capables d’ébranler notre perception, de bousculer notre pensée et de fertiliser notre imaginaire… Elle construit un récit susceptible d’éclairer notre regard sur ce que nous sommes et sur ce qu’est le monde. Bien sûr, l’artiste ne prétend pas produire une vérité, mais une valeur relative qui croise intuition et connaissance, observation et imaginaire, représentations exactes et ensemble fantasmatique. Dans cette métamorphose picturale, dans ce ‘‘magasin d’images et de signes’’ dont parle Baudelaire, elle nous invite à emprunter le chemin de la mémoire et de l’imagination sur la formation de la vie, sur notre rapport à la terre nourricière, aux organisations humaines primitives et sur la quête de l’infini», souligne la commissaire de l’exposition.
Née en 1972 à Rabat, Rita Alaoui vit et travaille à Casablanca. Elle a étudié la peinture à la Parsons School of Design, New York, où elle obtient un BFA en 1996. Son travail a été présenté lors de nombreuses expositions Individuelles au sein des principales galeries au Maroc ces quinze dernières Années. Elle participe régulièrement à l’international à des expositions, conférences et évènements. En janvier 2013, Rita Alaoui a fondé un espace d’art alternatif et programme de résidence pour artistes, The Ultra Laboratory, au sein de son atelier à Casablanca.

B. Elkhadir

Voir aussi

Nouveau : un «Forum marocain de l’innovation et du dialogue des cultures»

Le «Forum marocain de l’innovation et du dialogue des cultures», une nouvelle plate-forme dédiée à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.