jeudi 19 octobre 2017

Ramadan : Pourquoi, à Casablanca, le poisson est inaccessible…

Les prix du poisson sont particulièrement élevés en ce début de Ramadan. Pour en savoir davantage sur le circuit de commercialisation de ce produit,  nous avons approché des professionnels au port de pêche de Casablanca.

«Les prix, c’est du jamais vu! C’est plus fort que la chaleur. Ils sont particulièrement élevés, aujourd’hui» se plaignaient, samedi 27 mai (1er Ramadan), des  Casablancais rencontrés au Marché central. Ces derniers se disaient en colère contre le gouvernement qui, malgré son engagement -à la veille du Ramadan- d’assurer la stabilisation des prix à la consommation durant ce mois sacré, n’a pas tenu parole, surtout pour contenir la spéculation. «Les promesses du gouvernement sont hélas restées sans lendemain. Puisque, le début du mois de Ramadan de cette année s’est annoncé très chaud, dès le premier jour», lançait Karima, une femme au foyer, jetant un regard triste sur des étalages bien approvisionnés en produits de mer, mais malheureusement hors de sa portée. «Le prix de certaines espèces, comme la sardine, ont fortement augmenté», regrette cette femme.

En effet, au niveau de certains marchés de la ville, la sardine, qui coûtait entre 10 et 15 dirhams, a été vendue, ce samedi 1er Ramadan, entre 20 à 30 dirhams le kilo. Le merlan a, quant à lui, été vendu à 80 dirhams et les crevettes à 140 dirhams (au lieu de 100 DH). Quant à la sole, elle coûte désormais 120 dirhams, contre 65 dirhams le kilo il y a encore quelques semaines. Selon des poissonniers, les prix devraient continuer de flamber. «Les prix peuvent atteindre des niveaux encore plus importants dans les jours qui viennent», avancent ces mêmes sources.

Comment expliquer cette hausse? La rareté de la ressource, dont parlent certains mareyeurs grossistes de poisson blanc de Casablanca, pourrait-elle être la cause de cette flambée des prix? Pour des membres de la Fédération marocaine des droits de consommateurs, «rareté ou pas, les prix des produits de la mer restent inaccessibles aux ménages marocains à revenu modeste». Pour en savoir davantage sur le circuit de commercialisation de ce produit,  nous avons approché des professionnels au port de pêche de Casablanca. Dans ce lieu -qui reste un monde à part- l’activité démarre très tôt. Les opérations de débarquement des bateaux de pêche ont lieu à 00H00. La vente à la criée, quant à elle, a lieu à 4H30, alors que le jour n’est pas encore levé. C’est à l’intérieur de la halle aux poissons que vendeurs et acheteurs négocient le prix du poisson. L’opération démarre par l’identification de toutes les espèces capturées par les bateaux. Concernant l’activité du 1er jour de Ramadan, la halle a accueilli 22 bateaux de pêche côtière, soit une quantité de 200 tonnes de produits de la mer. Près de 70% de cette capture allaient être vendus au marché de gros de poisson de Casablanca, selon l’un des 300 mareyeurs grossistes s’activant dans ce port.

Côté prix, dans la halle aux poissons -où ont lieu les opérations de 1ère vente-, le merlan a été cédé, ce même samedi, à 1.000-1.500 DH la caisse (22 kg), soit 70 DH/kg. La sole, quant à elle, a été vendue entre 80 et 90 DH le kilo, alors que la crevette a été vendue entre 1.600 et 2.200 DH la caisse (15 Kg), soit 110 DH le kilo.

Alors que la sardine a été vendue dans certaines zones de Casablanca entre 20 et 30 DH, ce même samedi 1er Ramadan, elle coûtait dans la halle (1ère vente) 3 DH le kilo. Comment alors expliquer cette flambée exagérée? De l’avis de certains mareyeurs grossistes du pélagique au port de pêche de Casablanca, cette hausse des prix est principalement due à la baisse de certaines espèces, dont notamment les sardines. «Ces trois dernières années, les quantités de certaines espèces, telles le merlan, la crevette ou encore la sardine, ont beaucoup chuté. La raison en est la pêche illicite», selon les mêmes sources. C’est ce qui explique, précise-t-on, cette flambée des prix au niveau des étals sur les marchés.

Autre explication avancée par certaines voix professionnelles: «Cette flambée est due surtout aux intermédiaires qui sont très actifs au port de pêche de Casablanca». «Ce sont ces intermédiaires qui font flamber les prix. Faut-il le signaler: normalement, les sardines coûtent dans les halles (1ère vente) 2,50 DH à 3 DH le kilo. Mais le consommateur, lui, les achètera à 15 dirhams au marché, voire même plus. C’est d’ailleurs le cas en ce début de Ramadan où le prix du poisson a connu une hausse très importante, notamment pour celui de la sardine», souligne un membre de l’Association des mareyeurs grossistes de poisson blanc au port de Casablanca.

Notre source, qui ne s’arrête pas là, évoque un autre problème. Plus de 60 vendeurs s’activant dans l’informel au port de pêche de Casablanca seraient, selon elle, derrière la flambée excessive des prix du poisson. «Un marché noir sévit dans l’enceinte de ce port depuis un certain temps et échappe à tout contrôle», affirme notre interlocuteur. Et d’ajouter qu’un poisson de «contrebande» approvisionne tout un circuit où sont impliqués marins-pêcheurs, grossistes, détaillant, etc. Notre interlocuteur affirme que la moitié de la production globale ne passe pas par la halle du port. «Malgré que le port dispose d’une halle, près de 50% des captures ne passent pas par là. Ce poisson passe plutôt par le circuit informel, à bord de véhicules ou de camions venant d’autres villes. Il échappe ainsi à tout contrôle», déplore notre source.

Naîma Cherii

Voir aussi

Maroc/Croissance économique : Le yo-yo que décrit Jouahri

Croissance économique, inflation, déficit… Tout a été passé en revue par Abdellatif Jouahri, wali de …

Un commentaire

  1. à quand du poisson à un prix correcte pour faire des bonnes paellas et pastillas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.