vendredi 15 décembre 2017

Quand l’opposition sollicite l’arbitrage royal

Bakkouri chabat lachgar labied chefs partis opposition maroc 2015

Les chefs de file de l’opposition ont adressé à SM le Roi Mohammed VI un mémorandum dans lequel ils sollicitent l’arbitrage suprême. Ils ont été reçus par deux conseillers du Roi, Fouad Ali El Himma et Abdellatif Mennouni.

Ils ont enfin mis à exécution leur menace. Les quatre chefs de file de l’opposition, en l’occurrence Mustapha Bakkouri (PAM), Hamid Chabat (PI), Driss Lachgar (USFP) et Mohamed Abied (UC), ont signé et adressé un mémorandum au Roi Mohammed VI. Un signe de ras-le-bol du comportement du gouvernement, ont-ils signifié aux conseillers du Souverain, Fouad Ali El Himma et Abdellatif Mennouni qu’ils ont rencontrés sur instruction du Souverain qui n’avait pas tardé à réagir au mémorandum.
La réponse royale a été rapide, a commenté le patron de l’USFP, Driss Lachgar, lors d’une conférence de presse au siège de l’USFP à Rabat. «Quasi immédiate, 24 heures après avoir déposé notre mémorandum, nous avons été reçus et entendus par deux conseillers du Roi», une pratique institutionnelle qui constitue véritablement une première, a estimé Driss Lachgar qui considère cette rencontre comme «un signal».

Remettre les pendules à l’heure

Driss Lachgar a précisé lors de sa conférence de presse que la rencontre des chefs de file de l’opposition avec les conseillers du Roi Mohammed VI, qui a duré deux bonnes heures, a permis de remettre les pendules à l’heure et de rétablir la vérité. A savoir que les partis de l’opposition n’avaient aucunement demandé d’audience royale dans leur mémorandum, ni de rencontrer les conseillers du Souverain.
Cette mise au point a mis fin aux rumeurs qui ont circulé sur le fait que les chefs de file de l’opposition pensaient qu’ils allaient être reçus en audience par le Souverain.

Reproches à Benkirane

Selon les termes du mémorandum, le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, «commence à exploiter sa position en tant que chef de gouvernement pour faire passer dans ses discours, particulièrement à l’approche des élections des institutions représentatives de l’Etat, des déclarations enfreignant les choix de la Oumma marocaine concernant la poursuite de l’édification d’un Etat démocratique où règnent le Droit, la Loi et le Respect mutuel entre les institutions…». C’est donc dans cet esprit que Driss Lachgar a situé le mémorandum adressé au Roi Mohammed VI en affirmant notamment: «… En Votre qualité de Chef de l’Etat, son Représentant suprême, Symbole de l’unité de la Nation, Garant de la pérennité et de la continuité et Arbitre suprême entre ses institutions…».

L’opposition se plaint au Roi

Parce qu’elle a moult reproches à faire au patron du PJD et chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane, l’opposition s’est plainte directement au chef de l’Etat. Car elle considère les faits et gestes de Benkirane comme des prémices pré-électoraux et une campagne électorale à peine voilée. Les dirigeants des partis de l’opposition ont souligné dans leur mémorandum que «le secrétaire général du PJD a fait des déclarations exploitant sa position de chef de gouvernement». Ils en avaient pour preuve la déclaration faite par Abdelilah Benkirane, «le 15 mars à Errachidia, dans laquelle il prétend que votre Auguste Majesté a subi des pressions qui ont failli faire tomber le gouvernement et que n’eut été la fermeté de votre Majesté, le gouvernement qu’il préside se serait trouvé livré aux quatre vents…», ont-ils écrit dans le mémorandum.
Pour l’opposition qui en profitait pour solliciter l’arbitrage Royal, «ces déclarations du chef de gouvernement et secrétaire général du PJD tentent à l’approche des échéances électorales d’impliquer l’institution Royale dans les rivalités politiques entre les partis».

Driss Lachgar accuse

Lors de sa conférence de presse, le premier secrétaire de l’USFP a tiré à boulets rouges sur l’Exécutif qu’il accusait de faire véhiculer un message selon lequel ce serait l’opposition qui demande le report des prochaines élections, parce qu’elle est faible. Ce à quoi Driss Lachgar a réagi en appelant l’Exécutif à assumer la responsabilité de tout éventuel retard et en mettant sur le dos du gouvernement le fait de ne s’être pas attaqué au dossier des élections au lendemain du scrutin de 2011.

Dates fixées

Alors que l’opposition adressait son mémorandum sollicitant l’arbitrage du Roi en sa qualité d’arbitre suprême des institutions de l’Etat, le Conseil de gouvernement adoptait, le 1er avril 2015 (hasard de calendrier ou stratégie?), deux projets de décret fixant au vendredi 7 août 2015 la date des élections des membres des Chambres d’agriculture, des Chambres de commerce, d’industrie et des services, des Chambres d’artisanat et des Chambres des pêches maritimes.

Lachgar réagit vite

La réaction de Driss Lachgar ne s’est pas fait attendre. Profitant de l’opportunité de son point de presse, il a matraqué le gouvernement en lui reprochant son approche relative à la préparation des prochaines élections. Une approche qu’il a qualifiée de «défectueuse», parce qu’elle ne privilégie pas, a-t-il affirmé, les nécessaires concertations avec l’opposition. Et de jeter des fleurs à l’ancien gouvernement. Celui-ci, a précisé Lachgar, optait pour une approche beaucoup plus participative et de concertation.

Phrase assassine

Remuant encore et davantage le couteau dans la plaie, le chef de file des socialistes a lâché cette phrase assassine: «Avec ce gouvernement, cette tradition s’est évaporée». Et preuve à l’appui, Driss Lachgar a reproché au ministère de l’Intérieur, lors de la dernière réunion du Bureau politique de l’USFP, «la publication d’un communiqué sans concertation préalable avec les partis politiques».

Mohammed Nafaa

…………………………………………………………………….

Lachgar à la MAP : USFP, Elections et… Benkirane, au menu !


Driss Lachgar, Premier secrétaire de l’USFP, a envoyé lors de son passage (mardi 7 avril 2015) au Forum de la MAP un message à toutes «les forces vives au sein du parti» et même à ceux «qui nous refusent», les invitant à regagner les rangs et à assumer leurs responsabilités. «Nous restons, a-t-il martelé, ouverts à tous et faisons en sorte que toutes les forces progressistes et modernistes adhérent aux prochaines échéances électorales».
«Il y a de la place pour tous dans la maison ittihadie, même pour ceux qui nous sont hermétiques et refusent encore de s’ouvrir à nous», a-t-il estimé. Et le leader de l’USFP de lancer: «Nous tenons peut-être même beaucoup plus que le gouvernement à ce que les élections aient lieu dans les normes». Et renvoyant l’ascenseur, Driss Lachgar a souligné: «C’est l’Exécutif qui semble craindre ces échéances électorales. C’est pour cela que nous lui demandons de vite s’engager avant que les choses ne deviennent encore plus difficiles».
L’invité du Forum de la MAP a rappelé que l’article 10 de la Constitution de 2011 a doté l’opposition de moult prérogatives, entre autres la commission de la législation, donc la possibilité de légiférer. Il a considéré que l’Institution monarchique est au-dessus de tout tiraillement politique et des campagnes électorales.
Il a également dit ne pas comprendre les raisons qui ont poussé certains à mettre son nom à lui en bonne place, s’agissant d’une prétendue liste des personnalités de tous bords menacées par le terrorisme. L’USFP a donc décidé de porter plainte contre X et de demander de rencontrer les ministres de l’Intérieur et de la Justice pour savoir ce qu’il se passe exactement.
S’agissant du mémorandum des partis de l’opposition qui demande l’arbitrage royal, Lachgar a dit: «Jusqu’à ce jour, le gouvernement ne nous a encore rien dit sur le contenu de la rencontre qu’il a eue avec les Conseillers de SM le Roi Mohammed VI».
Cerise sur le gâteau, il a précisé: «Nous projetons de répertorier et de publier toutes les déclarations du chef de gouvernement nous concernant durant les vingt-six mois de son investiture». «Il y aura sûrement des mûres et des pas mûres», a commenté un socialiste qui a assisté au Forum.

MN

…………………………………………………………………

Document

Mémorandum de l’Opposition

A Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste et Le glorifie

Objet: Demande de Votre arbitrage suprême à la suite des déclarations contraires à la Constitution du Royaume émanant de Monsieur le Chef du gouvernement

Nous nous adressons à Votre Majesté avec notre mémorandum en Votre qualité de Chef de l’Etat, son Représentant suprême, symbole de l’unité de la Nation, Garant de la pérennité et de la continuité et Arbitre suprême entre ses institutions, veillant au bon fonctionnement des institutions constitutionnelles, à la protection du choix démocratique et des droits et libertés des citoyennes et des citoyens, et des collectivités, et au respect des engagements internationaux du Royaume pour Vous soumettre ce qui suit :
Contrairement au choix démocratique basé sur la pluralité et le respect mutuel entre les institutions, le secrétaire général du PJD commence à exploiter sa position en tant que chef de gouvernement pour faire passer dans ses discours, particulièrement à l’approche des élections des institutions représentatives de l’Etat, des déclarations enfreignant les choix de la Oumma marocaine concernant la poursuite de l’édification d’un Etat démocratique où règnent le droit, la loi et le respect mutuel entre les institutions et où l’ensemble des Marocains jouissent de la sécurité, la liberté, la dignité et de l’égalité des chances.
Ces derniers temps, le secrétaire général du PJD a fait des déclarations exploitant sa position de chef de gouvernement. Parmi ces déclarations, et à titre d’exemple, celle faite par ce dernier le 15 mars à Errachidia et dans laquelle il prétend que Votre Auguste Majesté a subi des pressions qui ont failli faire tomber le gouvernement et que n’eût été la fermeté de Votre Majesté, le gouvernement qu’il préside se serait trouvé livré aux quatre vents.
Ces déclarations du chef du gouvernement et secrétaire général du PJD tentent, à l’approche des échéances électorales, d’impliquer l’institution Royale dans les rivalités politiques entre les partis, en ce sens que l’intéressé vise à livrer des messages erronés au peuple marocain, lui faisant comprendre que le parti qu’il dirige reste auprès de Votre Majesté celui qui recueille Vos faveurs. Comme il prétend être à la tête d’un parti, seul à mener des réformes et la bonne gestion et que les autres partis, particulièrement ceux ne participant pas au gouvernement, s’emploient à entraver l’action de l’Exécutif qu’il dirige et tentent de le destituer en usant de méthodes illégales.
Majesté
De telles déclarations et insinuations dans lesquelles le chef du gouvernement, en sa qualité de secrétaire général d’un parti politique, implique Votre Majesté, ne peuvent déboucher que sur la violation du principe de l’égalité entre les différents partis politiques, surtout à l’approche des échéances électorales. Ce qui devrait entraver le choix démocratique et la concurrence basée sur l’égalité des chances entre les partis politiques comme étant des institutions constitutionnelles égales.
Majesté
Devant cette situation où les fondements de l’Etat démocratique se trouvent violés suite aux déclarations et insinuations émanant du chef du gouvernement, notamment à l’approche des élections, et afin que nous ne soyons pas obligés de nous engager dans une confrontation ouverte ne devant servir que les ennemis de notre pays, de même qu’elle dévalorise l’action politique et porte atteinte à sa noblesse de manière à influencer négativement le choix démocratique du Royaume du Maroc, nous ne pouvons que nous adresser à Votre Auguste Majesté, sollicitant Votre Arbitrage en Votre qualité d’Arbitre Suprême des institutions de l’Etat.
Majesté
Que Dieu Vous préserve pour le bien de la Nation et pour que Vous demeuriez un phare qui éclaire sa voie et corrige ses erreurs, un rempart inexpugnable pour sa souveraineté, sa fierté et ses gloires et une source pour son inspiration.
Puisse Dieu guider Vos pas, conforter Votre action, conférer à Votre Majesté santé et bien-être et Vous entourer de la mansuétude divine. Puisse Dieu réaliser sous Votre glorieux règne les aspirations du peuple marocain et Vous combler en la personne de S.A.R le Prince Héritier Moulay El Hassan et de l’ensemble de la Famille Royale.

Rédigé à Rabat le jeudi 5 Joumada II (26 mars 2015)
Parti de l’Istiqlal
Parti Authenticité et Modernité
Parti de l’Union Socialiste des Forces Populaires
Parti de l’Union Constitutionnelle

Voir aussi

Le Roi Mohammed VI en Côte d’Ivoire : De quoi est faite la relation ?

A l’occasion du 5ème Sommet UA-UE, dont les travaux se sont ouverts le 29 novembre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.