jeudi 27 juillet 2017

Enseignement/Maroc : Quel cheval de bataille de Hassad ?

L’Enseignement va-t-il connaître enfin une relance avec Mohamed Hassad à la tête de ce département? Lorsqu’on suit le parcours de l’homme, l’on se rend vite compte qu’il a toujours été là où il y avait problème.

L’homme des missions difficiles, pour ne pas dire «impossibles», se retrouve aujourd’hui ministre de l’Education nationale. Un secteur en mal de réforme et de redémarrage depuis nombre d’années ; et un domaine où plus rien ne va.

Hassad vise d’emblée la qualité de l’enseignement, qu’il place comme l’objectif majeur de la réforme estimant qu’elle passe par l’élaboration de programmes développés et sérieux, avec l’implication de l’ensemble des parties concernées, sans oublier le rôle essentiel des enseignants. C’est ce qui ressort de l’intervention du ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique devant la chambre des Conseillers.

Hassad s’est même engagé à assurer les conditions propices au travail dans le secteur de l’enseignement, en termes de formation et d’infrastructure, entre autres, faisant part de son ambition de voir s’améliorer l’évaluation des rapports internationaux concernant le système éducatif national.
Pour ce qui est du monde rural, Hassad s’est montré positif, en faisant état d’un développement en matière des structures d’éducation. Il a ainsi fait savoir que le nombre de collèges et passé de 570 en 2007 à 850 en 2017, alors que les lycées qualifiants ont connu une hausse de 140 à 330 durant la même période.
Le ministre a également souligné que 5.000 écoles primaires et 13.000 annexes se trouvent dans le milieu rural, mettant l’accent sur l’importance de multiplier ce nombre afin d’éviter l’encombrement des classes et de développer le transport.
Le développement enregistré reste cependant insuffisant, a  relevé Hassad, assurant que le ministère se penche actuellement sur la recherche des solutions aux problèmes que connait ce secteur dans le monde rural, notamment au niveau du primaire.

La Réforme de l’Enseignement serait-elle déjà en marche? Une chose est sûre, c’est que le travail sérieux a commencé et comme l’a signifié le ministre, il impliquera toutes les parties prenantes. Hassad n’a-t-il pas incité les syndicats, lors de la réunion qu’il a tenue avec les représentants de ces entités, de prendre en compte l’élève aussi, dans leurs revendications ?

C’est dire qu’aujourd’hui, pour redresser l’enseignement au Maroc, tout le monde est concerné et que la qualité est l’affaire de tous.

HD

Voir aussi

Affaire PAG Parking : Le Conseil de la ville et la société espagnole croisent le fer

L’affaire de PAG Parking prendrait une tournure judiciaire. Selon des sources proches du management de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.