Banques Accord stratégique AWB – BOC

Hassan Bedraoui

Entretien avec Hassan Bedraoui Directeur Général adjoint d’Attijariwafa bank, en charge de la Banque transactionnelle

«Pourquoi cet accord entre deux champions bancaires…»

 En quoi consiste cet accord stratégique qui a été signé ce 20 juin à Pékin entre Attijariwafa bank et Bank of China ?

Il s’agit d’un Protocole d’accord qui trace les contours d’une coopération large et diversifiée entre nos deux groupes bancaires. Il s’articule autour de 4 axes majeurs: l’accueil et l’assistance aux opérateurs clients des deux banques en matière de commerce international ; l’origination, le conseil, l’accompagnement et le financement des projets d’investissement ; l’organisation de missions B-to-B ; et, enfin, l’accompagnement des expatriés chinois en Afrique et des Africains en Chine.
Par rapport au premier axe, inutile de rappeler que la Chine est aujourd’hui devenue le premier partenaire commercial de l’Afrique avec plus de 160 milliards de Dollars d’échanges et que, par ailleurs, elle occupe la 3ème place dans les échanges avec le Maroc. A cet égard, aussi bien Bank of China qu’Attijariwafa bank ont développé un savoir-faire dans l’accompagnement des opérateurs en matière de commerce international et occupent toutes les deux des positions de leader dans leurs marchés respectifs.
Le 2ème axe est non moins important car il vise l’investissement. La Chine et le Maroc occupent des places de choix dans le classement des investisseurs en Afrique. Ainsi, le Maroc est le 2ème investisseur africain en Afrique subsaharienne avec plus de 1.2 milliard de Dollars et les investissements chinois ont atteint plus de 14 milliards de Dollars en 2011. Il s’agit donc de soutenir cette dynamique d’investissement en mettant nos expertises respectives au service des investisseurs chinois, marocains et tiers dans les marchés où nous sommes aujourd’hui présents.

Le 3ème axe s’inscrit dans une logique de rapprochement et de mise en relation à travers l’organisation de rencontres bilatérales entre hommes d’affaires chinois et leurs homologues dans les pays où Attijariwafa bank est présent. La finalité est d’impulser une dynamique d’échanges qui aboutira in fine à des joint-ventures et à des investissements croisés.
Le dernier axe est aussi primordial car il s’adresse aux diasporas chinoise et africaine qui manquent souvent d’offres appropriées. Bank of China s’appuiera sur le réseau Attijariwafa bank pour servir la communauté chinoise installée en Afrique, et qui approche le million de personnes, et inversement notre Groupe apportera le réseau de Bank of China (BOC) aux milliers d’Africains expatriés en Chine.

Ce mémorandum d’entente cible donc les opérateurs (investisseurs et exportateurs), qu’ils soient en Chine, au Maroc, ou dans les pays subsahariens où Attijariwafabank a une présence ? A combien est estimée cette clientèle ?
 

Rappelons d’abord quelques chiffres significatifs qui donnent une idée sur le potentiel.
BOC gère un portefeuille de 172 millions de clients particuliers et 2.48 millions de clients Entreprises.
De son côté, Attijariwafa bank dispose d’un portefeuille clients de 6.2 millions dont plusieurs milliers opérant à l’international
A nous deux, nous avons l’ambition de canaliser une grande partie des flux échangés entre l’Afrique et la Chine.
D’un point de vue pratique et opérationnel, nous sommes actuellement en cours de recenser cette population et de qualifier les données disponibles par une segmentation précise et une offre de produits dédiée.
Nous serons en mesure de communiquer là-dessus dans les toutes prochaines semaines.

Comment est venue l’idée de l’accord ? Y a-t-il une demande qui permette de fixer des objectifs précis à cette coopération entre Attijariwafabank et Bank of China ?
 

Notre réflexion ne date pas d’hier puisque nous sommes à l’écoute des marchés où nous opérons, et que nous suivons et anticipons les tendances lourdes des échanges mondiaux et la montée en puissance de l’économie chinoise. Par ailleurs, notre Groupe est aujourd’hui bien implanté dans 14 pays en Afrique et a développé un business model qui a démontré son efficacité et sa pertinence. Ce qui nous confère, modestement, une notoriété et une attractivité vis-à-vis des banques internationales à la recherche de relais et de partenaires pour assurer une proximité auprès de leurs clientèles, et pour en conquérir de nouvelles.
Par rapport à la demande, il est évident qu’elle existe puisque nous constatons la croissance soutenue des échanges commerciaux et des investissements avec la Chine. A cet égard, les équipes de BOC et d’Attijariwafa bank se penchent déjà sur l’élaboration de plans d’action concertés et d’offres dédiées.
 

Comment cela se passera-t-il, concrètement ? Qui se chargera des prestations de services, de part et d’autre (Attijariwafabank et Bank of China) : la banque d’investissement ? La banque commerciale ? La banque universelle, même pour la gestion d’actifs ?
 

Ceci n’est pas une première dans l’histoire de nos deux Groupes puisque nos structures actuelles avec nos lignes de métiers gèrent d’ores et déjà ce genre de partenariat et de coopération avec d’autres institutions. Nous sommes donc bien outillés pour répondre à ce genre de situation (exemple : les marchés de la Grande Entreprise, de la Petite et Moyenne Entreprise, la Banque Transactionnelle Groupe, les métiers de l’international, etc).
Pour ce partenariat, une évaluation d’une structure dédiée pourra être envisagée dans un deuxième temps.

Comment est-il prévu d’organiser les missions B-to-B ?
 

Je dois souligner qu’Attijariwafa bank a développé un véritable savoir-faire dans l’organisation des missions B-to-B. Je citerais deux exemples de grands évènements centrés sur les rencontres B-to-B que nous organisons régulièrement en l’occurrence Afrique Développement et Maghreb Développement.
Dans ce cas précis, une segmentation de la clientèle et une définition d’un périmètre secteur d’activité avec validation d’un échantillon de clients est en cours d’élaboration.

La coopération est-elle également prévue pour les produits d’assurance ? Est-il prévu d’autres produits spécifiques à cette clientèle ?
 

Effectivement, nous comptons élargir progressivement notre coopération à l’ensemble des activités et des métiers développés par nos deux Groupes en nous focalisant sur celles à forte valeur ajoutée et qui répondent adéquatement aux besoins des clients. Si vous entendez par produits d’assurance ceux des biens et des produits, c’est effectivement le cas. Pour les autres produits, cela fera l’objet d’étude avec BOC.

Un mot sur Bank of China ?
 

La Bank of China Ltd. est la plus ancienne banque de Chine puisque elle a été fondée en 1912 et c’est aussi la plus internationale de toutes les banques de Chine.

Société par actions, la Bank of China Ltd. est cotée depuis l’été 2006 à la fois aux bourses de Shanghai et de Hong Kong.

Son capital social est majoritairement détenu par différentes entités publiques de la République Populaire de Chine.
Groupe bancaire international, la Bank of China Ltd. exerce l’essentiel de ses activités dans les domaines de la banque universelle, la banque commerciale, la banque d’investissement, l’assurance et la gestion d’actifs.

Bank of China opère dans plus de 36 pays en Asie, en Europe, en Amérique et en Afrique.

Elle dispose d’un total bilan de RMB 12.68 trillion (USD2.06 trillion) et gère un portefeuille de 2.48 millions de clients entreprises et 172 millions de particuliers. Son réseau compte 11,277 points de vente et elle emploie plus de 300 000 collaborateurs.

Pourquoi le choix de ce partenaire, précisément ? Qu’est ce qui rapproche Bank of China d’Attijariwafabank ?

Le choix n’est pas hasardeux mais le fruit d’une mûre réflexion et obéit à une logique de complémentarité.
Nous pouvons dire que nos deux Groupes ont un ‘cachet international’ puisque nous sommes à nous deux présents dans plus de 63 pays. En outre, nous nous adressons à l’ensemble des couches et des populations (personnes physiques, entreprises de toutes tailles et gouvernements) avec des offres dédiées et des produits innovants.
L’autre élément majeur dans ce rapprochement est la convergence de nos visions et de notre ambition d’ériger ce partenariat en un modèle de coopération Sud-Sud.

Voir aussi

Déconfinement | El Othmani attendu le 10 juin au Parlement

Déconfinement | El Othmani attendu le 10 juin au Parlement

La séance mensuelle de politique générale de la chambre des représentants, prévue initialement jeudi, aura …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.