dimanche 17 décembre 2017

AWB : Position de leader confirmée

Attijariwafabank comite de direction generale

Les résultats financiers du Groupe Attijariwafa bank, au titre du 1er semestre 2014, ont fait ressortir que le Groupe a réalisé de bonnes performances, comme en témoigne cette croissance du RBE consolidé à 10,2% et cette hausse de 1,8%, du RNPG à de 2,26 MMDH, dont 39,8% sont apportés par les filiales…

Ces performances ont pourtant été réalisées -comme l’a déploré le Président du Groupe, Mohamed El Kettani- dans un contexte contrasté, marqué par le ralentissement de la croissance de l’activité bancaire et une légère hausse de la «contentialité» du secteur au Maroc. El Kettani a précisé, à l’occasion de la présentation des résultats du Groupe, que ce dernier a su se maintenir en position de leader du secteur, notant qu’il demeure le 1er collecteur de fonds de la place.

Une activité soutenue au Maroc

Les chiffres font par ailleurs ressortir un produit net bancaire (PNB) qui s’est accru de 7,2% à 9,8 MMDH, porté par la bonne orientation de l’activité au Maroc et à l’international. Le résultat brut d’exploitation (RBE) enregistre une progression soutenue de 10,2% à 5,6 MMDH grâce à la capacité confirmée du Groupe à maîtriser la croissance de ses charges consolidées, a aussi expliqué El Kettani. Le coefficient d’exploitation a ainsi poursuivi son amélioration pour atteindre 42,2% (-1,6 point comparé au premier semestre 2013).

La banque a ainsi clôturé au Maroc ce 1er semestre 2014 avec une progression soutenue de 14%, à 5,6 MMDH, de sa contribution au PNB. La contribution au RBE s’est appréciée de 21,1%. C’est le résultat d’une performance remarquable en termes de contrôle des coûts, a pour sa part expliqué Ismail Douiri, D.G du Pôle Finances, Technologies et Opérations d’AWB. Et d’ajouter que la contribution au RNPG s’est, quant à elle, améliorée de 7% en dépit de la hausse du coût du risque qui dénote une nouvelle fois l’approche anticipative en matière de détection et de couverture des risques.

Anticiper dans la gestion du risque

En matière de gestion de risque, M. El Kettani a annoncé cette décision du groupe de se doter de «Monsieur Risques». En effet, a-t-il souligné, Talal El Bellaj a été nommé, lors du dernier Conseil d’administration tenu le 23 septembre 2014, Directeur général délégué en charge de la gestion globale des risques. Cette décision traduit, selon le Président, la volonté du Groupe de conforter le «risk management» en tant que vecteur de développement et d’ancrer la vision «risque» au cœur de sa démarche managériale. Pour ce faire, le Groupe s’est inspiré des meilleures pratiques bancaires à l’international, au regard de sa stature, du développement de nouvelles activités et de l’élargissement de son champ d’activité, notamment à l’international, a-t-il encore ajouté. Le coût du risque s’est ainsi établi à 1,6 MMDH en hausse de 61,4%, reflétant l’approche rigoureuse du Groupe en matière de couverture des risques.

Des revenus en hausse

Par ailleurs, Ismaïl Douiri a indiqué que la banque a enregistré un produit net bancaire en hausse de 7,2% pour s’établir à 9,8 MMDH. Par activité, c’est celle de la banque, au Maroc, qui le porte le plus avec 14% et plus particulièrement les activités de marché, ainsi que par la banque de bétail à l’international avec 12%. Pour sa part, le résultat brut d’exploitation a enregistré une progression soutenue de 10,2% à 5,6 MMDH. «Cette hausse du RBE est attribuable au bon comportement des différentes lignes métiers, couplé à la capacité confirmée du Groupe à maîtriser la croissance de ses charges», a-t-il expliqué, tout en soulignant que le coefficient d’exploitation a en conséquence poursuivi son amélioration pour atteindre 42,2%.

L’Afrique au cœur de l’action

Sur le plan africain, le Président El Kettani a précisé qu’en plaçant l’Afrique au cœur de ses alliances stratégiques, le Groupe Attijariwafa bank a signé plus de 20 accords et conventions d’envergure lors de la dernière tournée royale en Afrique, dont plusieurs ont d’ores et déjà été concrétisés, notamment le conseil et la structuration d’émissions de dette de plusieurs Etats de la région. Ces partenariats stratégiques, a-t-il aussi noté, confirment le positionnement d’Attijariwafa bank en tant qu’acteur panafricain de référence dans la banque de détail, la banque de financement et d’investissement et les marchés de capitaux et sa stratégie en faveur de l’intégration régionale et du financement des économies africaines. D’ailleurs, la banque devrait bientôt démarrer ses activités au Togo. Il en est de même pour le Niger et le Tchad. Les performances réalisées par les filiales africaines sont venues conforter cette vision pour l’Afrique.
Il y ainsi lieu de noter, pour les filiales basées en Afrique subsaharienne, qu’elles ont rapporté 212 MDH, soit 9,4% du RNPG. Le montant est ainsi réparti entre Crédit du Congo (2,8% avec 63 MDH), SCB Cameroun (2% avec 45 MDH), SIB en Côte d’Ivoire (1,7% avec 38 MDH), Union gabonaise de banque (1,7% avec 38 MDH), CBAO au Sénégal (1,2% avec 28 MDH) et Attijari bank Tunisie (4,7% avec 107 MDH)…

Eveil à l’international

La Banque de Détail à l’International (BDI) a enregistré une contribution au PNB de 2,5 MMDH (+11,8%) sous l’effet de la croissance de l’activité dans les pays de présence et de l’amélioration des parts de marché de l’ensemble des filiales BDI du Groupe. La contribution au Résultat Brut d’Exploitation a ainsi progressé de 13,1%, capitalisant sur les résultats des plans de développement et des projets de rationalisation menés par le Groupe (coefficient d’exploitation de 56,2%, contre 56,7% en juin 2013 et 60,1% en 2010).
La contribution au RNPG s’est améliorée de 1,7% à 357,7 MDH, liée au caractère non normatif de la contribution de la BDI au coût du risque en 2013.

H. Dades

Contributions
Les performances en interne


Acteurs de référence dans leurs métiers parabancaires respectifs, les activités des Sociétés de Financement Spécialisées ont réalisé une hausse de 1,6% à 1,1 MMDH de leur contribution au PNB. Leur contribution au RNPG s’accroît de 6% à 255,1 MDH, tirant notamment profit de l’amélioration continue de l’efficacité opérationnelle et l’amélioration du coût du risque au premier semestre 2014.
Par ailleurs, la contribution au PNB de l’activité Assurance a clôturé le premier semestre 2014 avec un recul de 21,7% à 725,8 MDH. Pour sa part, la contribution au RNPG recule de 16,7% à 283,7 MDH.

 

Voir aussi

Concombres de mer/Maroc : Trésor méconnu, braconniers et marché de dupes

La pêche illicite des concombres de mer prend de l’ampleur au Maroc. Elle a déjà …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.