Monsieur Ross, naïf ou cynique ?

Ainsi donc, Christopher Ross, envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU au Sahara, a assisté la semaine dernière à une réception organisée au siège de l’ONU par un membre du Conseil de Sécurité -l’Afrique du Sud- et dont l’objectif était de soutenir le Polisario.

Il y était invité et il a répondu à l’invitation.

Il s’est donc retrouvé aux côtés des séparatistes de Tindouf et de ceux qu’on nomme «les séparatistes de l’intérieur» dont le porte-flambeau est Aminatou Haïdar (elle-même présente à cette réception), pour regarder le film du célèbre acteur et homme d’affaires espagnol, Javier Bardem -depuis longtemps acquis aux thèses des séparatistes- et partager les commentaires de tous ceux qui étaient là pour fustiger le Maroc.

Voilà une information qui a laissé tous les Marocains qui suivent de près le dossier du Sahara, sans voix !

Pour toute explication, Mr Ross a dit être allé à la réception à titre personnel. Sic et re-sic…

D’abord, comment un médiateur, dans un dossier aussi sensible, peut-il accepter de se rendre à une réception, ou une manifestation, organisée au profit de l’une des deux parties qu’il est censé arbitrer, sans craindre d’être soupçonné de partialité ?

Ensuite, comme dit un proverbe arabe, l’excuse est pire que la faute. Si le diplomate onusien se tient aux côtés des séparatistes, dans leurs festivités anti-marocaines, à titre personnel, ne serait-ce pas que lui, personnellement, partage leurs thèses… A la limite, il aurait été préférable qu’il dise y avoir assisté à titre professionnel… Par exemple, pour complément d’informations sur les thèses et supporters de la partie adverse. Au moins, lui reprocherait-on son excès de zèle, pas sa partialité: un reproche grave, voire rédhibitoire pour un médiateur !

Mais qu’il y assiste à titre personnel ou professionnel, les plus indulgents ne manqueront pas de se poser la question: Monsieur Ross est-il un naïf ou un cynique ?

Selon la presse de l’USFP, puis celle du PJD –et nous pouvons la croire, puisque l’une des députées de ce parti, Amina Mae El Ainine (d’origine sahraouie, ainsi d’ailleurs que Mbarka Bouaida du RNI), était sur place à New York, lors de la réception/meeting- Christopher Ross aurait répondu aux Marocains qui l’ont interpellé sur son impartialité qu’il était prêt à assister à une activité équivalente organisée par le Maroc… Naïf ou cynique ?

Les Américains (puisqu’il est Américain) auraient-ils vu d’un bon œil –ou seulement d’un œil indifférent- qu’un diplomate de son rang participe à une fête organisée pour soutenir l’Iran, par exemple, en affirmant qu’il s’y est rendu à titre personnel ? Que n’a-t-on dit de Marine Lepen, fin janvier dernier, quand elle a assisté au fameux bal organisé à Vienne, par les mouvements d’extrême droite, le jour-même de la commémoration de l’holocauste ?

La longue et riche carrière de Mr Ross ne permet pas de penser qu’il a la naïveté de croire que l’on peut choisir d’aller ou de ne pas aller à un rassemblement, quel qu’il soit, en toute objectivité.

Alors quoi ? Cynisme ? Bévue ? Une chose est sûre, il sera désormais très difficile de convaincre la partie marocaine de l’impartialité de Christopher Ross. Et, si l’envoyé personnel compte poursuivre sa médiation dans l’affaire du Sahara, il ne s’est pas rendu service, car cette bévue sera inévitablement brandie contre lui, à un moment ou à un autre.

Si le Maroc avait la même frénésie épistolaire que le Polisario, une lettre de protestation aurait déjà été envoyée au Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon. Mais avec ou sans lettre, le résultat est le même. Il est que, hélas, l’impartialité de Mr Ross a, encore une fois, pris un coup de canif.  

Voir aussi

Médias : Cette «Zizanie» autour de la subvention de la presse…

Ce n’est pas un secret, la presse marocaine reçoit une subvention de l’Etat. Ce n’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.