Droits de l’enfant SAR Lalla Meryem lance une Convention

Sar lalla meriem tanger decembre 2013

SAR la Princesse Lalla Meryem, présidente de l’Observatoire national des droits de l’enfant (ONDE), a présidé, à Tanger, la cérémonie d’ouverture de la première Convention «Jeunes pour les droits de l’enfant», placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Cette convention a pour objectif d’ancrer les différents acquis concernant la situation de l’enfant au Maroc et déterminer de nouvelles approches pour traiter les problèmes et difficultés de l’enfant. La rencontre visait aussi à créer un espace de discussion entre jeunes en faveur de l’enfant et ses droits, dans le but de relancer le débat autour de la place de l’enfant dans la société.
À cette occasion, SAR a présidé la cérémonie de signature de cinq conventions portant sur la protection des droits de l’enfant. La première convention est un accord cadre de partenariat liant le ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle et l’ONDE, portant sur l’équité dans l’accès au savoir.
Une autre convention, signée entre l’ONDE et le ministère de la Santé, porte sur «la protection de la santé psychologique et mentale de l’enfant». Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et l’ONDE ont signé un accord de coopération et de partenariat sur «les mécanismes référentiels pour la protection de l’enfant». La quatrième a été conclue entre l’ONDE, la wilaya de la région de Tanger-Tétouan et le Conseil de la région de Tanger-Tétouan. Elle vise à mettre en place un programme intégré pour la protection de l’enfance au niveau de la région et développer les mécanismes à même de réaliser les objectifs de ce programme. La dernière convention conclue à cette occasion concerne l’élaboration et la mise en œuvre du programme «Tanger ville sûre pour l’enfant».

HD

Voir aussi

Cellule terroriste démantelée le 10 septembre

Cellule terroriste démantelée le 10 sept | 5 individus déférés devant le juge d’instruction

Cinq individus, interpellés le 10 septembre par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) pour implication …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.