mercredi 18 octobre 2017

Tunisie: Une si longue attente

Les Tunisiens attendent avec impatience mais sérénité le second tour de la présidentielle. Ils auraient souhaité que tout soit terminé après le premier tour. Les temps incertains jouent contre le redressement de l’économie. La presse tunisienne et internationale s’est félicitée de la tenue de l’élection du 23 novembre: pour la première fois, un scrutin invitait les Tunisiens à désigner démocratiquement leur président.

Mais, si l’événement était historique, la participation n’était pas au rendez-vous, particulièrement celle des jeunes de moins de 30 ans, pourtant moteurs de la révolution de 2011 qui avait conduit à l’éviction du dictateur Ben Ali. Outre le volet économique, la vigilance est de mise au niveau sécuritaire. On assiste de plus en plus à l’émergence de groupes salafistes et à des assassinats d’hommes politiques qui fragilisent la population et même les autorités du pays.
Pour l’heure, la nécessité de former une coalition s’impose pour une continuité sûre dans la paix. De source locale, Nidaa Tounès, vainqueur des premières élections libres de l’histoire de la Tunisie en octobre 2011, serait considéré par un grand nombre de Tunisiens comme le sauveur du modèle bourguibiste contre l’obscurantisme des islamistes et leurs alliés… Il pourrait donc l’emporter malgré son âge et son passé.

Voir aussi

Loi sur le renseignement : La France critiquée

«La France renonce à ses liberté», «ère Bush-esque», loi «radicale». Au lendemain de l’adoption par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du Reporter

Pour recevoir les dernières actualités et mises à jour de notre équipe.

Félicitations vous êtes bien inscrit(e) !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services, contenus ou publicités adaptés selon vos centres d'intérêts. En savoir plus.