Flash Infos

BMCE Bank-JBIC Le «Mashreq» et le «Maghreb» en communion

Bmce jbic convention octobre 2013

La Banque Japonaise pour la Coopération International (JBIC) et BMCE Bank viennent de signer, à Casablanca, une convention de partenariat visant la mise en place d’une ligne de crédit de 100 millions de dollars dédiée au financement des importations de produits et services japonais en Afrique.

La convention d’une durée maximale de ligne, devant atteindre 10 ans, a été signée par le Directeur général du département Finance et Télécommunication de la JBIC, Kuninori Kuroishi et le Directeur général délégué en charge de l’International à la BMCE, Mohammed Agoumi.
Commençant par souligner le rapprochement à travers une métaphore géographique unique, Agoumi a précisé: «Maroc, se dit Maghreb en arabe, qui veut dire pays du couchant. Quoi de plus naturel que l’Empire du Levant s’associe au Royaume du Couchant pour dynamiser les échanges entre le Japon et l’Afrique?». Et de relever, lors de la cérémonie de signature, que «le groupe (BMCE Bank) est particulièrement fier d’être le premier signataire d’une ligne de crédit octroyée par la JBIC en faveur d’une banque africaine privée, traduisant en faits économiques une symbolique de deux grandes nations».
À l’échelle continentale, Agoumi a aussi relevé que le Maroc travaille pour devenir ce Hub régional économique. Un travail auquel cet accord «contribue de façon concrète et opérationnelle» et pour lequel «le Groupe BMCE Bank est déterminé à être un promoteur majeur de ce Hub grâce à ses 1.000 implantations à travers toute l’Afrique. Cette ligne de financement sera incontestablement un des outils de cette politique au service de l’Afrique et du Japon», a-t-il noté. Et de poursuivre que ce partenariat s’inscrit dans le cadre du programme de la «Facility for African Investment and Trade Enhancement» (FAITH), dont le but est de soutenir la croissance économique initiée par le secteur privé.
Ce programme, a aussi fait savoir le Directeur général délégué en charge de l’International à la BMCE, avait été lancé, lors de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD), par le gouvernement japonais. Ce dernier avait en effet souligné la nécessité de renforcer les échanges et investissements entre l’Afrique et le Japon et ce, dans les deux secteurs privé et public.

L’intérêt des uns et des autres

L’accord devrait permettre à la banque marocaine d’obtenir de l’institution financière japonaise une ligne de refinancement de 100 millions de $ en vue de soutenir les investissements des entreprises japonaises au Maroc, mais aussi sur le continent africain.
Cette ligne, a pour sa part noté Kuninori Kuroishi, servira au financement des projets impliquant des entreprises japonaises au Maroc et sur le reste du continent ou encore des exportations de produits et services d’origine japonaise vers le continent. Le responsable japonais n’a pas manqué de préciser que la JBIC cherche, à travers cette coopération, à promouvoir les investissements et à développer les échanges entre le Japon et le Maroc et plus globalement avec les pays africains. C’est ce qui laisse comprendre qu’un pareil accord, signé par la filiale du groupe Finance Com, devra également bénéficier à son réseau de filiales essentiellement constitué des banques du groupe Bank of Africa (BOA). Un réseau qui prend d’ailleurs de l’ampleur, comme relevé par BMCE Bank lors de la présentation de ses résultats semestriels en septembre, dont il ressort que ces filiales à l’étranger ont contribué à hauteur de 38,1% au revenu net part du groupe qui a progressé de 65,3% au cours du premier semestre 2013, pour atteindre 595,3 MDH.
L’accord permettra aussi de renforcer les fondamentaux de la Banque au niveau de sa notation. Rappelons qu’en août dernier, l’agence de notation «Capital Intelligence» avait dégradé la note de BMCE Bank. L’agence l’avait expliqué par le fait que la banque marocaine avait enregistré une baisse de sa rentabilité, des retours sur investissement jugés très faibles et des provisions pour exploitations élevées.
Il est à rappeler que la JBIC est une institution de crédit dirigée entièrement par l’Etat japonais. Créée en 1999, elle assume une fonction financière pour promouvoir le développement et l’acquisition de ressources importantes pour le Japon.

Hamid Dades

Voir aussi

Banque Centrale Populaire La réforme actée en Conseil de gouvernement

Banque Centrale Populaire | La réforme actée en Conseil de gouvernement

Le Conseil de gouvernement a tenu sa réunion hebdomadaire le 3 septembre 2020. Au menu, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus.